Dans le Coeur de l’Amour – Ma Ananda Moyi – Octobre 2015 (Partie 2 de 4)

51

Dans le Coeur de l’Amour

Ma Ananda Moyi
Octobre 2015

Questions/Réponses
Partie 2

…Suite de la Partie 1

Écoutons une autre question.

Question : que pouvez-vous nous dire sur ce que vit l’ensemble de la Terre en ce moment ?

La Terre vit la libération de la souffrance, non pas seulement la vôtre, non pas seulement celle des frères et des sœurs humains mais l’ensemble de ces souffrances. Elle se secoue, elle exulte de joie, elle monte en fréquence vibratoire. Elle se réveille, elle se purifie d’elle-même par les Éléments, ainsi que vous pouvez l’observer à la surface de cette planète. Nombre de mes sœurs se sont exprimées là-dessus concernant les Cavaliers et les forces Élémentaires. Ce que vit la Terre en ce moment est exactement la même chose que vous vivez les uns et les autres, avec plus ou moins de frictions, plus ou moins de résistances, plus ou moins d’incompréhension, plus ou moins de joie. La naissance d’un enfant est toujours un passage, parfois difficile, et pourtant c’est un grand bonheur pour une mère, d’avoir un enfant. Mais il y a une difficulté parce qu’il y a passage d’un état à un autre sans solution de continuité.

Alors bien sûr, inconsciemment, beaucoup de sœurs et de frères encore présents à la surface de cette Terre sont dans le déni total. Ils ne sont pas encore entrés dans la colère ou la négociation tel que cela avait été présenté au niveau collectif par Sri Aurobindo. Et néanmoins c’est exactement ce qui se déroule jusqu’au moment où le signe commun à l’humanité sera visible en le ciel mais aussi en votre cœur. Alors à ce moment-là, les choses changeront profondément. Il y aura à ce moment-là un espace résolutoire pour la souffrance de la Terre en totalité, même si cela passe par ce qui a été nommé la dissolution, la disparition des illusions et de tout élément éphémère à quoi se raccrocher et se retenir. Il n’y aura plus aucune certitude au sein de la personne. De même, il en sera de même au niveau du manteau de la Terre, du manteau du ciel, de l’ensemble de l’activité des Éléments. Mais rappelez-vous ce que disait le Commandeur : « Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l’appelle naissance ». Et là aussi, tout dépend bien sûr de votre positionnement de conscience mais aussi, dans une certaine mesure, du positionnement de votre propre personne au sein de votre vie.

Ainsi donc ce que vit la Terre en ce moment est sa réunification à sa dimension d’Éternité, comme vous. Cela passe comme vous le voyez par des mécanismes parfois violents que vous aussi peut-être vous avez vécus ou vivez encore. Mais ne vous attardez pas à cela. Même si vous ne voyez pas l’avenir de la Terre ou votre propre avenir, restez dans la joie du cœur, quelle que soit la souffrance de la Terre, de la vôtre ou des différents règnes.

Allez au-delà de la souffrance là aussi parce que derrière cette souffrance liée à des déchirures multiples, il y a le joyau qui sera mis à nu, le diamant que vous êtes. Même si pour l’instant vous ne l’acceptez pas, ne le voyez pas, ne le vivez pas, c’est une certitude inéluctable et inexorable à très brève échéance. Alors là aussi cela vous demande beaucoup d’humilité, beaucoup de simplicité, de partager et d’adopter la Voie de l’Enfance qui, quelles que soient les circonstances de sa vie, de son monde même, de cette Terre même, pérégrine pour se rapprocher toujours de plus en plus de son cœur, du cœur de l’Amour. De plus en plus les circonstances de vos vies, les circonstances de votre conscience comme les circonstances de ce monde ne vous laisseront pas d’autre choix que de vous tourner vers vous-même car c’est là que vous serez le plus utile, à vous-même bien sûr mais aussi à la Terre.

Rappelez-vous qu’il y a bien plus qu’un changement ou même bien plus qu’un passage d’un état à un autre, il y a une transsubstantiation, il y a une métamorphose particulière où plus rien de ce qui était antérieur ne pourra subsister. Et cela concerne aussi bien vos propriétés, cela concerne aussi bien vos relations, tous les liens que vous avez encore au sein de ce monde qui sont en train de se relâcher et de se dissoudre jusqu’à un moment où nul ne pourra nier qu’il n’y a plus rien à quoi se raccrocher, excepté à l’Amour.

… Silence…

Avant que nous écoutions la prochaine question, je tiens à vous dire, pour ceux qui écouterons, ceux qui liront nos entretiens au Cœur de l’Amour : essayez de respecter la même digestion de la question et de la réponse et non pas de tout lire avec avidité ou d’écouter avec avidité ce que nous avons dit mais bien plus de le laisser vous pénétrer sans interférer, car là sera le miracle et non pas dans la compréhension de vos questions ou de mes réponses.

Écoutons la question qui suit.

Question : en quoi l’état de Grâce est différent de l’Action de Grâce ?

Il vous avait été expliqué par différentes voix, il y a de nombreuses années, la différence entre l’Action de Grâce et l’action-réaction. L’action-réaction est la constante au sein de ce monde. Elle comprend aussi bien les lois psychologiques, les lois sociales, les lois morales que les lois spirituelles de ce monde au travers du karma par exemple, mais pas seulement. Alors déjà il a fallu évoluer de l’action-réaction, qui vous paraissait pour certains inéluctable, même au niveau de l’âme, au niveau de la causalité, et arriver à l’Action de Grâce. L’Action de Grâce, c’est laisser s’effacer de soi-même l’action-réaction, que cela concerne le plan psychologique ou le plan spirituel nommé réincarnation. Parce que ce qui se réincarne ne sera toujours que la partie limitée de votre être, c’est-à-dire l’âme et en aucun cas l’Esprit, bien sûr.

Alors on peut dire aussi que l’Action de Grâce a été un préalable à l’état de Grâce. L’Action de Grâce est ce qui vous donne à voir, je dirais, la futilité de l’action-réaction. L’Action de Grâce se dévoile bien sûr dès l’instant où vous-même vivez la joie, dès l’instant où les vibrations parcourent l’une de vos Couronnes ou encore l’Onde de Vie ou le Canal Marial. Là il y a la possibilité, par moments, par bouffées je dirais, d’échapper aux conditionnements et aux lois de ce monde par l’Action de Grâce.

Et puis maintenant, depuis déjà un certain temps, nous vous parlons d’état de Grâce et non plus d’Action de Grâce, parce que l’Action de Grâce correspond à une action au sein de ce monde que vous recevez ou que vous donnez. L’état de Grâce n’a que faire de ce monde. Quoi qu’il vive, quoi qu’il dise, cela vous emmène directement à Shantinilaya, la Demeure de Paix Suprême, là où plus rien ne peut vous affecter. Vous êtes totalement présent mais plus au sein de la personne, même si la personne est là, mais vous êtes pleinement présent à la Vie parce que vous êtes devenu la Vie.

Alors à ce moment-là il y a état de Grâce et non plus Action de Grâce. L’Action de Grâce prend naissance au niveau, je dirais, de la personne ou de l’âme. L’état de Grâce prend naissance en l’Esprit et par l’Esprit, et nulle part ailleurs. Et l’Esprit est parfait de toute éternité. Alors manifestant l’Esprit en ce monde, vous n’êtes plus dans l’Action de Grâce mais dans l’état de Grâce. Cela se traduit par la béatitude, les Samadhi les plus extrêmes, la capacité à ne plus être affecté en aucune manière, même par la physiologie de ce corps. Ainsi donc l’Action de Grâce vous inscrit encore et malgré tout au sein de la réalité de ce monde. L’état de Grâce vous montre l’illusion de ce monde en totalité. Non pas par cogitation, non pas par expérience, mais par réalité de la conscience ultime.

Bien sûr, l’Action de Grâce est une forme de validation pour la personne ou pour l’âme qui peut entraîner à elle seule le basculement de l’âme et le retournement de l’âme vers l’Esprit. Alors que l’état de Grâce ne dépend d’aucune action, ni de l’action-réaction ni d’une action vers la Grâce. C’est un état naturel et spontané de celui qui est libéré, quel que soit son état au sein de la personne, que celui-ci dorme, que celui-ci parle ou que celui-ci soit en train de mourir. Il n’y a aucune différence. Il y a donc réellement à ce moment-là primauté de l’Esprit, non pas négligence du corps, non pas négligence de la personne mais disparition réelle et concrète de toute interaction au sein de ce monde, que cela soit au sein de l’action-réaction ou au sein de l’Action de Grâce. Il n’y a plus de polarité d’âme tournée vers la matière, il y a une âme dissoute ou en voie de dissolution totale dans la joie de l’Esprit, dans la vérité de l’Amour qui n’a que faire, comme vous le savez, des circonstances de ce monde et même des cycles de ce monde.

