fatima

Révélation du troisième secret de Fatima par Ian Aywon

Le troisième secret de Fatima par Louis d’Alencourt

J’ai prévu de rédiger encore trois articles avant le « killshot day », événement que je subodore être également l’Avertissement garabandalien. Nous y reviendrons, chaque chose en son temps. En attendant, voici donc le premier article. Louis d’Alencourt

Il est important de bien comprendre la teneur, l’étendue et l’importance du message de la Sainte Vierge à Fatima.

D’abord, parce que Fatima est la dernière grande apparition mariale, l’ultime avertissement au monde avant son basculement sous l’emprise totale de Satan. Ensuite parce que la Sainte Vierge y a indiqué les seuls remèdes qui soient vraiment efficaces face à ce monde de débauche et de corruption généralisées : la récitation du chapelet et la dévotion à son cœur Immaculé par la communion réparatrice des premiers samedis du mois.

Les seuls remèdes chers lecteurs ; la révolte, la guerre civile et la destruction de radars automatiques -aussi utile que soit cette dernière initiative- ne sont pas préconisés par le Ciel, n’en déplaise à certains.

Enfin parce qu’elle y a indiqué le moyen principal qu’utiliserait l’Adversaire pour étendre son emprise sur le monde : « la Russie et ses erreurs » comprenez le communisme athée basé sur l’humanisme en tant que religion. Religion de l’homme se voulant et se croyant l’égal de Dieu.

Le communisme a conquis le monde par la force dans un premier temps puis par la ruse dans un second temps. Par la force quelques semaines après le 13 octobre 1917 et jusqu’au début des années 60. Puis par la ruse grâce à la promotion du socialisme et de l’Etat-Providence à partir de 1968 avec le succès que l’on sait, y compris dans les pays dits capitalistes, à commencer par les Etats-Unis et l’Europe de l’Ouest.

Pour comprendre les messages de la Sainte Vierge, il faut bien avoir à l’esprit que celle-ci peut annoncer des châtiments autant spirituels que matériels, je dirai même plus probablement avant tout spirituels, puisque le souci principal du Ciel est la sanctification de nos âmes ; tout ce qui a trait au corps est secondaire.

nd-fatima-pelerineOr le message de Fatima va mettre en exergue les deux faits majeurs du XXème siècle : l’expansion mondiale du socialo-communisme et l’apostasie sans précédent qui atteindra l’Eglise catholique.

Avec Fatima, nous sommes bien dans le contexte du suprême affrontement entre la Cité du Bien et la Synagogue de Satan, celui du « combat décisif entre la Vierge et le démon » pour reprendre l’expression de sœur Lucie.

C’est donc l’ensemble du message de Fatima qu’il faut étudier, et non uniquement l’hypothétique 3ème secret. Sachant que la mascarade du secret prétendument dévoilé en 2000 par Jean-Paul II n’a pas convaincu grand-monde. Cette vision de sœur Lucie déguisée en révélation du troisième secret ne fut qu’un leurre destiné à faire cesser les spéculations sur le contenu de ce message. Mais le mystère reste entier.

Mise au point

Une précision cependant avant de rentrer dans le vif du sujet. Je maintiens que Fatima est la seule dernière apparition mariale de nature apocalyptique, c’est-à-dire en rapport direct avec la fin des temps. L’apparition d’Akita en 1973 viendra juste confirmer les propos de la Vierge et indiquer la proximité des événements de la fin (une génération biblique, soit 40 ans). Toutes les autres apparitions sont douteuses et pour cette raison, non reconnues par l’Eglise. Y compris Garabandal.

Les interventions du Ciel sont nettes, claires sans bavures et sans ambiguïtés. Quand il y a doutes, interrogations, soupçons… il vaut mieux classer l’apparition dans le camp de l’adversaire qui, il faut le reconnaître, est passé maître dans le jeu de la subversion et de l’entourloupe.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas tenir compte de Garabandal, mais avec les restrictions d’usage : le plan qui y est décrit n’est pas le plan divin mais celui de l’adversaire, qui s’inscrit certes dans le cadre général dudit plan divin, mais qui peut être modifié, ajusté ou annulé par le Ciel alors que le plan divin s’accomplira, lui, dans sa totalité jusqu’à son terme et sans en supprimer une virgule.

