Crimson Circle: « Série des Ailes » Shoud 9

536

Les Enseignements du Crimson Circle
Série des Ailes

SHOUD 9 – ADAMUS SAINT-GERMAIN,
canalisé par Geoffrey Hoppe

Présenté au Crimson Circle, le 5 mai 2018

 

Je suis ce que je suis, Adamus de Saint-Germain.

Alors qui serons-nous aujourd’hui, davantage Adamus? Davantage St. Germain? Hmm. C’est à vous de voir (Adamus rit). Et je crois que je devrais vous poser la question, lequel des deux préférez-vous?

LINDA: Ohh!

ADAMUS: Ohh! (rire)

LINDA: Ohh!

ADAMUS: Je vais vous donner un petit indice. Aujourd’hui, ce sera un Shoud en trois parties. La première partie sera davantage, oh, Adamus quand nous ferons la Sagesse des Shaumbra. La deuxième partie sera plus Saint-Germain quand nous entrerons dans notre discussion, notre conférence. Et la troisième partie sera vous, quand nous ferons le merabh. Je vous guiderai bien sûr, mais ça sera vous. Ça sera …

LINDA: (l’interrompant en applaudissant). Super.

ADAMUS: Oui, ouais. Ça sera … un applaudissement d’une main (rire).

LINDA: Quelqu’un doit bien s’y coller.

ADAMUS: La troisième partie sera plus vous que toute autre chose. Vous découvrirez ce que je veux dire par là une fois que nous y serons. Mais c’est vous qui allez faire cette partie, avec une petite guidance de ma part, bien sûr.

 

En avance sur le calendrier

Alors, chers Shaumbra, pour commencer, c’est intéressant; nous sommes en avance sur le calendrier. Nous sommes vraiment en avance sur le calendrier, et je ne suis pas sûr que ce soit très confortable pour certains d’entre vous. Certains d’entre vous doivent penser : «Eh bien, qu’allons-nous faire maintenant que nous sommes en avance sur le calendrier? Allons-nous juste nous asseoir et attendre que le calendrier nous rattrape ? Ou allons-nous continuer à avancer? « Nous sommes bien plus en avance sur le calendrier que ce que j’aurais imaginé. Je vais vous donner un exemple, après avoir pris un bon café (Adamus prend une gorgée de son café). J’adore venir dans les Shouds parce qu’il y a du café et que vous êtes là aussi (quelques rires), mais je vais vous donner un exemple.

La Vie de Maître, la série entière, n’était pas censée commencer, je veux dire que nous ne pensions pas qu’elle débuterait avant, oh, fin 2020. Donc, dans plus de deux ans (quelqu’un dit « Wow »). Comment?!

LINDA: Wow! (Quelques rires)

ADAMUS: Ouais, « Comment?! »

LINDA: Wow!

ADAMUS: Mais je me souviens très bien, tout comme Cauldre et Linda et toute l’équipe, que c’était le jour où on était censés re-filmer le DreamWalker Birth. C’était inutile de faire ça, il était déjà parfait. Nous allions le re-filmer …

LINDA: Mais vous l’avez fait.

ADAMUS: Nous allions le re-filmer ou du moins, on pensait qu’on allait le faire.

Plus tôt dans la matinée, j’étais assis au Club des Maitres Ascensionnés, ce que je fais beaucoup ces temps-ci. J’aime m’y pavaner. Je suis en quelque sorte, assez fier de vous, alors j’aime m’y pavaner. Je ne vous le dis pas, mais je le dis aux autres Maîtres Ascensionnés. Et j’en profite pour ressentir l’énergie – où en sont les Shaumbra actuellement? Et je me suis soudain rendu compte que nous étions très en avance sur le programme, très en avance. Je me suis dit: « En fait, nous sommes prêts à commencer la série de La Vie de Maitre », ce qui n’était pas censé avoir lieu avant plusieurs années.

LINDA: Pouvons-nous nous applaudir à présent?

ADAMUS: Non, vous applaudirez plus tard, quand j’aurai fini de parler (quelques rires). Ce n’était pas censé se produire avant plusieurs années. Et ce matin-là, quand l’équipe de production est arrivée pour commencer le tournage, environ 30 minutes avant de commencer, ce qui me semblait être un très long moment (avant de commencer) (quelques rires), je leur ai dit: « Non, vous allez filmer autre chose, dans l’instant, en improvisé. Vous n’avez pas besoin de toute cette préparation. Installez-vous juste ici et faites-le. »Et ils l’ont fait.

Maintenant, nous venons juste de sortir le volet 7, La Vie de Maitre n° 7, Je Suis la Création, très en avance sur le calendrier. J’avais prévu que cela ne se ferait pas avant peut-être, oh, 2023. Sérieusement – et je n’exagère pas en disant cela – sérieusement, vous êtes très en avance sur le calendrier.

Vous aviez un tel désir, et une passion si intense, de vraiment atteindre cette illumination incarnée. Je pensais que ça vous prendrait plus de temps de surmonter vos blessures, votre nettoyage, votre dépendance à l’énergie. Je pensais que ça vous prendrait très longtemps pour surmonter tout ça.

Maintenant, de nombreuses personnes sont parties entre-temps, parce qu’elles n’étaient pas tout à fait prêtes, et ce n’est pas une critique envers elles. C’est juste qu’elles n’étaient pas tout à fait prêtes. Mais il y avait aussi un petit noyau de Shaumbra, issus de partout dans le monde – ceux qui sont ici, ceux qui regardent en ligne aujourd’hui – qui s’est dit: «Nous allons être téméraires et courageux. Nous allons passer à l’étape suivante. Nous allons y plonger.  » Et nous voici, en ce 5 mai, je crois de l’année 2018, du moins là où vous en êtes, et nous en sommes déjà à La Vie de Maître n° 7. Nous en sommes déjà à parler de la création. C’est un énorme pas en avant.

Nous avons laissé les autres trucs derrière nous. Nous ne sommes plus accros aux vieux drames, aux vieilles énergies, qui sont en fait … ce n’est vraiment pas la vraie conscience. Ce sont des programmes du mental, tous ces vieux trucs, et là, nous entrons maintenant dans un tout nouveau cours sur la création, la vraie création, avec une extraordinaire compréhension de l’énergie et de la sagesse.