Même si effectivement ce cycle que vous vivez vous donne une opportunité à nulle autre pareille d’être libéré de vous-même en tant que personne, d’être libéré des lois de ce monde, d’être affranchi de toute notion de réincarnation ou de croire à toute prééminence de l’âme ou qu’une âme est quelque chose à améliorer. L’Esprit étant parfait de toute Éternité, s’il se révèle en vous, comment voulez-vous que l’imperfection se manifeste encore ? Soit vous êtes l’Esprit, soit vous êtes inscrit ailleurs que dans l’Esprit. Ce n’est pas vous qui décidez. C’est les circonstances de ce que vous êtes qui font que les choses se déroulent indépendamment de toute volonté, indépendamment de toute action, indépendamment de toute volition ou de toute cognition. Saisissez bien la différence qu’il y a dans les mots que je viens de prononcer, parce que c’est essentiel.

Mais encore une fois ne voyez pas là une notion d’objectif à atteindre et ne culpabilisez pas non plus si vous vivez pleinement les mémoires de l’âme, les mémoires karmiques et qu’il vous semble être attaché aux circonstances de ce monde. C’est simplement que pour l’instant, et même après l’Appel de Marie, vous avez besoin en tant qu’âme d’expérimenter encore et toujours la conscience en manifestation, en d’autres formes, en d’autres lieux et de façon libre.

Ce que l’on nomme le Jnani, celui qui vit dans l’Infinie Présence en permanence et donc dans l’état de Grâce, n’a que faire d’une quelconque expérience de la conscience parce qu’il a trouvé réellement et concrètement ce qu’il est et non pas ce qu’il croit qu’il est au travers de l’âme, au travers de la personne. Il n’y a pas de besoin dans l’Esprit, il n’y a pas de volonté dans l’Esprit, il y a juste l’Amour et la Joie et c’est tout.

… Silence…

Écoutons la prochaine question.

Question : parfois les Portes du corps sont très sensibles, voire douloureuses. Pourquoi ?

Bien aimé, lorsque les Portes s’activent, il n’y a pas seulement la vibration qui passe par là, la Lumière Supramentale. Il y a aussi et surtout, rappelez-vous, la rencontre entre l’éphémère et l’Éternel en ces points précis et dans certains cas exquis du corps parce qu’ils deviennent douloureux. Ces Portes vous ont été nommées ; elles ont des fonctions, j’en avais développé certaines. Alors si vous sentez certaines Portes, cela traduit le travail et l’alchimie qui se réalisent en ces Portes qui sont des lieux de rencontre entre l’éphémère et l’Éternel, permettant la réalisation en ce monde du corps d’Êtreté. Alors les sentir est, je dirais, le marqueur de cette rencontre même s’il peut parfois exister, au-delà des mécanismes douloureux, des atteintes réelles liées aux Portes, quelle que soit leur nature.

Dans un cas comme dans l’autre, cela ne change rien. Ce qui se traduit à ce moment-là n’est que la manifestation à la fois d’une résistance et à la fois d’un solutionnement ; les deux sont conjoints. Parce que dès l’instant où la Lumière adamantine résonne au niveau des Portes, l’éphémère commandé par ces centres d’énergie disparaît. Cette disparition peut se faire par la transcendance et la joie comme se faire directement au niveau du corps et donc se traduire par des douleurs, voire des atteintes organiques liées à ces Portes elles-mêmes, mais par l’afflux de la Lumière. La Lumière ne fait aucune différence entre ce qui se déroule à ce niveau-là par une élimination, une transcendance directe ou encore par ce que vous pourriez nommer une cristallisation, qui est elle aussi une élimination. Pour l’Esprit, le corps est respecté mais il est vu comme ce qu’il est, quelque chose qui est de toute façon périssable.

Alors bien sûr, selon la Porte qui est douloureuse ou sensible, cela vous traduira directement le niveau de l’alchimie qui se déroule en vous entre l’Éternel et l’éphémère. Il y a juste à l’observer, à le traverser comme cela vous a été dit car rappelez-vous que ce qui se déroule comme douleurs, comme sensations, ne concerne en définitive que le corps et l’éphémère, même s’il est le marqueur pour ce corps, et même pour l’âme, de l’alchimie qui est en cours. Mais vous n’êtes pas non plus cette alchimie qui se déroule, vous êtes le joyau de l’Éternité, la joie de l’Amour, qui ne tient compte d’aucune vibration, d’aucune conscience quelle qu’elle soit, même la plus libre et la plus vaste.

Dans le processus du retournement de l’âme par exemple ou de libération de l’âme, il y a effectivement des douleurs très fortes sur la Porte correspondant à mon Étoile AL. Vous le savez, ce point est le chakra d’enracinement de l’âme. Alors si l’âme est retournée et se dirige vers l’Esprit, il y a douleur, il y a souffrance, il y a gêne. Mais cette gêne, cette douleur, cette souffrance, et même l’éventuelle maladie pouvant survenir, n’est rien d’autre que la résolution de tous les conflits. Si cela se déroule en des points différents, et nous n’allons pas les passer en revue les uns après les autres mais sachez simplement que c’est cette fonction, cet archétype qui est en train d’être transmuté et de passer à la liberté concernant les engrammes présents à ce niveau-là. Au niveau de ce qui est nommé la Porte Vision ou chakra du foie, vous avez bien sûr les émotions qui sont métabolisées par le foie. Les rêves aussi d’ailleurs, en partie, puisque nous en avons parlé précédemment.

Ainsi donc l’action de la Lumière à ce niveau, quelles qu’en soient la perception et les désagréments, ou les bonheurs, n’est rien d’autre que ce qui vous conduit à l’Éternité de manière fiable et définitive. Bien sûr, la personne va essayer de se saisir de ces processus douloureux afin de se rassurer elle-même ou alors l’âme elle-même cherche à se rassurer par rapport à cela. Mais en tout cas, certaines Portes et même les Portes du dos ne font que traduire non pas vos résistances ou vos insuffisances mais bien la pénétration majeure de la Lumière à ce niveau-là. Cela ne veut pas dire qu’il y a une difficulté à trouver à ce niveau-là, bien au contraire. C’est une incitation à aller vers la joie dépourvue de toute cause, à maintenir l’état de Grâce, à maintenir la paix, la sérénité, quelles que soient les circonstances de votre vie ou de ce monde.

… Silence…

Écoutons ensemble la question qui suit.

Question : quand j’examine ce qui se passe au niveau de ma poitrine et de mon cœur, je distingue des différences : chakra, Couronne, Feu, vibration, Triangle. Pourquoi ?

Bien-aimé, cela te montre simplement les différentes couches qui te mènent au joyau et qui se manifestent selon tes humeurs, selon ce qui se produit sur Terre ou dans le ciel, sur le Soleil aussi et en fonction aussi de ton environnement. Alors parfois c’est simplement le chakra du cœur, parfois cela est le Cœur Ascensionnel, parfois c’est le Triangle qui a été la Nouvelle Eucharistie et parfois encore il y a ce qui a été nommé le tétrakihexaèdre du cœur.

Tout cela ne sont que des strates qui te conduisent effectivement, dès que tu les as identifiées, à te maintenir à volonté au sein de l’Infinie Présence ou de l’Ultime Présence sans toutefois t’y arrêter et qui te donne le libre accès à ce que tu es, c’est à dire l’Absolu. Ainsi donc il existe plusieurs strates et plusieurs couches correspondant chacune, je dirais, à un niveau particulier de manifestation du cœur. Sentir le chakra du cœur est simplement ce que je nommerais le cœur éthérique, qui n’a rien à voir avec le vrai cœur, bien sûr. Quand nous parlons du cœur, il y a bien sûr plusieurs acceptions possibles et chacun va le traduire en fonction de son propre vécu.

Alors bien sûr, il y a ce qui a été nommé la Couronne radiante du cœur, qui correspond en quelque sorte à la périphérie, beaucoup plus expansée que le chakra du cœur, et qui vient mettre en relation directement l’amour personnel et l’Amour impersonnel. Il y a la perception du Triangle de la Nouvelle Eucharistie qui signe à ce moment-là que votre âme, quoi qu’elle soit devenue ou qu’elle demeure encore, ou qu’elle ait disparu, a été contactée par l’Esprit Saint, par la descente de la Lumière venant, je vous le rappelle, de Sirius depuis déjà plus d’une génération. Il y a aussi le tétrakihexaèdre qui te donne accès à la structure du corps d’Êtreté. Tout cela donc réfère à un niveau de fonctionnement mais pour voir les différents niveaux, il faut être capable de maintenir, sans le vouloir bien sûr, l’Infinie Présence qui donne accès à tous les possibles.