En d’autres termes Dieu ne change pas, ses desseins non plus, alors que le démon est constamment amené à réviser ses plans, ou freiné dans ses iniquités.

Mais revenons à Fatima.

livre-frere-michelAprès avoir beaucoup lu sur la question, et constaté beaucoup d’erreurs, de mauvaises appréciations ou de fausses révélations du fameux troisième secret, qui reste toujours inconnu quoiqu’on en dise, j’en conclus que la meilleure approche sur la question reste l’œuvre de Frère Michel de la Sainte Trinité, publiée en 3 volumes.

Le troisième volume, traitant du 3ème secret, édité en 1985, développe une argumentation et une reconstitution du secret qui restent encore très convaincants aujourd’hui, en tout cas beaucoup plus sérieux et fouillé que toutes les théories que l’on peut lire ici ou là.

Tous les passages en italique qui vont suivre seront donc des extraits de ce troisième tome.

Un secret en rapport avec la crise de la foi

« La Très Sainte Vierge, explique Lucie, m’a fait comprendre que nous sommes dans les derniers temps du monde ».

Et sœur Lucie d’ajouter :

« Le démon est en train de livrer une bataille décisive avec la Vierge, et comme il sait ce qui offense le plus Dieu et qui en peu de temps lui fera gagner le plus grand nombre d’âmes, il fait tout pour gagner les âmes consacrées à Dieu, car de cette manière il laisse le champ des âmes désemparé, et ainsi il s’en empare plus facilement. »

Dans son commentaire, Frère Michel apporte des précisions :

« Pour elle, le mal n’est pas seulement dans le monde, « plongé dans les ténèbres de l’erreur, de l’immoralité et de l’orgueil ». Il est dans l’Eglise où le démon a ses sectateurs et ses partisans, qui agissent avec une énergie surhumaine. Il ne s’agit pas seulement de tiédeur ou de négligences pastorales, sœur Lucie laisse clairement entendre que c’est la foi elle-même qui est attaquée : elle parle de « fausses doctrines », de « désorientation diabolique », « d’aveuglement »… et cela, y compris chez ceux « qui ont de grandes responsabilités » dans l’Eglise et ont pour mission de guider les âmes des fidèles.

La question se pose : la voyante oserait-elle employer des expressions aussi vigoureuses si elles n’étaient pas un simple écho des révélations reçues, un écho des prophéties du troisième secret ? »

Un secret qu’il fallait absolument cacher

En se focalisant sur le troisième secret, on oublie un peu vite que celui-ci s’insère dans un message global, dont les deux premiers ont été révélés, et dont il fait partie.

On ne peut étudier le troisième secret sans tenir compte du contenu des deux premiers, car il y a une suite logique dans ces messages.

Or les deux premiers secrets concernent déjà les châtiments humains : les deux premières guerres mondiales et le danger du communisme. Si le troisième secret avait concerné une autre guerre, pourquoi le cacher ?

C’est pourquoi, Frère Michel, au terme de sa longue étude, en conclut que le troisième secret concerne plutôt la perte de la foi et la crise dans l’Eglise.

Effectivement, sa divulgation en 1960, d’après la demande de la Vierge, donc sous le pontificat de Jean XXIII, aurait été « plus claire » selon les propos de Lucie, car à la veille du concile Vatican II ; concile qui, du coup, n’aurait peut-être pas eu lieu.

D’où le refus du premier pape conciliaire de le divulguer. Et pour cause !

Frère Michel a très bien résumé l’interconnexion des trois secrets :

«  Nous voyons dans le premier secret de Marie un appel urgent à la conversion, dans le second la réponse du Ciel à la révolution bolchevique et dans le troisième l’annonce prophétique de l’apostasie qui a précédé, accompagné et suivi la Réforme conciliaire. »

D’où aussi le moyen très subtil employé pour justifier sa non-divulgation : faire croire qu’il contient des événements apocalyptiques qu’il vaut mieux éviter de révéler. C’est ce qu’ont fait notamment les cardinaux Ottaviani et Ratzinger, ainsi que Jean-Paul II, lors de vraies-fausses indiscrétions savamment distillées, et reprises par tous les ouvrages et articles dissertant sur ce thème.

