Bouddha explique la 6ème loi universelle de l’Attachement/Détachement

231

Canalisé par Linda Dillon

SM : Bienvenue

Bouddha : et bienvenue à vous. Je viens à vous en tant que voyageur et oui, comme toujours, je vous demande de vous asseoir avec moi sous l’arbre Bodhi car quel meilleur endroit y a-t-il pour observer la venue des miracles, l’accomplissement de la création, le développement du Plan et le développement de votre plan ? Nous vous avons enseigné combien il était important, pourrais-je dire essentiel, de connaître votre dessein sacré, de connaître votre mission et votre but et votre intention quant à la manière de les réaliser au cours de cette incarnation, qui est bien sûr une parmi de nombreuses autres, mais qui est une continuité, n’est-ce-pas ?

Et, oui, il y a un temps pour l’action et il y a un temps pour la tranquillité. Mais la plupart d’entre vous ont les pires difficultés avec la tranquillité. Et c’est pourquoi je vous demande de vous asseoir avec moi comme observateur, avec détachement, sous l’arbre.

Nous regardons simplement. Et vous savez quand vous êtes assis et que vous regardez, sans aucune forme de jugement, pas même de réel discernement, mais simplement comme un observateur, vous en apprenez beaucoup. Et beaucoup sur l’humanité, sur l’univers, et sur vous-même.

Donc nous ne sommes pas assis ensemble sous l’arbre Bodhi en regardant les gens passer, à nous dire : « Eh bien la tunique de celui-là est trop serrée ou la ceinture est mal nouée ou où a-t-il acheté ces sandales, où va-t-elle pour être aussi pressée ? » Non. Nous sommes simplement assis. Et dans notre énergie nous bénissons chaque être qui passe. Maintenant que veux-je dire par là ? Je veux dire que vous bénissez chaque personne, non seulement avec compassion mais avec tout l’amour de votre cœur.

Vous ne vous attachez ni à votre vision ni aux leurs. C’est une chose qu’il est très important de comprendre pour l’humanité qui a une tendance infâme à se laisser prendre au drame de leurs propres vies et certainement à celui des autres également.

C’est pourquoi il est si crucial en cette période charnière d’apprendre vraiment à être l’observateur. Parce que lorsque vous êtes pleinement ancré en tant qu’observateur, vous êtes détaché. Vous regardez simplement et quand j’utilise le mot « regardez » je ne veux pas dire simplement avec vos yeux ou même vos yeux éthériques, je veux dire avec votre cœur. Donc ce n’est pas que vous regardiez simplement et que vous collectiez de l’information, vous observez vraiment et voyez dans le cœur des personnes, leur esprit et leur âme, leur fréquence, leurs luttes, leurs joies, et vous les aimez.

Il s’agit de l’un des premiers pas de conscience unitaire et c’est une étape cruciale de votre voyage. Maintenant je vais faire une digression et ce sera quelque chose dont je parle rarement. Beaucoup d’entre vous, ma famille bien-aimée, ont une grande envie de rencontrer, d’etreindre et d’être avec vos frères et sœurs des étoiles. Bien sûr pour beaucoup d’entre vous c’est parce que c’est un élan de votre cœur et pour certains autres c’est ce que vous créez, même en ce matin où nous nous rencontrons.

Mais considérons ceci. Une partie d’entre vous souhaite se retrouver en compagnie de vos frères et sœurs des étoiles ou des maîtres ascensionnés, des archanges. Bien sûr la motivation première en est l’amour et le désir. Mais cela nous ramène à cette fausse grille d’illusion et de séparation ; ce n’est pas ce dont je veux parler à présent.

Vous souhaitez être en compagnie de vos familles des étoiles parce que vous pensez et croyez qu’ils sont « plus ». Oui, je parle d’hérésie n’est-ce pas ? Mais vous savez, en tant que Bouddha je dis toujours ce que je pense. Vous pensez qu’ils détiennent la solution des nombreux maux qui affligent à la fois Gaia et l’humanité et qu’ils renferment la promesse d’une vibration plus élevée et d’une nouvelle aventure. Et tout cela est vrai. Si bien que je ne vais pas le rejeter.

Mais qu’en est-il de vos frères et sœurs sur Terre ? Comme Suzanne l’a mentionné, où est le souhait de retrouver dans la plénitude de la création vos frères et sœurs qui se sont incarnés avec vous pour accomplir cette transition de l’ascension ? Où est votre foi, votre confiance, votre amour, votre passion, votre désir de les rejoindre ?

Parce que ce sont eux votre famille. Voilà le groupe avec lequel vous – pas nous, mais vous – avez choisi de voyager. Trop souvent, ce que j’observe est que la collectivité humaine est rejetée ou n’est pas chérie comme elle mérite de l’être. Et c’est là, mes amis bien-aimés, que réside l’amour et la création, la distinction que vous méritez. Mais si votre univers n’est rien de plus qu’une série de miroirs, si vous ne vous attachez pas à l’amour de vos frères humains et hybrides, pour ensuite le libérer pour leur devenir collectif et individuel ; si vous ne maintenez pas cette vision comme observateur, alors qui la maintiendra pour vous ?