On n’aurait pas pu le faire sans ces bases. Vous deviez comprendre ce qu’est l’énergie. Nous allons en parler un peu plus aujourd’hui. Vous deviez être capables de permettre au Maître, à la sagesse de venir. Sans cela, cela aurait été incroyablement déséquilibré, et cela vous aurait fait très mal. Cela vous aurait blessé de toutes les façons imaginables – physiquement, mentalement et même spirituellement.

Nous l’avons fait à travers un certain nombre de choses. Nous l’avons fait, en numéro un, avec, je dirais, une part d’information, une bonne information, moi qui vous transmettais des choses que vous saviez déjà mais que vous aviez en quelque sorte oubliées. Nous l’avons fait avec une part d’humour, de divertissement. J’espère que quelques-uns parmi vous ont bien été divertis au fil du chemin, au moins de temps en temps, avec quelques sourires ici et là. La distraction. Une part de distraction, c’est extrêmement important. Ne sous-estimez jamais la valeur de la distraction, parce que les humains sont très mentaux à propos de tout. Le mental s’enferme dans n’importe quoi et ne le lâche plus. Si vous pouvez très vite distraire quelqu’un comme ça, ça créera une ouverture. Ça créera une échappée. C’est un peu le même principe, d’une manière un peu pervertie, avec ce que j’appelle le choc salutaire. Ça veut dire que, eh bien, vous êtes en train de marcher et soudain vous vous prenez un mur, parce que vous n’avez pas vu qu’il était là; vous vous faites mal; votre nez est ensanglanté, vous avez mal à la tête et vous avez l’impression que vous allez vous évanouir. C’est une magnifique occasion d’en revenir à l’Esprit, au Maître, à la Sagesse, parce que parfois l’humain s’identifie trop à son identité, il est tellement enfermé, qu’il a besoin de ce choc pour revenir à l’essentiel.

C’est la même chose avec les distractions. Les humains vont dans leur mental. Très souvent lors de nos réunions, ce que vous appelez les ateliers, nous posons une question, et vous pouvez juste voir et ressentir quelqu’un devenir mental. Il arrête de respirer. Il plonge dans son mental, plutôt que dans sa connaissance intérieure, et il se limite. Vous allez le voir aujourd’hui (quelques rires). Des gens vont se limiter. Une petite distraction les fera sortir de leur mental, afin qu’ils reviennent dans leur connaissance intérieure. Nous avons donc une part de distraction.

Ensuite, je dirais qu’il y a environ cinq parts de Permettre. Permettre. En fait, c’est de manière surprenante ce que vous avez bien réussi. Je pensais qu’il y aurait beaucoup de résistance, vous savez, quand nous en sommes venus à parler du Et et de Permettre. Beaucoup de résistance à Permettre, parce que vous savez Permettre signifie lâcher prise, s’ouvrir, Vous permettre, permettre le Maître, ce que certains d’entre vous appellent leur divinité, le Je Suis. Cela signifie que le mental ne contrôle plus, qu’il n’en a plus besoin. Mais Permettre c’est, eh bien, c’est juste ça – permettre votre Soi, votre vrai Soi – peut-être sans savoir ce qui va se passer après, ou ce qui est sur le point d’arriver. Mais, étant très audacieux et téméraires, vous n’êtes même pas inquiets d’attirer de sombres énergies et de les laisser venir à vous, parce que, tout d’abord, ce n’est pas ce qui va se passer. Deuxièmement, à force de fonctionner avec vous-même, vous savez comment faire face aux énergies sombres à présent (quelques rires). Je veux dire, vous savez comment elles fonctionnent, comment elles bougent, quels jeux elles jouent. Donc, vous avez été très audacieux et courageux pour permettre votre Soi, pas pour permettre le reste du monde, mais pour vous permettre. C’est probablement ce qui a fait la plus grande différence avec tout ce que nous avons fait ensemble, ce seul Permettre.

Au début, beaucoup d’entre vous ont travaillé dur sur votre Permettre. Vous l’avez traité comme une autre discipline, une autre méthode en quelque sorte. Ensuite, vous avez réalisé que, oh, permettre c’est juste… que vous prenez une profonde respiration. Vous n’avez pas à vous concentrer dessus. Vous permettez juste, et ce qui se passe est si silencieux, tranquille, calme que vous vous demandez, « Eh bien, est-ce qu’il se passe quelque chose? » C’est si silencieux, mais vous commencez à réaliser que le Maître, le Je Suis, ce n’est pas une question d’énergie. C’est une question de conscience. Et, parce que ce n’est pas une question d’énergie, il n’y a pas de super grand mouvement perceptible. Vous ne ressentez pas comme une cascade d’énergie qui vient en vous. C’est très, très calme. Si calme, si silencieux, si subtile que le mental peut même ne pas savoir que c’est en train de ses produire. Mais vous si. Vous permettez votre Soi. Pas un Dieu extérieur, pas des guides spirituels ou des archanges ou quoi que ce soit du genre. Vous permettez tout ce que vous êtes, tout.

Prenons un moment et permettez simplement à présent… vous prenez juste une profonde respiration … et le Maître continue d’entrer, et vous revenez à qui vous êtes réellement.

C’est sans peur, sans résistance, sans même essayer de le contrôler. Il ne s’agit pas de permettre l’énergie, pas de permettre un humain glorifié. Il s’agit de vous, juste de vous permettre.

Vous voyez, vous n’avez pas à y travailler. C’est comme, « Oh, ouais. Je permets.  » Cela ouvre des espaces en vous. Cela ouvre même votre mental et votre corps. Votre corps afin de lui permettre d’aller au-delà du corps ancestral, et d’amener le corps d’Énergie Libre. Ce Permettre que vous avez fait en fin de compte a amené le mental à se repositionner, afin qu’il n’ait plus à être la force dominante. Il n’a plus à être dépendant de l’énergie. Le mental en quelque sorte se retire à l’arrière.

Au début, il y a de la résistance, oui, et il y en aura encore un peu, mais le mental fait juste en quelque sorte de la place pour la sagesse, pour la connaissance intérieure, et c’est ce qui se passe quand vous permettez à présent. Vous réalisez juste: « Il est temps. Que puis-je faire d’autre? »Tous les trucs, toutes les choses que vous avez faites dans le passé ne fonctionnent pas vraiment. Alors, « Oh, c’est vrai. Je vais juste permettre mon Je Suis.  » Ce Permettre fait la plus grande différence dans tout ce que nous avons fait ensemble.