D’où l’appréciation de Frère Michel : « Leur but évident était de fixer l’imagination des lecteurs sur l’annonce de terribles châtiments matériels, guerres ou cataclysmes effroyables, pour leur faire oublier l’essentiel, qu’ils avaient parfois laissé deviner dans des déclarations antérieures : il s’agit avant tout des périls qui menacent la foi»

Le texte des trois secrets

Voici donc l’ensemble du message de la Sainte Vierge à Fatima :

« Vous avez vu l’enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs.
Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé.

 Si l’on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d’âmes se sauveront et l’on aura la paix. La guerre va finir. Mais si l’on ne cesse d’offenser Dieu, sous le règne de Pie XI, en commencera une autre pire.

Quand vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c’est le grand signe que Dieu vous donne qu’il va punir le monde de ses crimes, par le moyen de la guerre, de la famine et des persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père.

 Pour empêcher cela, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois.

 Si l’on écoute mes demandes, la Russie se convertira et l’on aura la paix. Sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l’Eglise. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties.

 Au Portugal se conservera toujours le dogme de la foi.

[ici le texte du troisième secret]

A la fin mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera donné au monde un certain temps de paix. »

Et voici le contenu du troisième secret reconstitué par Frère Michel, à insérer ci-dessus :

« Tandis qu’au Portugal se conservera toujours le dogme de la foi, dans bien des nations, peut-être dans le monde presque entier, la foi se perdra.

Les pasteurs de l’Eglise manqueront gravement aux devoirs de leurs charges. Par leur faute, les âmes consacrées et les fidèles en grand nombre se laisseront séduire par des erreurs pernicieuses partout répandues.

Ce sera le temps du combat décisif entre la Vierge et le démon. Une vague de désorientation diabolique déferlera sur le monde.

Satan s’introduira jusqu’au plus haut sommet de l’Eglise. Il aveuglera les esprits, il endurcira le cœur des pasteurs. Car Dieu les aura livrés à eux-mêmes en châtiment de leur refus d’obéir aux demandes du Cœur Immaculé de Marie.
Ce sera la grande apostasie annoncée pour les derniers temps, le Faux agneau, Faux prophète, trahissant l’Eglise au profit de la bête, selon la prophétie de l’Apocalypse. »

ND-FatimaPeut-être que le message indique aussi la nature des grands châtiments qui menacent l’humanité, mais ce n’est pas certain, puisque, on le sait, le message se termine par « A la fin mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera donné au monde un certain temps de paix. »

Or, jusqu’à la première phrase du 3ème secret (Au Portugal se conservera toujours le dogme de la foi), tout s’est déjà accompli (seconde guerre mondiale, expansion du communisme et son corollaire : la disparition de certaines nations, persécutions contre l’Eglise). Il restait donc à voir se réaliser à partir de 1960 car « là ce sera plus clair » selon sœur Lucie, la troisième partie.

S’il s’agit bien de l’apostasie de l’Eglise et du grand combat entre Satan et le Ciel, on peut effectivement affirmer aujourd’hui que la Sainte Vierge ne s’est pas trompée.

Reste à élucider ce qui se passe à la fin.

La théorie de 1984

Je vais vous soumettre maintenant une idée qui n’appartient qu’à moi et qui est basée sur plusieurs observations.

En 1884, le dialogue de Léon XIII nous indique que Dieu accorde un délai de 100 ans à Satan pour détruire son Eglise.

Curieusement 1984 est le titre du célèbre roman de Georges Orwell, un haut initié des sociétés secrètes, et dont Big Brother est la figure la plus connue.

En 1984, nous sommes en pleine guerre des étoiles, sous l’administration Reagan, c’est la crise des missiles SS20 et c’est une URSS qui, on le sait maintenant, était prête à lancer les hostilités.

Autrement dit, la troisième guerre mondiale a failli être déclenchée à cette époque.

Or le 25 mars 1984, en la fête de l’Annonciation, le pape Jean-Paul II consacrait solennellement le monde au Cœur Immaculé de Marie, avec mention spéciale à la Russie (sans la citer nommément), et sœur Lucie, dans une lettre du 8 novembre 1989 confirmera que cette consécration fut conforme à la demande de la Sainte Vierge, même si elle n’a pas été parfaite.