Et simplement quand tu traverses certaines couches de ta propre existence au sein de ce monde, et selon ce que tu traverses comme couche, se manifestent différents aspects de ce qui est nommé le cœur. Tous ces aspects-là ne sont fonction que de la longueur d’onde, si je peux dire, qui est expérimentée à ce moment-là. Mais tout cela, tu le sais et tu t’en doutes, par le joyau, tout cela est sous-tendu par la joie de l’Amour et l’amour de la Joie qui n’a rien à voir avec une quelconque personne ou même avec un quelconque monde. Toutefois explorant et vivant au sein de ce monde et au sein des mondes subtils, tu perçois par toi-même qu’il y a des différences significatives selon ce qui vibre, selon ce qui est perçu et selon ce que tu sens.

Je te rappelle que dès l’instant où l’Infinie Présence était établie, même s’il y a perception des possibles, tout s’éteint sur l’écran de la conscience pour pénétrer enfin ta Demeure d’Éternité où là il n’est plus question de quelque cœur que ce soit, de quelque personne que ce soit, de quelque vibration que ce soit. Ce qui n’empêche pas, au moment des allées et venues au sein de cette incarnation, d’éprouver les différents aspects vibratoires et les différentes consciences qui correspondent à ces différents aspects vibratoires.

On peut dire en résumé qu’il y a tout d’abord, et cela n’est pas indispensable pour chacune des étapes mais en schématisant, cela vous donnerait ceci : il y a d’abord l’élan du cœur qui est plus lié à la compassion et au charisme et qui ne se traduit pas nécessairement par des aspects énergétiques mais parfois par un décrochage du cœur, un sentiment de vide ou de plein au niveau de la poitrine, un changement de rythme cardiaque, vous connaissez tous cela. À un moment donné, quand l’affect est très important et le mental est très puissant, même clair, la vibration du chakra du cœur peut apparaître. Il n’a rien à voir en amplitude et en superficie au sein de l’espace que ce qui est appelé le Cœur Ascensionnel ou la Couronne radiante. Il y a ensuite, au-delà du cœur énergétique, il y a effectivement les points sensibles au niveau de la Nouvelle Eucharistie. Cela se produit quand l’âme est touchée par la Lumière. Il y a ensuite les mécanismes directement reliés à l’Ascension : la Couronne radiante du cœur, le Cœur Ascensionnel, le Feu du cœur, même si ce Feu du cœur peut être de nature vitale ou vibrale. Mais les conséquences, bien sûr, ne sont pas les mêmes.

Mais à un moment donné, même ce qui est perçu au sein du cœur, même dans sa partie la plus élevée vibratoirement, que vous nommiez cela le Feu du cœur, la Couronne radiante du cœur ou le Cœur Ascensionnel, s’éteint elle aussi. Les véhicules intermédiaires ne sont plus nécessaires, vous êtes sorti de l’illusion en totalité, même si celle-ci peut encore se manifester au travers de la différente perception du tétrakihexaèdre, de la nouvelle Trinité, de la Couronne radiante ou même du chakra du cœur. Mais vous savez que vous n’êtes rien, à ce moment-là, de tout cela et cela se produit simplement comme un marqueur de vos différents mouvements entre l’Éternel et l’éphémère.

Le Commandeur vous a parlé voilà plus d’un an de la réponse du cœur et de ses différentes potentialités. Cela concernera toujours la personne mais maintenant, quand le joyau est trouvé, découvert et manifesté, il y a juste l’Amour. Il n’y a même plus besoin de ce que vous nommez Supramental ou vibration de la conscience parce que l’Amour, en définitive, est au-delà de toute conscience manifestée même s’il est présent en chaque monde. Vous trouvez à ce moment-là réellement l’essence de ce que vous êtes et tout le reste ne participe que de l’éphémère que vous accomplissez avec la même grâce, quels que soient les évènements.

… Silence…

Écoutons si vous le voulez bien la prochaine question.

Question : pouvez-vous développer sur les différences entre le feu de l’ego et le Feu de l’Amour ?

Le feu de l’ego ramène tout à soi, à ses propres expériences, à ses propres rôles, à ses propres fonctions, au niveau bien sûr spirituel, qui sont crus comme quelque chose de réel. Le Feu de l’Amour n’a que faire de tous les jeux affectifs, relationnels. Ils sont vécus avec la même grâce et surtout sans le moindre intérêt, même si cela est réel pour celui qui le vit.

Le Feu de l’Amour vous libère de tous les feux. Le feu de l’ego vous renforce dans les jeux de rôles, les fonctionnements au sein de ce monde ou les projections de l’âme à travers un avenir quel qu’il soit. Le Feu de l’Amour n’est pas concerné par un quelconque avenir, il est lui-même ce qu’il est et c’est ce que vous êtes.

Le feu de l’ego va vous emmener à rechuter et à retomber au sein de la dualité, à voir le bien, à voir le mal, à voir l’ennemi, à voir l’ami. Celui qui est dans le Feu de l’Amour n’a ni ami ni ennemi, parce qu’il voit en les deux la même chose : ce qu’il est.

Le feu de l’ego a besoin de s’approprier, a besoin de démontrer, de montrer ce qu’il croit être. Le Feu de l’Amour n’a aucunement besoin de ces jeux, il « est » l’Amour. Il n’a pas besoin de diriger, de contrôler quoi que ce soit au sein de sa vie comme au sein de l’autre, il laisse se manifester simplement cet Amour. Et cet Amour peut parfois effectivement rencontrer des résistances. Alors ça peut aller à l’encontre de la personne, blesser la personne que vous êtes encore.

Dans le cas du feu de l’ego il y aura toujours des réactions, des justifications, des besoins d’expliquer, des besoins de confronter, des besoins de se prouver, à l’autre surtout et à soi-même, que l’on est dans la vérité. Le Feu de l’Amour ne se pose même pas la question de la vérité. Il ne se pose pas la question de la personne. Il ne se pose pas la question de ce qui est vécu au niveau des vibrations. Il est réellement l’Amour.

Le Feu de l’Amour dissout le feu de l’ego. Le Feu de l’Amour est l’état de Grâce. Le feu de l’ego vous éloigne de la Grâce et vous amène sans arrêt à vous justifier, sans arrêt à expliquer, sans arrêt à confronter le bien et le mal en vous et surtout en l’autre si possible. Alors que le Feu de l’Amour ne joue aucun jeu et surtout pas ce jeu-là. Le Feu de l’Amour se suffit à lui-même, il n’entraîne ni justification, ni besoin de parole, ni besoin de démontrer, il « est », tout simplement.

Le Feu de l’Amour sera toujours en mouvement. Il sera toujours dans la liberté du mouvement. Le feu de l’ego ne sera pas dans le mouvement mais dans l’agitation. Il fera ce que le Commandeur avait appelé les tournicoti-tournicota, un jour une chose, un autre jour une autre chose. Le Feu de l’Amour traverse une expérience quelle qu’elle soit sans chercher à les orienter ou à les diriger en fonction d’une appropriation ou d’un besoin de justification.

Le Feu de l’Amour est libre de toute attache en ce monde. Le Feu de l’Amour ne croit en rien, n’espère rien, ne redoute rien. Il est surtout la manifestation de l’Absolu. Il n’est plus axé sur la vibration, il n’est plus axé sur l’élévation de la conscience, il a transcendé tous les jeux par l’installation de la Vérité.

Le feu de l’ego est en perpétuelle recherche, il est en perpétuelle représentation. Le Feu de l’Amour n’a rien à représenter ni à présenter, il est ce qu’il est et ne dépend d’aucune circonstance ni d’aucune situation. Il est équanime. Il est le même face à la joie, face à la souffrance, face à la mort comme face à la vie, de soi comme de l’autre.

Bien sûr les conséquences ne sont pas les mêmes. Dans le feu de l’ego, il y a déperdition de l’Amour. Dans le Feu de l’Amour, il y a accroissement de l’Amour, toujours plus, toujours plus vaste, toujours plus grand, toujours plus infime en ce monde dans la présentation de la personne.

Le feu de l’ego renforce la personne et renforce l’âme dans le besoin de montrer et de se démontrer au sein de ce monde. Le Feu de l’Amour vous fait disparaître en totalité à ce monde, comme je l’ai manifesté de mon vivant. Voyez, c’est pas du tout la même conséquence.