Les merabh jouent un rôle important. Ils intègrent vraiment tout ce qui est en train de se produire, en particulier dans le Permettre. Et, encore une fois, le Permettre est un processus très silencieux et gracieux. Votre corps ne va pas commencer à trembler et trembler et à se déséquilibrer. Vous êtes simplement en train de permettre, alors ça vient très gracieusement.

J’adore le Permettre, et il nous a amenés là où nous en sommes à présent, là où nous pouvons vraiment parler de création, et c’est là que ça devient amusant. Tout le reste a été un peu dur. Mais c’est là que ça devient vraiment amusant, quand on va dans nos propres créations. Vous allez faire l’expérience de vos propres créations dans la forme humaine incarnée. Vous allez aussi expérimenter la nature multidimensionnelle des créations qui ne sont tout simplement pas sur ce niveau de réalité, mais elles se manifestent. Et c’est là que ça prend de la couleur, que ça devient amusant, dynamique, extraordinaire.

C’est aussi là où vous ressentirez un peu de – nous en avons parlé récemment dans plusieurs ateliers – un peu de tristesse, un peu de cette tristesse mélancolique, « Pourquoi m’a-t-il fallu si longtemps pour en arriver là? Pourquoi ai-je résisté? Pourquoi ai-je dû essayer de tout faire à travers un mental limité, plutôt que de simplement permettre? Combien de vies m’a-t-il fallu pour en arriver là? « Mais après avoir traversé cette tristesse initiale – pourquoi cela a-t-il pris si longtemps – alors, vous commencerez à faire venir la sagesse, la beauté de toutes vos expériences, même les expériences les plus éprouvantes de l’éveil, les expériences brutales de l’éveil.

Alors, prenons une bonne respiration profonde avec ça.

C’était le Permettre. Les autres Maîtres Ascensionnés m’ont demandé, parce que vous savez que beaucoup d’entre eux travaillent avec d’autres groupes. Certains d’entre eux travaillent vraiment avec de très grands groupes, d’autres avec juste de petits groupes isolés, mais ils ne cessent de me demander: «Alors, qu’est-ce que c’est, Adamus, qu’est-ce que c’est que vous avez fait ? Quelle est ta botte secrète? Que pouvons-nous faire?  » Et ça me fait rire, ils devraient travailler avec les Shaumbra pour vraiment comprendre. Leurs groupes, les groupes humains avec lesquels ils travaillent, devraient vous ressembler, et ce n’est pas le cas, parce que personne ne vous ressemble (quelqu’un crie « Ouais! »)

LINDA: Euh-oh (applaudissements du public). Euh-oh!

ADAMUS: Maintenant, la question c’est de savoir comment, avec quelle connotation ai-je dit cela? (Quelques rires)

LINDA: Mm hmm. Mm hmm.

ADAMUS: Je vais le répéter – « Parce que personne ne vous ressemble. » (Plus de rires)

SART: Oui!

ADAMUS: On ne cesse de me demander, « Eh bien, quelle est ta botte secrète? » Et je sais que je ne peux pas vraiment la partager avec eux, parce que cela ne fonctionnerait pas avec leurs groupes. Pas du tout. Ressentez-le juste un instant. Et j’ai envie de leur dire: «C’est Permettre», mais leurs groupes transformeraient ça en une autre méditation. Et alors nous aurions des « vêtements / tenues du Permettre» à porter (quelques rires), et ils feraient des« rituels du Permettre» et ils auraient un «comité du Permettre». Les humains font cela, ils transforment tout en comités et ils f … (y foutent la merde) complètement. Je ne sais pas ce qu’ils font dans ces comités. Je pense que c’est une sorte de… – ils essaient d’imiter les conseils célestes. Mais les conseils célestes ne sont pas des comités. Ils n’ont pas ce caractère assommant qui est associé aux comités. Un comité, c’est un bon moyen d’enlever la vie à n’importe quoi. Vous avez une bonne idée, une inspiration? Mettez-la dans un comité – (bang!) – elle meurt instantanément. Et vous savez ce que les gens disent: « Il faudra y penser. » (Linda rit) Ouais. « Il faudra la mettre à l’ordre du jour de la prochaine réunion. » C’est mort. Il n’y a aucune chance qu’elle survive.

(Pour en revenir au Permettre), les groupes amèneraient le Permttre aux autres humains et ils leur diraient, « Il y a cette chose extraordinaire, belle, simple appelée Permettre. Elle vous mènera gracieusement d’un éveil brutal à votre maîtrise. C’est juste Permettre.  » Mais leurs groupes le transformeraient en quelque chose que ce n’est pas. Ce n’est pas ce que vous avez fait. Vous avez lutté au début avec le Permettre. Vous avez essayé de vous concentrer sur le Permettre, et puis un jour vous avez réalisé, « Oh, il n’y a rien sur quoi se fixer. » C’est un peu comme une sorte de permission à se donner, « Je permets. » C’est tout. Et vous continuez votre vie.

Donc, leurs groupes ne sont pas comme les Shaumbra. Leurs groupes … vous savez, j’ai une théorie, et peut-être que nous ne devrions pas enregistrer cela.

LINDA: Trop tard (quelques rires).

ADAMUS: Trop tard. D’accord. J’ai une théorie. Les humains adorent le contrôle. Ils adorent le contrôle. Vous vous demandez parfois pourquoi ils rejoignent ces groupes religieux ou ces groupes spirituels qui sont très rigides. Vous devez vous couper les cheveux d’une certaine façon et vous devez faire les choses comme tout le monde les fait. C’est un peu comme la mentalité de groupe, et je me suis souvent demandé: «Eh bien, c’est tellement rigide. C’est si ennuyeux.