Je vois déjà la levée de boucliers que vont susciter de tels propos.
Je constate seulement que le monde a évité jusqu’à maintenant la 3ème guerre mondiale, et même s’il y a eu des guerres locales, il est probable que le certain temps de paix dont parle la Vierge (30 ans tout de même !) désigne une conflagration mondiale. N’oublions pas que dans le même texte, elle avait déjà évoqué les deux premiers conflits mondiaux.

Je remarque aussi que la Russie est un des rares pays dans lesquels la foi est en plein essor et en plein renouveau, de façon d’ailleurs assez spectaculaire ; il ne s’agit pas que de la foi orthodoxe, la religion catholique y est aussi en forte progression.

J’observe enfin que de nos jours la Russie de Poutine, un des rares dirigeants à s’affirmer chrétien, refuse de suivre le monde moderne dans ses dérives sociétales, culturelles et même financières et prend de plus en plus ses distances avec lui.

Formulez vous-même vos conclusions. Mais le choix du 13 octobre 1884 pour le dialogue de Léon XIII n’est pas un hasard ; de la date de 1984 pour un roman publié en 1949 ne l’est pas non plus ; de la consécration du monde un 25 mars 1984 encore moins.
Tout est relié. Le plan divin s’accomplit sous nos yeux, et la Providence veille.

Les messages de la Vierge via les apparitions mariales

Relions maintenant entre elles les grandes apparitions mariales pour en saisir le sens et la progression.

A la Salette, la Sainte Vierge précise et complète l’Apocalypse.

Car les deux textes comportent de nombreuses similitudes : longueur (inhabituelle pour une apparition de la Sainte Vierge), sujet identique (histoire de l’Eglise et du monde sauf que la Salette s’attache uniquement aux derniers temps), sens double (mystique et temporel), expressions imagées et métaphoriques identiques (nécessitant une interprétation), indication de dates et de chiffres (à décoder), description comportant des flash-backs et des répétitions du même événement ou des mêmes périodes sous des angles différents.

A Fatima, elle donne le modus operandi de l’adversaire et les remèdes du Ciel.

Les grands moyens du diable en cette fin des temps seront les guerres, les famines et les persécutions des chrétiens. Au temporel toujours, l’arme principale de conquête et de subversion sera le socialo-communisme dont les caractéristiques principales sont le matérialisme, l’humanisme et le totalitarisme. Au spirituel, on assistera à une apostasie générale due à l’infiltration de l’Eglise par Satan jusqu’au plus haut niveau.

Le remède, on l’a vu, sont la prière (le chapelet) et la pratique des sacrements (les premiers samedis du mois, qui impliquent confession et communion).

A Akita, elle rappelle les conséquences.

Difficile d’être plus clair. Lors de cette dernière apparition, nous ne sommes plus dans un langage prophétique sujet à interprétation, mais bien dans une affirmation sans ambiguïté. Un peu comme si la Sainte Vierge venait révéler le contenu du troisième secret de Fatima à la place de l’Eglise. Que dit-elle ?

– Sur le plan spirituel, que Satan s’infiltrera dans l’Eglise, causant le désordre, la désolation et la division. Elle répète à nouveau les termes de la Salette. Elle confirme que les prêtres iront jusqu’à quitter le service du Seigneur (inconsciemment ?)

– Sur le plan temporel, l’humanité entière connaîtra un châtiment plus grave que le déluge, tel qu’il n’y en a jamais eu auparavant ; un feu tombera du ciel et anéantira une grande partie de l’humanité, les bons comme les méchants. Les survivants se trouveront dans une telle désolation qu’ils envieront les morts. Les seules armes qui nous resteront seront alors le rosaire et le signe laissé par mon Fils.

Là aussi, on retrouve les propos de la Salette et du Christ lui-même (Matthieu ch. 24, versets 21 et 29)

Etonnant que le message d’Akita soit si peu connu, il est pourtant très instructif.

Pourquoi chercher encore le contenu du troisième secret ?

On a tout les éléments en mains maintenant, reste à préciser le calendrier.

http://legrandreveil.wordpress.com

Copyright © 2013 ELISHEAN

[signoff][/signoff]

Print Friendly, PDF & Email