Dans le feu de l’ego, il y a une personne qui gesticule, qui revendique un rôle, une fonction, des attributs. Dans le Feu de l’Amour, il n’y a rien de tout cela. Il y a l’innocence et la simplicité de l’Amour, même si la personne encore présente a besoin de diriger, par exemple dans ses fonctions familiales ou professionnelles, mais cela est vraiment sans importance parce que le Feu de l’Amour prend toute la place même sur ce qu’il est nécessaire de diriger.

C’est ainsi que s’installe non pas simplement la Fluidité de l’Unité mais réellement la Fluidité de l’Amour. Cela vous le voyez en vos vies même, selon ce qui se déroule, et dans la vie de vos sœurs et frères que vous rencontrez. Est-ce qu’il y a agitation ? Est-ce qu’il y a mouvement qui part dans tous les sens ou est-ce qu’il y a cette stabilité inébranlable de l’Amour que rien ne peut affecter ?

… Silence…

Accueillons ensemble la question qui suit.

Question : pourquoi disparaît-on quand se présente un état d’Amour total et inconditionné ?

J’ai répondu déjà en partie à cette question à travers ce que j’ai dit depuis que nous avons commencé, mais je vais poursuivre les explications. Quand l’Amour inconditionné est là, vous êtes effectivement ravi en extase. Vous vivez la vraie mort de l’ego, de la personne, même si la personne demeure en vie. Alors à ce moment-là, il n’y a rien de mieux à être que de disparaître à l’illusion en totalité. Comme je l’ai exprimé, c’est au retour que le changement est important. Celui qui disparaît dans le sommeil ne ramènera jamais avec lui la Joie, la Paix et l’Amour. Celui qui a disparu dans l’Absolu par l’Amour inconditionné revient encore plus rempli de joie et d’amour, que cela soit pour ses frères et sœurs, pour ce monde et pour la vie, quelles que soient les illusions qui y sont présentes et quel que soit le cycle que vous traversez.

Alors l’Amour inconditionné, oui, vous fait disparaître. Il n’a aucune raison de demeurer quoi que ce soit de vous quand l’Amour inconditionné prendra toute la place et tout l’espace possible de votre conscience. Il n’y a d’ailleurs plus de conscience, vous le savez, cela a été nommé la A-conscience. La conscience n’est que la manifestation de quelque chose, alors que l’Absolu n’est jamais manifesté. Il est la certitude et la vérité de ce que vous êtes. Il n’a pas besoin de preuve, il n’a pas besoin de justification, il n’a pas besoin d’être contrôlé par la personne, ni vécu même par la personne. Elle ne pourra jamais le vivre ni s’en approcher, parce que celui qui s’exprime depuis l’Absolu n’exprime pas le point de vue d’une personne ou d’une âme, ni même ses expériences. Elle exprime simplement la réalité de l’Amour à propos de quoi que ce soit qui est évoqué dans les paroles et dans les discours. Il y a le même Amour qui émane, que cela soit au sein d’une colère, que cela soit au sein d’une tristesse qui passe, que cela soit dans une explication de quoi que ce soit concernant aussi bien ce que vous nommez l’Esprit ou encore même le fonctionnement de ce monde dans lequel vous êtes.

Alors oui, l’Amour inconditionné vous fait disparaître. Étant donné qu’il n’y a plus de conditions, qu’il n’y a rien à prouver, vous n’avez plus aucune raison d’être inscrit au sein de l’illusion et bien sûr il faut laisser le corps vivre sa vie. Il n’est pas question de mettre fin à la vie, même dans l’illusion, par vous-même et sur vous-même, mais ce que vous ramenez est profondément différent, que vous en ayez conscience ou pas.

En vivant l’Absolu, lors de la disparition, même si vous n’en ramenez strictement rien au niveau du vécu de ce moment, qui dure une minute ou des milliers d’heures d’affilée, vous êtes profondément différent. Au travers de ce qui est vu, au travers même des vibrations qui reviennent à ce moment-là et surtout au niveau du déroulement de votre vie dans tous ses aspects. Vous êtes à la fois touché par tout mais en même temps atteint par rien. C’est bien plus que de l’indifférence, c’est bien plus que du déni ou du refus de réalité, c’est la vraie transcendance de la réalité et surtout de l’illusion de ce monde.

… Silence…

Écoutons la question qui vient.

Question : m’étant discréditée auprès de mes enfants en 2012 et ayant, depuis, observé le silence au sujet des événements à venir, j’aimerais pourtant les prévenir par une lettre à n’ouvrir qu’au moment où les sons du ciel et de la Terre se feront entendre. Est-ce utile ?

Bien-aimée, pour la personne cela est utile, pour toi comme pour l’autre qui est à l’autre bout. Mais en définitive tu n’as pas à t’inquiéter parce que celui qui entendra les sons, et c’est le cas de tout le monde à ce moment-là, ne pourra douter à aucun instant qu’il y a un changement de paradigme, quelle que soit la colère. Nous ne serons plus à ce moment-là dans des situations de déni mais dans des situations de colère et de confrontation qui ne seront que le résultat, pour chacun, de la possibilité d’être dans son cœur ou pas.

Alors, prévenir ne sert à rien, au sens de l’âme et au sens de l’Esprit. Comme disait le Christ : « Que celui qui a des oreilles pour entendre et des yeux pour voir, voit ». Celui qui ne veut pas voir et ne veut pas entendre sera obligé de le voir à ce moment-là. Alors il ne sert en rien d’anticiper. Parce qu’à ce moment-là tu risquerais de ré-établir un lien qui s’est dissout de lui-même par rapport, non pas à des erreurs ou à des projections, mais réellement à la réalité de ce que cela devait être pour toi pour vivre ce qu’il y avait à vivre, détachée de tout lien et arriver à ta propre Libération.

Saisissez-vous pourquoi la plupart des grands mystiques dans l’ancien temps, avant la descente de l’Esprit Saint, même si dans mon cas j’ai été mariée, n’avaient pas besoin ni d’enfants ni de mari ni de femme ni de parents, même s’ils respectaient cela ? Cela a participé du point de vue de l’Amour, pour toi, malgré cet événement que tu peux considérer encore, quand tu es dans la personne, de façon néfaste et funeste, comme une libération et une liberté pour toi, mais aussi pour l’autre. Tu lui as permis de devenir autonome même si c’est au travers du refus.

Allez au-delà du regard et de la première explication que j’ai donnée correspondant à la personne. Fais ce que ton cœur te dit, fais ce que tu te dis à toi-même et non pas ce que je te dis moi, parce que cela concerne la personne. En aucun cas l’Amour ne peut être affecté par cela, le tien comme le sien. En aucun cas cela ne peut affecter la réalité de ce que sont encore ces personnes qui sont dans le déni. Rappelle-toi qu’elle doit vivre la colère, la négociation avant d’arriver à l’acceptation.

Les Trompettes représentent très exactement, avec leur accomplissement et l’Appel de Marie, l’acceptation devant l’inéluctabilité de ce qui se déroule. De la même façon que quand on meurt, quand on est incarné, est-ce qu’on se préoccupe, au moment où la personne s’éteint, de ce que va devenir ce qu’il existe au sein de ce monde ? Bien sûr, au niveau des mondes illusoires de l’astral, vous êtes attrapé et rattrapé, je dirais, par les affects, par les émotions, par les liens que vous n’avez pas su détisser. Mais ce qui se déroule aujourd’hui est bien plus que la mort, c’est la Résurrection. Cela n’a rien à voir avec la mort. Là aussi, laisse œuvrer l’Intelligence de la Lumière, laisse œuvrer l’Amour qui est au fond de toi et fais à ce moment-là ce que te dit ton cœur et non pas ce que je te dis moi.

Je te donne les deux versants de l’explication. À toi de choisir et de voir si c’est la personne qui agit ou si c’est l’état de Grâce qui agit, et si tu es placée dans ton cœur à ce moment-là. Parce que de prévenir et de renforcer la réalité de ce qui est dénié, même au moment où cela se produira, peut aussi bien dissoudre les liens du côté de la personne qui est encore attachée, même si elle est dans le refus, parce que justement le refus est un attachement. Ou alors est-ce que tu laisses œuvrer l’Amour mettant fin à tout lien au sein de ce monde ? Même le sens de la responsabilité dans votre vie sera à un moment donné foulé au pied, le sens de vos responsabilités par rapport à vos enfants qui ne dépendent en définitive que de la personne et de l’âme à travers les jeux de l’action et de la réaction.