Pourquoi les humains font-ils cela?” Ils aiment le contrôle. Ils aiment que quelqu’un leur dise quoi faire, parce qu’essayer de comprendre (comment arriver à) votre propre salut, faute de meilleur mot, c’est difficile. Vous devez vous faire face. Mais quand le Pape vous dit: « Ne mangez pas de viande le vendredi » – je pense que vous pouvez maintenant, pas vrai? (quelqu’un dit « Ouais ») Tous ceux qui sont allés en enfer à cause de ça (rires). Mais quand vous avez un pape qui vous dit: « C’est comme ça que tu dois faire. Tu ne dois pas divorcer. La contraception, n’y pense même pas », et tant de ces règles. Ou d’autres groupes où vous ne pouvez pas boire certaines choses ou manger … nous pouvons boire tout ce que nous voulons! Et vous le faites! Et beaucoup, en plus (rires). Et c’est bien parce que vous réalisez que ce café, c’est juste de l’énergie. Si c’était de la vodka – ce serait juste de l’énergie. Si c’était … (Linda lui jette un regard) de la limonade (rires), ce serait juste de l’énergie. J’espère que quelqu’un aura pris des photos de ça. Elles seront mémorables. Elles deviendront … c’est juste de l’énergie.

Alors, il y a des groupes qui vous interdisent (et vous dictent) ce que vous pouvez manger, ce que vous pouvez boire. Rien de tout ça n’a de sens. Comment allez-vous permettre avec des sous-vêtements aussi serrés?

LINDA: Quoi ?! (plus de rires)

ADAMUS: Au sens propre et métaphorique du terme (rire). Vous ne pouvez pas, parce que vous êtes toujours un peu coincés avec ces sous-vêtements serrés et alors vous devez manger des choses bizarres ou alors vous ne pouvez pas manger les choses que vous …

LINDA: Vous avez déjà été une femme?

ADAMUS: Oui (plus de rires).

LINDA: Et vous vous souvenez de vos sous-vêtements?

ADAMUS: Et de beaucoup, beaucoup de choses après (rires). Ouais.

LINDA: Bien sûr! (Adamus rit) Bien sûr!

ADAMUS: Oui, j’ai eu de nombreuses vies en tant que femme.

LINDA: Comment se fait-il que vous ne les racontiez pas?

ADAMUS: Je ne pense pas que nous voulions aborder cela maintenant. J’étais lancé sur quelque chose d’autre (quelques rires).

Donc, Permettre. Comment pouvez-vous aller vers ce genre de groupes qui adorent les règles? Ils prospèrent là-dessus: «Dites-moi que je suis mauvais et dites-moi ce que je dois faire.» Les humains prospèrent avec ça. Pourquoi donc? Je ne comprends vraiment pas. Pourquoi voulez-vous que je vous dise que vous êtes un pécheur, que vous êtes faible, que vous êtes un ange déchu?

LINDA: (murmure) Non, nous ne voulons pas!

ADAMUS: Mais les humains adorent ça: « Oh, oui! S’il vous plaît … »

LINDA: (continue à chuchoter) Non, pas du tout!

ADAMUS: « … à quel point suis-je mauvais?! »

LINDA: (murmure) Non, nous ne voulons pas!

ADAMUS: Vous êtes allée à l’école catholique (à Linda). Vous vous êtes portée volontaire pour cela.

LINDA: Je passais tout mon temps dans le couloir ! Je ne pouvais pas le supporter! (rire)

ADAMUS: Vous voyez? (Rires et quelques applaudissements). Donc, les humains aiment qu’on leur dise à quel point ils sont mauvais – « C’est vrai. Je suis tellement mauvais « – et ensuite ils aiment être punis pour cela.

LINDA: (criant) Non, pas du tout !! (plus de rires)

ADAMUS: Pourquoi étiez-vous tout le temps dans le couloir?

LINDA: Parce que je n’aimais pas ces conneries.

ADAMUS: Mais vous adoriez la punition. Et alors les humains … (quelqu’un dit « Ohh! »)

LINDA: Ohh, ça alors!

ADAMUS: … les humains …

LINDA: C’est tordu.

ADAMUS: C’était son choix, pas le mien (quelques rires). Alors les humains adorent les règles, « Ok, voilà comment vous devez faire pour revenir (à la source). Ne mangez pas de viande le vendredi « ou » Portez des sous-vêtements serrés « ou » Vous ne pouvez pas manger ça. « Oh, et, au fait, pendant que nous y sommes …

LINDA: Non, ils devaient porter de longs sous-vêtements pour ne pas envoyer de mauvais message.

ADAMUS: Pendant que nous y sommes, est-ce que je pourrais emprunter ce sac là-bas?

SHAUMBRA 1 (femme): Oui.

ADAMUS: Oui. Je vous remercie.

LINDA: Euh-oh.

ADAMUS: Il y a quelque chose de bon là-dedans?

LINDA: Vous n’auriez pas dû faire ça.

SHAUMBRA 1: Du café.

ADAMUS: Oh, du café. Je vous remercie.

LINDA: Vous avez fait une erreur (Linda rit).

ADAMUS: Et pendant que nous y sommes … (Adamus tend le sac comme s’il collectait des dons)

LINDA: Oh, non! (quelqu’un dit « Oh, ouais! L’assiette pour les dons »)

ADAMUS: … l’assiette pour les dons. Pauvres pécheurs! Pauvres pécheurs! (rire)

LINDA: Ohhh!

ADAMUS: Vous voulez acheter votre … oh, espèce de double pécheur! (Plus de rires) Oh, ho, ho! Je sais ce que vous avez fait!

LINDA: Ohhh! Vous devez payer en pénitence (de vos péchés).

ADAMUS: Donc, c’est un comportement humain étrange … Edith, vous avez quelque chose à raquer aujourd’hui?

LINDA: Payez en pénitence (de vos péchés).

EDITH: Désolée de vous le dire, mais non.

ADAMUS: Vous n’avez pas un sou- … J’adore votre… – le violet. Vous ne l’avez pas mis pour moi, n’est-ce pas?

EDITH: Bien sûr que si.

ADAMUS: Vraiment? C’est magnifique (quelques rires). Rien à mettre dans le panier? (Edith fait semblant d’y mettre quelque chose.) Quoi ?! C’est la Shaumbra typique (plus de rires). Ouais. Donc, je ne sais pas pourquoi (on faisait ça), mais revenons à notre sujet. Les Shaumbra, sont extraordinaires …

LINDA: Quel était le sujet?

ADAMUS: Les Shaumbra sont extraordinaires. Les incroyables Shaumbra (applaudissements du public). Ouais. Aucune règle. Aucun imbécile.