Il n’y a pas un être sur Gaia, indépendamment des miracles et des actes de charité ou des atrocités et des brutalités, il n’y a pas un être qui ne renferme le souhait d’être créé dans sa plénitude. Maintenant il peut avoir quelques incompréhensions quant à ce qu’est ou peut être la plénitude, mais cela vient seulement avec la croissance et l’amour. Donc en tant que votre enseignant je vous demande à chacun aujourd’hui de maintenir la vision de l’observateur de la création de l’humanité dans la plénitude de leur potentiel, leur ascension et leur maintien dans l’univers physique et l’avènement de la Nouvelle Terre.

Je vous assiste dans cette tâche – et rappelez-vous, il s’agit d’attachement, de détachement, de ré-attachement ; c’est un flux constant. C’est le flux constant de votre cœur et c’est le flux constant de l’univers.

Examinez mes enfants, examinez ce à quoi vous sentez être attaché, oui, je poursuis ma leçon, à quoi êtes-vous attaché ? Et quelle est la réalité de votre attachement ? Etes-vous attaché à la peur ? Etes-vous attaché à un manque d’estime personnelle ? Etes-vous attaché au drame ? Etes-vous attaché à ‘cela ne marche jamais pour moi’ ? Etes-vous attaché à ‘Je n’aurai pas assez d’argent pour payer mes factures’ ? Etes-vous attaché à ‘Je ne sais pas pourquoi mais mon corps ne semble jamais coopérer’ ? Etes-vous attaché à ‘J’ai du mal à méditer, je n’arrive pas à calmer mon esprit’ ?

Pourquoi ? Au-dessus ou en-dessous, à l’intérieur ou à l’extérieur, pourquoi voudriez-vous vous attacher à quelque chose qui ne contribue pas à votre plus grande gloire ?

Aussi pendant que je suis avec vous, et je vous en remercie, pendant que je suis avec vous, s’i l vous plait laissez aller. Détachez-vous de ces attachements dénués de sens qui ne vous servent pas et n’ont pas de substance. Ils ne sont pas les reflets de votre vérité. C’est pourquoi ils ne sont pas durables, c’est pourquoi ils sont improductifs. C’est pourquoi vous n’arrivez pas à créer.

Attachez-vous à la vérité des souhaits de votre cœur. Quel est le reflet de votre désir le plus élevé ? Et laissez-moi être très clair à ce propos, votre désir le plus élevé chaque jour – et cela peut être que j’aie assez de riz dans mon bol, parce que le plan pour vous consiste à être dans le monde physique.
Vous ne pouvez pas le réaliser sans subsistance. Alors attachez-vous à ce qu’est la vérité.

N’y a-t-il qu’une seule vérité ? Oui. Mais elle a une facette unique pour chacun d’entre vous. Attachez-vous à elle. Et puis, lorsque vous serez au clair, prenez du recul et détachez-vous, laissez aller et sentez comme si vous me le donniez à moi, à vos anges-gardiens, à vos guides, à Raj. Il y a beaucoup d’entre nous qui sont là pour servir. Cela n’a jamais changé. Et cela ne changera pas.

Alors faisons ce que nous avons besoin de faire. Et alors votre tâche consiste à vous attacher au résultat idéal. Ce n’est pas que nous disions de ne pas s’attacher à la création ; ce que nous disons est, ne soyez pas attaché à la manière dont elle est faite – quand, où, comment, par qui. Permettez à l’énergie de couler et sachez qu’il y a une belle, belle symphonie de création que vous avez appelée en exprimant votre désir.

Vous avez littéralement réuni cet orchestre symphonique. Mais si vous êtes le chef d’orchestre vous n’allez pas essayer et diriger et puis dire à Maitreya comment jouer de la flûte ou pire le pousser de sa chaise et jouer vous-même. Vous n’allez pas aller vers Gabrielle et la pousser de sa chaise et jouer du violon ou d’autres instruments à cordes ; ou ce qu’à dieu ne plaise, Jophiel et le dégager du tuba.

Vous ne ferez pas cela. Vous êtes le chef d’orchestre. Vous connaissez la mélodie, vous connaissez la partition, et vous devez permettre à la musique non seulement d’emplir vos oreilles, votre corps, votre cœur, mais la salle de concert toute entière. C’est ce que vous faites. Et puis, quand tout est terminé, vous vous attacherez pour un moment et goûterez les accolades et puis vous aller continuer et vous attacher à la prochaine création. La prochaine symphonie, sachant que chaque musicien est déjà en place, disposé et préparé. Cessez de nous sous-estimer. Et laissez-nous faire notre travail.

Traduction : Patrick

Source : www.counciloflove.com

Partagé par : http://www.messagescelestes-archives.ca – Messages Célestes


Vous avez apprécié ce message... Partagez-le avec Amour
 

Votre aide est Importante…

Depuis sa création il y a plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seul à travailler sur les sites de Terre Nouvelle en partageant à tous les jours les messages de nos amis Guides et Instructeurs Célestes afin d'ouvrir les consciences, pour vivre dans un monde d'Amour et de Paix. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il).
Le partage est un don de Sois, un don d'Amour...
Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...
Bernard !

$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard Guillemette
CP 522 Prévost
Prévost, Qc Canada
J0R 1T0



Comments are closed.