En définitive, que veux-tu ? Que décides-tu ? Laisse parler ton cœur et ne me laisse plus parler par rapport à cela, décide toi-même et vois d’où vient la décision. Vient-elle de la personne ? Vient-elle de l’Absolu ? Vient-elle du Soi ? Vient-elle du besoin de jouer la triade infernale qui vous avait été nommée le bourreau, la victime et le sauveteur ? Il n’y a rien à sauver, même pour celui qui croit qu’il y a quelque chose à sauver. Celui qui croirait sauver quelque chose ne pourrait sauver que les illusions quelles qu’elles soient, de son corps, de sa personne, de sa vie, de ses affects, de ses émotions, mais tout cela n’a aucun sens pour l’Absolu. Bidi vous l’a souvent martelé avec sa force, avec sa puissance, mais il n’a fait que dire la stricte vérité.

D’ailleurs vos scientifiques savent pertinemment aujourd’hui que ce monde est une construction chimérique qui n’a pas d’existence et qui n’est pas réel. Quelle que soit l’intensité de la souffrance, de l’émotion ou de l’amour conditionné qui est vécu, ce monde n’a aucune existence. C’est bien cela qu’il va falloir réaliser, non pas par le mental mais bien par le joyau du cœur et c’est ce que confère d’ailleurs le cœur du cœur. Il vous fait disparaître à ce monde, il vous fait disparaître à toute causalité. Il vous fait disparaître à tout jeu personnel et il vous fait disparaître réellement et complètement à l’illusion de ce monde, quelle qu’en soit sa matérialité.

Du point de vue de l’Absolu, comme du point de vue de vos scientifiques, ce monde est un hologramme. Il n’est même pas une matrice, il est juste un rêve, un mauvais rêve ou un bon rêve, mais un rêve de toute façon.

Alors à vous de savoir quel jeu vous voulez jouer. La Lumière, de toute façon, vous poussera, au travers de l’Assignation Vibrale, et au travers des Trompettes et de l’Appel de Marie, à voir réellement les tenants et les aboutissements de l’illusion. Alors, qu’acceptez-vous de nourrir, qu’acceptez-vous d’être, quelles que soient vos obligations aujourd’hui, quelles que soient vos filiations ? Êtes-vous libre réellement, ou pas ? Si vous êtes libre, alors la joie s’installe de plus en plus, quoi qu’il arrive. Si vous refusez la Liberté, alors il y a colère, il y a déni, il y a émotion, il y a mental, mais ce n’est pas une punition. Cela traduit simplement votre besoin d’âme d’expérimenter et d’explorer la conscience, en toute liberté et non plus enfermée de toute façon. Mais rien ne subsistera de tout ce que vous connaissez.

Durant les « trois jours », cela vous a été expliqué, vous ne pourrez vous raccrocher à rien car il n’existera plus rien. Ni maître, ni vaisseau, ni Marie, ni vous. Il restera l’Amour et que ça, sans personnification, sans repères de couleur, sans repères de forme, sans repères de dimension. Ce que vous pourriez appeler, du point de vue de la personne, le néant, le vide.

Et pourtant, si vous saviez et si vous viviez cela en totalité, vous seriez en extase comme je l’ai été si longtemps. Il n’y aura plus aucun jeu de rôle possible à ce moment-là. Il n’y aura que l’Amour, que vous êtes. Alors si vous êtes occupé à ce moment-là à vous raccrocher à quoi que ce soit, à vos enfants, à vos parents, à vos propriétés, comment voulez-vous être Amour ?

Mais encore une fois, même si cela n’est pas votre cas, il n’y a aucune culpabilité à avoir. Acceptez simplement que votre âme a besoin de se manifester, d’explorer les dimensions et de vivre la conscience, mais vous passerez bien évidemment par ce moment. Cela a été appelé, il me semble, le Serment et la Promesse, cela a été chanté par l’Archange Uriel, cela a été expliqué par les Anciens et par les Étoiles, de manière fort documentée, si je peux dire.

… Silence…

Nous accueillons ensemble la question qui vient.

Question : les mouvements de Li Shen sont-ils toujours utiles en cette période ?

Bien-aimée, je te répondrais que c’est utile pour celui qui en a besoin et qui en éprouve le besoin. Comment déterminer si le besoin est là ? Eh bien simplement si vous êtes en joie, simplement si vous êtes dans l’Amour, il n’y a besoin de rien.

Toutefois il est parfois nécessaire de stabiliser l’Action de Grâce pour être en état de Grâce. Alors à ce moment-là la danse du Silence qui vous a été communiquée, ou tout ce que vous avez pratiqué pour certains depuis de nombreuses années, peut être pratiqué à volonté. Mais je vous encourage quand même à pratiquer la Voie de l’Amour, de l’Humilité et de la Simplicité et de laisser émaner de vous ce que vous êtes en vérité, et cela se fait sans effort. C’est l’âme et la personne qui ont besoin parfois de se structurer avant de se dissoudre.

N’oubliez jamais, comme cela a été là aussi répété à d’innombrables reprises, qu’il n’y a que vous-même qui pouvez faire le dernier pas et personne d’autre, non pas votre personne puisque c’est justement elle qui disparaît. Il faut si cela est possible pour vous, vous abandonner intégralement à la Lumière, en l’instant du sacrifice de votre personne, de vos affects, de vos possessions. Mais retenez bien que c’est un mécanisme qui surgit au sein de la conscience. Vous n’avez pas besoin de vendre vos biens, de donner vos biens, de vous séparer de femme et enfants. C’est une attitude intérieure, ce dont je parle.

Alors s’il vous semble émerger dans la joie en pratiquant la danse du Silence, alors faites-le. Mais n’oubliez pas que cela ne sera que, comme toujours, et comme nos Présences aussi l’ont fait, que des béquilles, vous amenant toujours plus proche de ce que vous êtes. Mais seul vous-même pouvez découvrir ce que vous êtes. Aucun maître, aucun Christ, aucune vibration et aucune Lumière ne pourra vous faire vivre cela. Jamais. Il n’y a que vous qui pouvez le vivre, de vous-même, en vous sacrifiant. Le sacrifice dont je parle n’est pas le sacrifice de votre corps, ce qui serait un refus de la vie, mais un sacrifice plutôt au sens psychologique et spirituel.

Abandonnez tout ce que vous croyez savoir au niveau spirituel. Abandonnez ce que vous croyez vivre, même au sein de la personne, et disparaissez. Et là il n’y aura plus jamais le moindre problème, le moindre doute, parce que l’évidence de l’Amour sera telle que rien ne pourra l’altérer, même la mort de ce corps, même la souffrance de ce corps, même le pire des événements survenant à la personne parce que l’âme a disparu et l’Esprit est là, présent en totalité, et il est l’Amour en manifestation encore, en tant que Libéré Vivant.

Alors oui, si vous sentez qu’il y a besoin de monter vos vibrations, si vous sentez qu’il y a besoin de percevoir l’Onde de Vie, le Canal Marial, alors oui bien sûr, faites ce que vous sentez bon à ce moment-là. Mais n’oubliez jamais que ce sont des jeux qui ne durent qu’un temps et que la finalité n’est pas de faire ceci ou cela mais justement de laisser tomber ceci et cela, même nous, même nos Présences, qui ne sont qu’en vous, vous le savez.

Installons nous un peu plus au cœur du cœur, au cœur de l’Amour.

… Silence…

Écoutons la suite, si vous le voulez bien.

Question : qu’est-ce qui peut faciliter le retournement définitif de l’âme vers l’Esprit ?

Bien-aimée, cela rejoint en partie ce que j’ai déjà dit mais je vais poursuivre. Le sacrifice de l’âme, non pas par un acte de volonté ou un acte de la personne, mais bien par un relâchement total de tous les objectifs, de tous les espoirs, de toutes les souffrances, non pas un rejet qui serait une lutte mais bien plus ce que je nommerais une acceptation totale et inconditionnelle, aussi bien de l’éphémère, aussi bien de l’illusion, parce que vous savez à ce moment-là que cela ne dure qu’un temps.

Vous libérer au sein de l’Instant Présent, c’est ne pas être pollué par votre propre passé, par votre propre futur, par ce que dit le corps, par ce que disent vos émotions, vos affects, ce que disent vos rôles et vos fonctions au sein de ce monde. C’est être neutre et vierge de tout désir, de toute pensée, non pas comme quelque chose qu’il faudrait acquérir de haute lutte mais comme l’Évidence qui s’installe.

Dès l’instant où votre conscience se manifeste, même au sein de l’amour conditionné, même au sein du Soi, il y a manifestation de la conscience, même dans ses aspects illimités, mais rappelez-vous que vous n’êtes pas seulement cela et qu’en même temps vous n’êtes rien de tout cela. Toutes les expériences, même au sein des univers dits libres et au sein des dimensions les plus élevées, sont inscrites dans un autre temps, certes, qui ne connaît ni le temps ni l’espace, mais sont inscrites quelque part dans une durée. Or vous, vous n’avez aucune durée.