LINDA: Ooh! (le public dit « Oooh! ») Ooh! J’aime ça (Adamus rit et quelqu’un dit « c’est l’instant T-shirt « ).

ADAMUS: L’instant T-shirt.

LINDA: Oui.

ADAMUS: Je crois que Cauldre me dit qu’il y a un bâtiment disponible à côté. Je pense que vous devriez le louer et mettre en place un magasin de t-shirts et d’autocollants. Tout ce que nous faisons ici au studio, le jour suivant – ch-ch-ch-ch-ch-ch-ch-ch-ch-ch (rires). Vous lancez des T-shirts et des autocollants et oh! Revenons-en à notre sujet.

LINDA: Génial.

ADAMUS: Et à un sujet sur lequel je suis très sérieux.

LINDA: D’accord, d’accord.

ADAMUS: C’était grâce au Permettre. C’était grâce au Permettre, pas aux règles, pas à la discipline, pas même au fait de payer quelques dollars à l’oncle Adamus (quelques rires). C’était le Permettre qui nous a amenés ici, à ce point où nous pouvons dire: «Nous sommes maintenant prêts pour la création.» C’était le rêve Atlante, être incarnés ici et créer.

C’est une chose que de simplement se dire: «D’accord, j’ai réussi à atteindre la maîtrise. Je suis incarné. Je suis là. »Mais sans la part création de tout cela, la création consciente – Je suis la création – cela ne vaut presque pas la peine de rester. Et nombre d’entre vous se sont déjà demandé dans le passé: «Pourquoi rester?» Certains d’entre vous continuent de vivre ce dilemme. « Pourquoi rester? Bon sang, Ok. Je vais permettre mla maîtrise, la sagesse, et toutes les autres choses. Je vais laisser tomber tout l’ancien nettoyage, mes dépendances à l’énergie et tout le reste. Mais pourquoi devrais-je rester?  » La réponse, c’est: la création. Créer depuis l’intérieur de votre création. Etre conscient dans le Je Suis la Création, la création du Je Suis, et être là en tant que Maître humain et créer. C’est la raison pour laquelle vous allez rester.

Alors, prenons une bonne respiration profonde avec ça.

Je sais que nombre d’entre vous deviennent beaucoup, beaucoup plus sensibles et conscients des énergies. Si vous prenez un moment juste pour les ressentir, elles sont toujours en couches. L’énergie n’est jamais singulière, mais toujours en couches, en strates. Les strates se déplacent et bougent, et certaines deviennent plus brillantes et certaines sont au-delà de toute luminosité. Mais pour ceux d’entre vous qui vous permettez d’être conscients de votre énergie, ressentez simplement l’énergie.

(pause)

Nous sommes très en avance sur le calendrier, et maintenant c’est là que le vrai plaisir commence – créer au sein de la création. Voilà pourquoi nous sommes ici.

Et c’est aussi très amusant pour moi aussi à présent. Au lieu de vous faire de multiples conférences et d’avoir à vous taper sur les mains quand vous revenez à certaines de ces vieilles méthodes pourries, nous pouvons maintenant passer à autre chose.

Donc, prenez une bonne respiration profonde.

 

La Sagesse des Shaumbra

Et sur ce, je pense qu’il est temps de passer à notre prochaine partie du spectacle.

LINDA: Oh.

ADAMUS: Il est temps de passer à l’une de mes choses préférées. C’est quand nous faisons le questions-réponses, mais c’est moi qui pose les questions, et vous me donnez les réponses. Avec Linda au micro.

LINDA: Oh, diantre.

ADAMUS: C’est le temps de… (le public dit « la Sagesse des Shaumbra! » Et l’on passe une vidéo d’introduction très divertissante)

Et maintenant, il est temps d’accueillir la Sagesse des Shaumbra ! Allez-vous partager votre sagesse ?!

Ouais!

Ou l’envoyer aux toilettes?

Booo!

(Rires et applaudissements de l’audience)

Un mot rapide à propos de la Sagesse des Shaumbra, s’il vous plaît, s’il vous plait, ne dites pas ces mots tant redoutés … (le public dit «je ne sais pas») Je viens de vous demander de ne pas dire ces mots et que faites-vous? (Rires) Vous tournez autour et vous finissez par les dire. Ne dites pas ces mots tant redoutés. Vous pouvez contourner le problème si vous en ressentez le besoin, contournez-le de manière créative en disant: «Adamus, la réponse doit encore se réaliser dans mon être.» (Plus de rires) Mais s’il vous plait, ne dites pas ces mots qui ne devraient être dits à aucune réunion de Shaumbra.

Donc, la question d’aujourd’hui c’est, et c’est une sorte d’énigme et une question en même temps. Elle va troubler votre mental et ravir votre cœur (Adamus rit).

 

~ La question d’aujourd’hui

Quel est l’attribut – Donnez m’en un, pas une liste complète. Quel est l’attribut qui ne sera pas, oh … l’attribut qui ne sera pas approprié à un Maître incarné. Un attribut qui ne sera pas approprié.

Maintenant, ressentez-le un instant avant de commencer à répondre à cela. Et une partie de l’énigme, c’est que c’est un attribut avec lequel vous luttez. C’est un attribut que vous craignez presque, mais c’est un attribut qui n’appartient pas à la maîtrise incarnée. Quel est cet attribut?

Maintenant, il y aura beaucoup de bonnes réponses et ensuite bien sûr, il y aura ma réponse. Oui. Et si quelqu’un trouve ma réponse à cette question, il sera gratifié d’une récompense spéciale, directement sortie de la poche de Cauldre (rires), puisque Linda n’a pas les Adamus Awards.

Alors, commençons. Un attribut qui n’a pas sa place dans la maîtrise incarnée. Cela peut être un attribut – eh bien, c’est pour la plupart d’entre vous, un attribut que vous avez actuellement, mais que vous ne voudrez pas emporter dans votre maîtrise incarnée. Quel est-il ? Linda au micro

LINDA: Oh, très cher. Oh très cher.

ADAMUS: Bonjour, ma chère.

BONNIE: Bonjour.

ADAMUS: Oui.

BONNIE: Un attribut que vous avez actuellement, mais que vous n’emmènerez pas dans votre progression?

ADAMUS: Oui.

(Elle fait une pause)

Ne secouez pas la tête comme ça, parce que j’ai presque entendu les mots sortir de votre bouche. Inventez juste quelque chose. C’est toujours une issue, inventez quelque chose, parce que vous ne l’inventez pas vraiment. Vous permettez à quelque chose de vous traverser. Alors, recommençons tout encore une fois. J’adore votre chapeau, au passage. Pourriez-vous m’en apporter un la prochaine fois? (Quelques rires)

BONNIE: D’accord.

ADAMUS: Oui, ouais. Recommençons tout. Quel est l’attribut que vous ne voudrez pas emmener dans votre maîtrise incarnée?

BONNIE: Avoir peur à tout moment.

ADAMUS: C’est bien. D’accord. Pas génial, mais avoir peur … De quoi avez-vous peur … Je dois y revenir. De quoi avez-vous peur? De quoi auriez-vous peur?

BONNIE: De faire une erreur.

ADAMUS: Vous ne pouvez pas faire d’erreurs. Non, vous ne pouvez pas faire d’erreur. Que pensez-vous de ça? Cela libère tout le monde. Vous ne pouvez pas vous tromper, sauf Kerri (rires)

KERRI: Pas question!

ADAMUS: Et elle s’en fout, alors ça ne fait pas de différence. A propos de quoi auriez-vous peur de faire une erreur? Avez-vous des sous-vêtements trop serrés? (quelqu’un crie « Oh, non! »)

BONNIE: Bien sûr.

ADAMUS: Bien sûr, pas au sens propre mais métaphoriquement parlant. Vous voulez juste tout contrôler, en quelque sorte, pas vrai?

BONNIE: Bien sûr.

ADAMUS: Oui, bien sûr. Vous avez pensé à lâcher prise sur celui-là?

BONNIE: Tout à fait.

ADAMUS: Oui. Et?

BONNIE: Eh bien …

ADAMUS: Vous n’avez pas lâché prise.

BONNIE: Pas encore.

ADAMUS: Alors de quoi avez-vous peur, de la mort?

BONNIE: Non, bien sûr que non.

ADAMUS: Non, bien sûr que non. Avez-vous peur de sortir en public et de ne pas porter les vêtements appropriés?

BONNIE: Oh, ça ce serait une grosse erreur (quelques rires).

ADAMUS: Oh! Oh, ce serait une grosse erreur. Yeah Yeah. D’accord (elle rit). Avez-vous peur de tomber malade?

BONNIE: Non, pas du tout. Juste d’être… non.

ADAMUS: D’accord. Citez une autre chose dont vous pourriez avoir peur.

BONNIE: Eh bien, comme je le dis, de faire une erreur.

ADAMUS: Faire une erreur. Puis-je être grossier avec vous un instant? (Adamus rit) « Vous êtes stupide. »

BONNIE: Oh, c’est réussi.

ADAMUS: C’est vraiment réussi. Mais rappelez-vous ce que nous avons dit à propos de l’intelligence le mois dernier …

BONNIE: Euh hein.

ADAMUS: … et à propos de la conscience. Il n’y a pas d’intelligence dans la conscience, alors je crois que cela nous rend tous stupides. Ouais. D’accord, bien. Alors, avoir peur. C’est une chose que vous ne voulez pas emporter dans votre maîtrise incarnée. C’est bien. Est-ce que je vous… – suis-je … êtes-vous choquée? En état de choc?

BONNIE: Non.

ADAMUS: Non. ok. Auriez-vous préféré que Linda ne vous ait pas donné le micro?

BONNIE: Oui.

ADAMUS: Oui. Oui (Linda rit) Suis-je medium ou quoi?

LINDA: Non! Ce n’était pas de la mediumnité! (elle rit)

ADAMUS: Au suivant. Quelle est la chose que vous ne voulez pas emporter dans votre maîtrise incarnée?

JENNIFER: Me soucier de ce que les gens pensent.

ADAMUS: Vous soucier – oh, vraiment. Ouais.

JENNIFER: Oui. C’est la grande chose pour moi.

ADAMUS: Voudriez-vous bien vous lever, afin que tout le monde voie la façon dont elle est habillée aujourd’hui? (Adamus rit) N’est-ce pas embarrassant ?

JENNIFER: Oui.

ADAMUS: Cette peur de ce que les gens pensent.

JENNIFER: Oui, parce que dans mon cas, j’ai commencé par faire des choses qui contrariaient beaucoup les gens et si j’avais laissé ça me miner, j’aurais laissé tomber ce que je voulais vraiment faire.

ADAMUS: Oui. Que vouliez-vous …

JENNIFER: Alors j’ai dû continuer, tout en étant le mouton noir et en sachant que les gens se moquaient de moi derrière mon dos (elle rit).

ADAMUS: En fait, c’est assez amusant, vraiment, de savoir que les gens parlent de vous. Je veux dire, ne serait-ce pas horrible s’ils ne parlaient jamais de vous ? (elle rit) Du genre: « Horace,  c’est qui? Je n’ai jamais entendu parler de lui auparavant. Il n’existe pas.  » Qu’est-ce que vous faisiez pour être un tel mouton noir? Qu’est-ce qui faisait que les gens parlaient de vous ?

JENNIFER: Eh bien, j’ai demandé à mon mari d’arrêter sa carrière et toute sa famille s’est retournée contre nous.

ADAMUS: Oh, qu’en a pensé votre mari? Etes-vous toujours ensemble? (Elle fait une grimace) Pas tout à fait ! (Rires) Oui.

JENNIFER: À peine! (elle rit)

ADAMUS: Il y a la partie conséquences (plus de rires), j’ai oublié de la mentionner.

JENNIFER: Exact !

ADAMUS: Oui. Ouais.

JENNIFER: Si j’en avais eu quelque chose à faire, j’aurais raté beaucoup de bonnes choses qui se sont passées, bonnes et …

ADAMUS: C’est vrai.

JENNIFER: … qui étaient vraiment cool.

ADAMUS: Qu’est-ce qu’il fait maintenant?

JENNIFER: Il fait croire qu’il crée une entreprise.

ADAMUS: Oh! Il fait semblant … (l’assistance dit « Oh! ») Est-ce qu’il écoute le shou … (elle secoue la tête en signe que « Non » et rit) Okay. Alors, tout va bien pour nous.