Je dirais aussi, ne soyez pas dupe en quelque sorte de ce que nous disons, de ce que nous échangeons. Rappelez-vous que nous ne faisons que vous rapprocher de vous-même. Alors bien sûr il y aura de multiples interventions au sein de ce monde et d’ailleurs vous en percevez parfois les contours si je peux dire, que cela soit au sein des êtres de la nature, que cela au sein des formes de nuage, que cela soit au sein des vaisseaux qui sont vus par vos yeux ou par vos moyens d’observation modernes, mais tout cela est un jeu.

Croyez-vous réellement qu’il y ait quelque chose à sauver ? Croyez-vous qu’il y ait réellement une vie à poursuivre ? Croyez-vous réellement que vous allez retrouver vos enfants, vos parents ? Êtes-vous réellement encore attaché à tout ça ? Êtes-vous dépendant de tout ça ou êtes-vous réellement libre ?

C’est une attitude intérieure, ce qui a été nommé un positionnement, un point de vue, mais ce n’est pas un point de vue au niveau mental, c’est réellement de l’endroit où vous vous tenez. Est-ce que vous vous tenez dans la conscience manifestée, ici comme ailleurs, ou est-ce que vous êtes au-delà réellement de tous les jeux de la conscience, au-delà même de vos lignées, au-delà même de votre origine stellaire, au-delà même de la Source, puisque vous êtes tout cela réuni ?

Mais le voyez-vous ? L’avez-vous déjà seulement accepté ? Même au niveau fragmentaire de la personne. L’Amour ne s’encombre d’aucun support, d’aucune personne, d’aucun monde, même si les mondes bien sûr sont des lieux de manifestation de la conscience absolument remplis de beauté, remplis de joie, remplis d’amour aussi, mais ce sont les jeux de la conscience. Vous n’êtes aucun jeu de la conscience. Saisissez cela. Non pas pour vous en saisir mais pour vous apprêter à le vivre, à l’éprouver.

Il a souvent été dit que ce à quoi vous teniez vous tient. Cela est la stricte vérité. Ne tenez à rien et soyez libre. Que vous soyez riche, que vous soyez pauvre, que vous soyez marié, que vous soyez seul, que vous soyez jeune, que vous soyez vieux, à quoi tenez-vous ? Pouvez-vous être enfin vivant sans dépendre de quoi que ce soit, d’un aliment, d’un exercice, de quoi que ce soit de ce monde ? Sans rejeter pour autant ce monde bien sûr.

Voyez réellement, avec amour, avec pardon aussi, là où vous êtes. Respectez ce que vous êtes ici, même dans l’illusion, mais sachez que vous n’êtes rien de tout cela. Tout cela ne sont que des jeux, tout cela ne sont que des postures si je peux dire, des stratégies, des adaptations, qu’elles soient au niveau de l’âme ou au niveau de ce corps. Si vous voulez, c’est la même analogie, je pourrais prendre l’exemple suivant : vous conduisez une voiture qui vous emmène d’un point à un autre, c’est votre voiture, c’est vous qui la conduisez mais jamais il ne vous viendrait à l’esprit de vous identifier à la voiture.

De la même façon, pourquoi voulez-vous maintenir l’identification à un corps, à une conscience, à des affects ? Vous êtes bien plus que ce que vous pensez vivre aujourd’hui, quel que soit l’état de votre conscience.

… Silence…

Et je poursuis. Alors bien sûr il y a des jeux utiles et il y a des jeux futiles. Utiles pour qui ? Pour la personne, pour l’âme, mais ne perdez jamais de vue qu’aucun jeu même utile ne vous servira à rien le moment venu. Il vous a juste permis de vous approcher de votre essence et il n’y a que vous qui pouvez vous reconnaître. Il n’y a que vous qui pouvez vous aimer parce que vous êtes l’Amour.

… Silence…

Accueillons ce qui suit.

Question : le fait de beaucoup manger est-il contradictoire avec le retournement de l’âme, cela peut-il l’empêcher ?

Bien-aimée, le corps a ses besoins, l’âme a ses besoins et l’Esprit a son évidence. Alors bien sûr cela dépend de la personne. Vous l’avez constaté, certains d’entre vous mangent plus et d’autres mangent moins. C’est une croyance de croire que l’excès d’aliments ou l’insuffisance d’aliments va changer quoi que ce soit à l’Esprit, même s’il est évident que l’aliment, et selon sa nature parce que vous savez qu’il existe – et cela est extrêmement vrai aussi bien dans les philosophies orientales qu’en Inde – il existe des aliments lourds et des aliments raffinés. Il existe trois classes d’aliments, alors à vous de voir ce que vous mangez.

Si vous mangez beaucoup d’aliments tamasiques vous allez vous alourdir, si vous mangez beaucoup d’aliments rajasiques vous allez vous affiner, mais cela n’a rien à voir avec l’Esprit. Il est évident, et vous le savez pour l’avoir vécu, que quand vous jeûnez ou quand vous mangez moins vous percevez plus facilement les vibrations. Mais ce que vous êtes n’a pas changé d’un iota, vous êtes toujours l’Esprit. Simplement l’âme s’exprime de façon différente à ce moment-là.

Alors oui bien sûr, du point de vue de la personne, il est souhaitable de manger des aliments raffinés, dans le sens « élevant la vibration et la conscience ». Effectivement, pour élever les vibrations, il est préférable de ne pas manger de produits morts, animaux, mais l’Absolu n’a que faire de tout cela. Alors attention à ne pas tomber dans l’excès de cadre et l’excès de rigueur au niveau de l’âme elle-même parce que l’Esprit libre, lui, n’a que faire de ce qui rentre ni de ce qui sort, il n’est pas concerné par cela. Comme dirait Bidi, c’est le sac de viande qui est concerné, avec ses besoins.

Mais croire que par l’alimentation, par le jeûne, par la prière, vous allez être libéré est une insulte à l’Esprit. Mais toutefois il peut être parfois utile de s’approcher de la vérité. Alors oui, dans ces cas-là, comme pour les exercices, comme pour les yogas, comme pour les cristaux, comme nos aides, vivez-le mais ne soyez pas dupe non plus. Là non plus, ne soyez pas tributaire d’un aliment. Ne soyez pas tributaire d’une personne. Ne soyez tributaire de rien au sein de cette illusion.

Alors bien sûr la personne répondra qu’il y a besoin d’argent, qu’il y a besoin de manger mais encore une fois, ce sont des croyances. Avez-vous réellement cessé de manger ? Avez-vous réellement cessé d’avoir de l’argent pour voir ce que cela signifiait ? Avez-vous vérifié par vous-même que vous étiez libre, peut-être plus à ce moment-là qu’auparavant ? Non, donc ce ne sont que des projections.

Alors bien sûr il y a un besoin de raffinement dans la conscience humaine, il y a un besoin d’élévation vibratoire pour au moins toucher, si je peux dire, certains niveaux et les vivre. Mais après, pourquoi vous encombrer de tout cela ? Si vous avez l’impression que ce que vous mangez, à partir du moment où vous vivez le Soi, influe sur la qualité vibratoire, cela est véritable pour la personne et vrai, mais cela concerne là aussi encore une fois l’illusion.

De mon vivant dans la chair, je pouvais passer des années sans manger ou me contenter, pour faire plaisir à mes proches, d’un bol de riz par semaine, et pourtant je n’ai jamais maigri. Ça a été même plutôt l’inverse. Alors d’où venait ce poids qui me venait ? Quelle importance cela avait-il ? Vous voyez, tout dépend de là où vous êtes, dans vos croyances, dans ce que vous suivez, dans ce que vous adhérez.

Mais je vous rappelle que l’âme, dans les Mondes Libres, ou l’Esprit, n’a que faire de cette notion d’aliment. Cela appartient à ce monde et à son enfermement, c’est-à-dire ce que vous nommez la prédation. Je vous rappelle que même les peuples qui étaient au sein de l’Intraterre, et en particulier Ramatan et son peuple, faisaient une cérémonie par semaine avec un repas rituélique plus que nourricier, simplement pour le plaisir de faire la fête ensemble et de se rappeler la matière. Mais à aucun moment ce n’était vital.

Donc dans quel but mangez-vous ? Dans quel but ne mangez-vous plus ? Avez-vous l’impression qu’il y a encore quelque chose à raffiner en vous ? À élever en vous ? Ou acceptez-vous réellement que vous êtes parfait maintenant de toute Éternité ? Cela est beaucoup plus facile maintenant qu’auparavant.