JENNIFER: Non, il ne viendrait jamais ici.

ADAMUS: Surveillez la porte. Surveillez la porte (elle rit). Mmm. Bien. Alors, se soucier de ce que les autres pensent dans la maîtrise incarnée. Ils penseront, la plupart des gens, penseront deux choses, l’une ou l’autre. Soit ils penseront que vous êtes complètement folle.

JENNIFER: Oui.

ADAMUS: Oui (elle rit). Soit ils ne vous verront pas, ce qui est plutôt bien, parce que vous avez tous la capacité désormais de devenir invisibles en quelque sorte. Non, vous le pratiquez tout le temps. Vous vous cachez. Alors vous êtes vraiment bons pour devenir invisibles, et ne pas être vus. Mais à présent, vous pouvez le faire consciemment quand vous voulez être remarqués, oui. Quand vous ne le voulez pas, vous devenez invisibles, parce qu’il y a des fois où vous ne voulez tout simplement pas échanger avec les autres. Et alors, ils penseront que vous êtes fous.

JENNIFER: Oui.

ADAMUS: C’est en fait – vous méritez une récompense pour cela. Je vous expliquerai dans un instant pourquoi je dis cela. Vous devriez recevoir une récompense. Vous savez, quand nous racontons les histoires du Maître, comme les Memoires du Maitre, le Maître est toujours habillé bizarrement, vêtu de tenues de golf du 18ème siècle. Et, vous savez, la plupart des gens ne le voient même pas. Ou alors, il est habillé comme Elvis, au volant d’une Cadillac de 1959 (elle rit). Il fait des choses bizarres, parce que le Maître les fait par amusement, pour la joie de les faire, pour l’acte de conscience, pour la couleur, mais il ne s’en soucie pas vraiment et beaucoup de gens ne le voient même pas. Ou, vous savez ce que c’est, vous voyez quelqu’un de bizarre et …

LINDA: Oh, il est ici ! (Quelques rires)

ADAMUS: Vous voyez quelqu’un … eh bien, non, je parle de quelqu’un d’extérieur. Ici vous vous y attendez. Mais quand vous voyez quelqu’un de bizarre à l’aéroport, à l’épicerie ou ailleurs, que faites-vous? « Mmm, mm-mm (faisant semblant de s’écarter du chemin), je ne vois rien. Je ne vois pas cette personne. Je ne veux pas que cette personne vienne me parler. » Et, bien sûr, vous savez ce qui se passe. Cet espèce de fou vient justement vous parler, et vous vous dites: «Comment être poli?» Et donc, vous êtes cette personne bizarre, folle.

JENNIFER: Oui.

ADAMUS: Oui.

JENNIFER: Des deux côtés de la famille.

ADAMUS: Des deux côtés.

JENNIFER: Oui.

ADAMUS: Oh, ouais, ouais. Non, en fait ça devrait être un signe honorifique qu’on parle de vous. Et d’un autre côté, c’est un peu triste, parce qu’ils n’ont rien de mieux à faire.

JENNIFER: Oui.

ADAMUS: Alors. Oh bien. Félicitations. Merci (Adamus applaudit et le public se joint à lui). Merci pour tous les ragots, toutes les conversations derrière votre dos que vous avez suscitées. Bien.

Alors, qu’est-ce que vous n’allez pas emporter dans la maîtrise incarnée?

TAD: Yo no sé (quelques rires et Linda suffoque). Vous ne parlez pas anglais …

ADAMUS: Oui, c’est vrai!

TAD: … je veux dire espagnol, pas vrai?

ADAMUS: Oui, ouais (Linda suffoque à nouveau).

TAD: C’est une blague. C’est une blague.

ADAMUS: Ouais, c’est drôle.

TAD: Non, désolée. J’essayais juste d’être drôle (un peu plus de rires). Je le croyais – je … le doute, c’est le …

ADAMUS: Le doute.

TAD: Le doute.

ADAMUS: C’est une chose affreuse à amener avec vous.

TAD: Oui.

ADAMUS: Mais je dois vous le dire, désolé, mais vous en aurez des reliquats, des reliquats de doute, pendant le reste de vos jours sur cette planète. Vous savez, cela n’aura pas d’incidence sur votre vie, mais vous aurez cette mémoire du doute. Vous savez, ça a été une sorte de tellement énorme et mauvaise relation, pendant une assez grande partie de votre vie, alors le doute sera toujours là, du genre, « Aaragh! Aaraghh! Que penses-tu que tu es en train de faire? Qui crois-tu que tu es? « Le doute sera là. Mais vous apprendrez à ne pas y prêter beaucoup d’attention. Vous apprendrez à en plaisanter, et alors le doute retournera dans son trou à rats, vous savez, quand vous vous en moquerez. Oui, le doute. Qu’est-ce que le doute?

TAD: Ne pas faire confiance à ce que je sais être juste.

ADAMUS: Exactement.

TAD: Oui.

ADAMUS: D’où vient-il?

TAD: De la peur.

ADAMUS: Du mental.

TAD: Oui.

ADAMUS: Oui. Ouais. Et je vais vous dire quelque chose. A imprimer sur vos t-shirt et autocollants quand votre boutique sera prête. (Adamus rit). Le doute est un manque de conscience. « Ch-ch-ch » (faisant le signe de quelque chose écrit sur 3 lignes) sur un t-shirt. Le doute est juste un manque de conscience, un manque de conscience. Quand vous avez la conscience, le mental ne vous inonde plus avec les vieux souvenirs de choses que vous avez ratées et, comme le disait Bonnie, avec le fait de faire des erreurs. Quand vous avez la conscience, rien de ce que vous avez jamais fait n’est une erreur. C’est simplement une expérience au sein de votre création. Donc, le doute sera toujours là et en fait, vous allez l’apprécier, d’une façon bizarre, mais il ne vous submergera jamais. Bien. Bonne réponse.

TAD: Il est là. Vous le reconnaissez, mais vous…

ADAMUS: Oui, il y a ce sale rat…

TAD: … le tenez à distance là-bas.

ADAMUS: … ce doute. Ouais.

TAD: J’ai compris.