… Silence…

Écoutons ensemble la question.

Question : après une transplantation cardiaque il arrive que le receveur prenne une partie de la personnalité du donneur. Cette permutation se passe-t-elle au niveau de l’âme ?

Bien-aimée, la réponse est dans l’intitulé de ta question : il s’agit de personnalité et pas d’âme, même si effectivement il a été dit que le siège de l’âme se situe dans le cœur et en amont du cœur. Il existe effectivement un atome germe, la Goutte rouge et la Goutte blanche qui sont dans le cœur. Mais je te rappelle que s’il y a transplantation cardiaque, c’est que celui qui a donné son cœur est mort et son âme n’est plus là. Ce qui se manifeste à ce moment-là n’est que la personnalité et rien d’autre, des bribes de personnalité de celui qui a donné son cœur, en aucun cas l’âme. Le seul cas où il y ait échange d’âmes, c’est ce processus qui a été nommé « walk-in », quelle que soit sa nature. Ici, ce qui est concerné est simplement les mémoires personnelles inscrites dans la cellule, dans la chair, mais en aucun cas l’âme et encore moins l’Esprit.

… Silence…

Accueillons la question suivante.

Question : si on ne ressent pas le Triangle de Feu ou le point AL, comment savoir si l’âme a fait son retournement vers l’Esprit ?

Quand l’âme est retournée vers l’Esprit, même si elle n’est pas dissoute, il y a allègement. Cet allègement se produit dans tous les sens du terme et dans tout ce qui existe au sein de la conscience, que cela concerne les liens, que ce soient les peurs, que ce soit la façon de vous présenter au monde dans vos yeux, dans vos sourires, dans vos gestes. Celui dont l’âme est retournée vers l’Esprit n’est plus attiré par, je dirais, les vicissitudes de ce monde : la propriété, le sens de la possession, le sens de l’appropriation, le sens de jouer un rôle, au sens spirituel bien sûr.

Celui dont l’âme est retournée vers l’Esprit n’a plus les mêmes besoins, aussi bien au niveau physiologique qu’affectif, que relationnel. Celui dont l’âme s’est retournée vers l’Esprit découvre et entrevoit des espaces de Liberté à nul autre pareils. Les méditations se font plus légères et moins encombrées de pensées, d’idées, d’images. Le sommeil, quelles que soient sa durée et sa modification, n’est pas affecté par quoi que ce soit d’autre que le fait de dormir. Les besoins bien sûr, vitaux, ne sont plus les mêmes. Il y a un désintérêt réel et total du besoin de se comparer ou de se mesurer. Il y a de moins en moins de revendications en ce monde et en quelque domaine que ce soit.

L’âme tournée vers l’Esprit s’intéresse à l’Esprit, sans pour autant renier la matière, et trouve l’Esprit aussi bien dans le fait de créer quoi que ce soit que d’entretenir un jardin ou que d’échanger avec l’inconnu qui passe. Il y a une révolution intérieure au sein de la personne qui, je vous le rappelle, ne vous fera pas sortir de la personne mais allègera vraiment et concrètement la personne. Les questionnements concerneront de moins en moins la personne mais de plus en plus le domaine de l’Esprit, les questionnements intérieurs comme extérieurs.

Dans le retournement de l’âme, effectif et définitif, il ne peut pas y avoir non-perception au minimum, je dirais, de la Porte AL, même si les Couronnes radiantes n’ont pas été vécues, même si l’Onde de Vie n’est pas vécue. Il y aura nécessairement une zone douloureuse si je peux dire, ou sensible, au-dessus du sein droit et parfois d’ailleurs dans le logis ancien de l’âme, c’est-à-dire au niveau de ce que vous nommez le chakra du foie qui correspond au foie et à la vésicule et donc au logis de l’âme tournée vers la matière.

Les émotions peuvent être exacerbées dans un premier temps et après elles disparaissent d’elles-mêmes. Vous êtes moins affecté par vos propres réactions et par vos propres émotions quelles qu’elles soient. Vous demeurez alors de plus en plus souvent centré et aligné, sans le vouloir, sans le décider. Bien sûr les besoins physiologiques eux aussi deviennent différents, mais ça je l’ai déjà dit.

Vous n’êtes plus attaché, et surtout pas à vous-même, mais vous respectez ce Temple et ce corps, cette chair qui vous permet de vous manifester. Mais vous en êtes de moins en moins tributaire. Que cela soit à travers les joies ou les souffrances, elles ne peuvent plus affecter, et de moins en moins, ce que vous êtes réellement, même au sein du Soi.

En résumé, je pourrais dire que la personne elle-même ne peut pas se voir de la même façon qu’avant son retournement de l’âme. Il y a, comme je l’ai dit, changement de paradigme, changement de priorités. L’autre devient plus important que soi, là est le sens du sacrifice de soi. Que vous le vouliez ou non, vous n’êtes pas plus sensible à l’autre mais au siège de votre conscience, l’autre est déjà perçu comme une partie de vous-même, même dans son rejet, même dans sa confrontation, si je peux dire.

… Silence…

Accueillons encore une question.

Question : les dernières clés Métatroniques révélées, E-LO-HIM NE-PHI-LIM, correspondent-elles à des points précis sur le corps physique ?

Oui bien sûr. Mais rappelez-vous que nous vous avons donné le nom des Étoiles, ceux que nous portions. Certaines Étoiles portent des noms très occidentaux, n’est-ce-pas ? Clarté, Précision, par exemple. Certaines Étoiles ont été identifiées et vous ont communiqué leur nom et pour d’autres, vous ne le savez pas. Bien sûr, vous pouvez faire la relation entre l’ensemble des clés Métatroniques et les 12 Étoiles, les 12 Portes et aussi les 24 Anciens, c’est la même chose.

Mais il n’est pas nécessaire de vous encombrer de l’explication parce que cela concerne la personne, même pas l’âme. L’âme les connaît intrinsèquement. Vous avez juste à vivre cela. Vous pouvez bien sûr les chanter. Vous pouvez les réciter tel un mantra mais vous n’avez pas besoin de savoir où cela se situe parce que cela œuvre en ce moment même sans aucune intervention de votre part. Cela n’est pas la même chose que l’activation des nouveaux corps qui vous ont été expliqués et enseignés par les yogas différents transmis par Un Ami et même, pour les techniques respiratoires, par Maître Ram.

Aujourd’hui tout cela se trouve dans la spontanéité, dans l’abandon, dans le sacrifice de soi. Vous ne pourrez rien retenir à ce niveau-là, vous ne pourrez que le vivre. Vous n’avez plus besoin de systématiser, de même connaître les lieux du corps puisque ceux-ci aussi sont appelés à disparaître, comme je l’ai dit précédemment. Alors peut-être que dans quelque temps l’un des Anciens, s’il en a l’occasion, acceptera de vous dévoiler cela, mais il n’y aura pas ni de protocoles ni de yoga qui seront liés à ces nouvelles clés. Elles sont totalement actives en vous, de par les circonstances de la Terre, même si vous ne le percevez pas au niveau vibratoire, aboutissant je vous le rappelle aux Trompettes et à l’Appel de Marie.

Il existe de très nombreux points qui vont ont été donnés. Regardons par exemple ce qui a été nommé les Portes. Il existe aussi des circuits si je peux dire, des lignes qui relient ces Portes, constituant même les 24 triangles de votre corps d’Êtreté qui s’impriment en ce corps éphémère. Mais de la même façon que vous n’avez pas besoin de connaître le nom de tel muscle de votre corps de chair pour que celui-ci agisse, il en est exactement de même dorénavant.

Bien sûr nous avons sollicité votre attention et votre conscience sur un certain nombre de points, d’Étoiles, parce que cela était nécessaire à un moment donné, pour l’échelon collectif de l’humanité, de pouvoir expérimenter et ancrer en quelque sorte en ces points, en ces Portes, en ces Étoiles, les nouveaux corps. Mais l’Esprit n’a pas besoin de cela. Or, je vous rappelle que c’est l’Esprit de Vérité qui arrive maintenant en totalité.

… Silence…

Bien aimés sœurs et frères, nous allons poursuivre notre entretien au cœur de l’Amour, et écoutons donc la question suivante.

Question : pouvez-vous parler de votre vie dans la chair et apporter des éclairages sur notre vécu d’aujourd’hui.

… Silence…

Ma vie dans la chair, comme vous l’avez peut-être lu, ou vu, s’est déroulée dans la plus grande des simplicités. La vie m’a permis d’être entourée d’âmes très chères. Ces âmes très chères m’ont permis de manifester la Joie sans dépendre des circonstances de ce monde, tout en y étant. Il est évident que les conditions de la terre de mon vivant et les conditions de la terre aujourd’hui n’ont plus rien à voir. Aujourd’hui, je peux dire que vous avez de plus grandes facilités à vivre ce que j’ai vécu, les extases, la Joie et l’Amour qui émanaient spontanément sans aucune volonté de ma part, est aujourd’hui accessible à vous tous. Les moments d’extase, même si vos circonstances en occident et dans vos vies occidentales ne sont pas les mêmes, permettent tout à fait de vivre exactement la même chose.

Alors vous allez me dire qu’est-ce qui vous en empêche ? Simplement les ultimes attachements à l’illusion, même en vivant le Soi : le sens de la responsabilité, le sens d’avoir besoin de vous occuper, le sens d’avoir besoin d’avoir des activités, des obligations morales, des obligations sociales, qui vous maintiennent, que vous le vouliez ou non, en tout cas en occident, prisonniers quelque part d’un système d’organisation de la vie qui n’a rien à voir avec la Liberté. Même si cela vous est présenté ainsi.

Alors de mon vivant je n’avais pas à me soucier de quoi que ce soit, c’est la vérité. Mais aujourd’hui, si vous tombez en extase, en Amour, là aussi vous n’aurez rien à vous occuper. Parce que la Vie, dans son Intelligence de la Lumière et dans l’Amour, vous fournira tout ce qui est utile à maintenir cet état. Alors ce n’est pas une question de choix ou de décision, c’est une question de relâchement. Dès l’instant où vous sentez que vous n’avez plus le choix que d’être ce que vous êtes, l’ensemble des circonstances de la vie, quels que soient les désagréments de ce monde occidental, ne peuvent rien contre ce que vous êtes. Alors bien sûr vous savez qu’il y a un moment précis, qui sera l’Appel de Marie, qui vous mettra tous, si vous l’accueillez, dans ce même état.

J’ai eu de nombreuses expériences de Samadhi où mon corps ne pesait pas son poids habituel, il était impossible à déplacer. Il y a eu des moments et des périodes où le ravissement en mon extase m’empêchait même de parler, de m’alimenter, d’exprimer ce que j’avais à dire. Beaucoup de gens se sont inquiétés autour de moi, malgré leur connaissance de ce que j’étais. Aujourd’hui, chacun d’entre vous a la possibilité de vivre cela. Non pas en le désirant, non pas en le souhaitant, mais en laissant réellement œuvrer, je dirais en totalité, la Lumière à l’intérieur de vous. Mais pour cela vous le savez, il faut disparaître à la personne, disparaître à tous les attachements, disparaître à toutes les croyances, disparaître à toutes les suppositions et les projections de quoi que ce soit concernant l’avenir. Bref, il faut être complètement immergé dans l’ici et maintenant.

L’ici et maintenant ne s’embarrasse pas de mots, de mental, d’histoire quelle qu’elle soit. L’attention de la conscience à ce moment-là, au sens où ma sœur Gemma Galgani l’avait exprimé voilà quelques années concernant l’Unité, ainsi qu’Hildegarde de Bingen, doit prendre je dirais tout le champ de votre conscience. Tout ce qui apparaît à vos sens, tout ce qui apparaît dans votre cœur, tout ce qui apparaît dans votre pensée quelle qu’elle soit, n’est que l’Amour et rien d’autre. Il n’y a pas de place, en l’Amour, pour autre chose. Il n’y a pas de place pour ce monde, il n’y a pas de place pour un rôle ou une fonction au sein de ce monde. Mais bien sûr, vous n’êtes pas tous destinés à vivre cela.

Bien évidemment cela rejoint les questionnements sur la survie de l’âme, la dissolution de l’âme ou le retournement de l’âme, alors c’est à vous de voir. Mais conscientisez bien que quand l’extase vous prend, quand vous êtes ravi en extase, ce n’est pas moi ni vous qui décidez de réaliser cela. C’est les circonstances de la vie qui déclenchent cela en vous. Et à ce moment-là, soit vous résistez soit vous laissez la joie s’amplifier jusqu’à la démesure, jusqu’à l’inconnu total de ce qu’il peut vous arriver. Là est la véritable confiance, là est la seule foi possible pour vivre ce que j’ai vécu.

C’est à vous dorénavant qu’il convient de voir les chaînes qui peuvent rester au sein de ce monde. Les attachements, les devoirs, les sens moraux, les sens de la religion, le sens de la société, qu’est-ce que cela veut dire pour vous ? Il ne peut pas y avoir de demi-mesure. Plus vous vous rapprocherez de l’Appel de Marie et des Trompettes, plus vous constaterez par vous-même qu’il est impossible de maintenir les deux réalités, comme l’a exprimé en son langage métaphorique le Commandeur des Anciens. Avant comme il le disait, vous aviez, parfois assis d’un côté, parfois assis de l’autre, parfois vous aviez, comme il le disait non sans humour, le c– entre deux chaises. Après vous avez choisi une chaise, jusqu’à vous apercevoir qu’il n’y avait ni chaise ni postérieur.

Là est la vérité. C’est le moment où vous n’avez plus le choix. Tant que vous croyez avoir le choix de manifester ceci ou cela, en réalité vous n’êtes pas libre. Vous êtes conditionné par la soif d’expérience, fût-elle celle de l’âme la plus élevée.

Alors ce n’est pas quelque chose qui est à rechercher. Vous n’êtes pas tous destinés à vivre la même chose, malgré le même évènement commun. Vous avez chacun une Demeure différente, illustrant par-là les propos du Christ : « Il y a de nombreuses Demeures à la Maison du Père ». Et aucune Demeure n’est plus digne ou plus élevée qu’une autre, en quelque dimension que ce soit, en quelque sphère que ce soit. L’Amour est plus important que tout positionnement au sein d’une dimension ou d’un système solaire, de toute fonction ou de toute attribution, même comme un Archange, au sein de ce monde dans la Libération.

Bien sûr, ces jeux doivent être menés à leur terme. Alors vous ne jouez pas tous la même partition, ni la même mélodie, il faut aussi accepter cela. Saisissez bien que vous n’avez rien à rechercher pour être libre, parce que vous l’êtes déjà. C’est simplement la conscience de cela qu’il faut voir, afin de dépasser tout aspect de conscience limitée, et tout aspect même de conscience illimitée. Vous établir dans la Présence totale et absolue de vous-même à vous-même, vous conduit inexorablement à la réalité de votre être éternel, au-delà des jeux de la conscience. Mais vous n’avez pas à le rechercher parce que dès l’instant où vous prononcez ce mot, vous vous éloignez vous-même de ce que vous êtes. Il faut vous re-connaître, en vous-même, en ce que vous étiez comme disait Bidi, avant même d’apparaître en ce monde, en cette vie, sans se poser la question de quelque réincarnation que ce soit qui ne sont que des jeux de personne, là aussi. Même s’il existe une morale et une notion d’action/réaction. Jamais l’action/réaction ne vous fera sortir de l’action/réaction, parce que l’action/réaction est sans fin alors que l’Action de Grâce vous a donné l’impulsion.

Certains d’entre vous en resteront là, et d’autres iront jusqu’à l’état de Grâce, jusqu’à manifester des extases de plus en plus intenses. Mais ce n’est pas vous qui choisissez. Ni au sein de la personne, ni au sein de l’âme. C’est la Vie qui le décide en fonction de ce qu’il peut rester de résistances ou de forces de prédation, à l’égard de vous-même ou à l’égard de qui que ce soit à la surface de cette planète.

Alors dans mon vécu j’étais, comme cela a pu être écrit, « saturée de Joie ». Il n’y avait pas le moindre espace ou interstice pour autre chose que la Joie. Je n’avais pas à me forcer, je n’avais pas à méditer, je n’avais pas à lire de textes, je n’avais pas à évoluer, j’avais juste à être ce que la Vie me donnait à vivre au sein de ce monde, juste à être ce que j’étais, et ce que je suis encore aujourd’hui. Saisissez bien la nuance.

À suivre…

Source : Les Transformations

Partagé par : Messages Célestes


Vous avez apprécié ce message... Partagez-le avec Amour
 

Votre aide est Importante…

Depuis sa création il y a plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seul à travailler sur les sites de Terre Nouvelle en partageant à tous les jours les messages de nos amis Guides et Instructeurs Célestes afin d'ouvrir les consciences, pour vivre dans un monde d'Amour et de Paix. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il).
Le partage est un don de Sois, un don d'Amour...
Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...
Bernard !

$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard Guillemette
CP 522 Prévost
Prévost, Qc Canada
J0R 1T0



Comments are closed.