ADAMUS: Et il essayera de vous faire peur, de vous faire monter aux rideaux, vous savez, de vous faire peur, en vous faisant croire qu’il va venir ronger votre jambe ou quelque chose du genre. Alors vous lui direz, « Rentre dans ton trou à rat! Je sais qui tu es. Tu es mon manque de conscience. Ouais, tu es le rat du doute, toi !  » Ouais. Mais le doute, c’est vraiment juste, pour le dire très simplement, c’est juste un manque de conscience. Et ce qui se passe, c’est qu’avec un manque de conscience, vous créez en quelque sorte un vide dans votre être global. Vous créez une sorte d’espace vide, et le doute y entre et le remplit et il vous dit quel misérable humain vous êtes et ensuite vous allez à l’église (Adamus rit et quelqu’un dit « Ohh »). Bien.

TAD: Merci.

ADAMUS: Un ou deux de plus. Quel est-il? Quel est cet attribut que vous ne voudrez pas emmener… (Linda tend le micro à Edith)

EDITH: Merci, ma belle.

ADAMUS: … que vous ne voudrez pas prendre avec vous dans votre illumination incarnée.

EDITH: Réalisation incarnée.

ADAMUS: Merci d’avoir corrigé Cauldre (quelques rires). C’est lui qui choisit mes mots. Tsk! Tsk! Tsk! On aurait pu penser qu’il aurait tout bon depuis le temps (Edith glousse). Bien. Alors, merci, Edith. Qu’est-ce que vous n’allez pas prendre avec vous?

EDITH: (elle fait une pause et Adamus commence à ronfler, elle soupire) Deux cheveux sur ma tête (quelques rires).

ADAMUS: Bien que je sois un Maître Ascensionné, je reste totalement perplexe (rires). Si vous pouviez le voir écrit sur mon t-shirt, ce serait – WTF (What the fuck: putain de merde) (plus de rires). Aidez-nous à comprendre, illuminez-nous ou réalisez-nous, chère Edith. Deux cheveux sur votre tête que vous n’allez pas emmener avec vous. Quels sont ces deux cheveux? Vous pensez que vous allez emmener vos cheveux avec vous?

EDITH: Je ne peux pas dire « je ne sais pas. » (le public dit « Ohh! » Et quelques rires)

ADAMUS: Ohhh! Nous allons laisser … vous utilisiez cela comme une référence, pas comme une déclaration, n’est-ce pas? (quelqu’un dans l’auditoire dit « Oui » et ensuite « Dites oui »)

EDITH: Oui (plus de rires).

ADAMUS: Edith, qu’est-ce que vous n’allez pas emporter avec vous dans votre maîtrise incarnée? Qu’est-ce que vous allez laisser derrière vous?

EDITH: Le dégoût.

ADAMUS: De quoi?

EDITH: Tout.

ADAMUS: Ooh!

EDITH: Ou de n’importe quoi.

ADAMUS: Oh, asseyons-nous pour parler (Adamus s’assied sur scène). De quoi êtes-vous dégoûtée?

EDITH: De rien (quelques rires).

ADAMUS: Cela ne va nulle part. Mais pourquoi avez-vous dit le dégoût? Je pense qu’il y a quelque chose de dégoûtant avec … vous vous sentez dégoûtée. Dégoûtée de quoi? Pas de vous-même, j’espère.

EDITH: Dégoûtée de … ne pas … si nous en tant qu’humains ne faisons pas face à ce que nous sommes vraiment et faisons tout ce que nous pouvons pour accomplir, ce que nous sommes … et nous savons que nous sommes aussi Dieu.

ADAMUS: Oh, d’accord. C’est juste comme de l’impatience par rapport à un cheminement qui prend tellement de temps.

EDITH: Exact.

ADAMUS: D’accord. Je suis soulagé. Je vous remercie. Je vous remercie. D’accord, un de plus. La Sagesse des Shaumbra. Voulez-vous qu’on rejoue la bande annonce de la Sagesse des Shaumbra juste pour être sûrs que nous sommes vraiment sages ici? Il est temps de …

(la vidéo est relancée)

Et maintenant, il est temps d’accueillir la Sagesse des Shaumbra ! Allez-vous partager votre sagesse ?!

Ouais!

Ou l’envoyer aux toilettes?

Booo!

Bien. Maintenant, ça a en quelque sorte revigoré notre sagesse. Oui. Oh, ouais, voilà un sage.

JOE: Probablement le doute.

ADAMUS: Le doute, ça a déjà été dit.

LINDA: Bon sang!

JOE: Ok.

ADAMUS: Voulez-vous rejouer cela … (Adamus rit) Vite, vite. Venez avec autre chose.

JOE: Hum …

ADAMUS: Dites n’importe quoi, n’importe quoi, n’importe quoi (chuchotant). Qu’est-ce que nous n’allez pas emporter avec vous dans la Réalisation incarnée?

JOE: La colère.

ADAMUS: La colère. En fait, oui et non. Oui et non. C’était en fait une très bonne réponse. La colère au sens où vous êtes en colère contre vous-même d’éprouver de la colère, ça ça n’aura pas lieu d’être. Mais la colère avec laquelle vous vous amusez, elle est plutôt amusante. La colère c’est parfois juste une montée de passion et parfois, elle s’exprime – vous savez, quand vous déchargez votre colère sur d’autres personnes, et qu’ensuite vous vous sentez mal après – mais la colère est en fait ok dans la Réalisation incarnée. Si vous la déchargez avec le sourire, c’est bien. Pouvez-vous comprendre cela? Pouvez-vous comprendre comment emmener la colère avec vous?

JOE: Absolument.

ADAMUS: Oui. Et cela ne signifie pas qu’elle vous submerge ou que vous faites l’imbécile avec. Cela signifie simplement « Ah! Quelle sensation, cette colère. Oh :”Oui. Contre quoi seriez-vous en colère? Ne me regardez pas (Adamus rit). C’était un regard perçant! Contre quoi seriez-vous en colère en tant que Maître?

JOE: Contre moi-même. Oh, en tant que Maître?

ADAMUS: En tant que Maître, oui.

JOE: Contre la façon dont les humains se comportent.

ADAMUS: La partie du public ici qui fait les acclamations continue de dire « La conscience de masse! La conscience de masse! « à tout ce que je demande.

JOE: Oui.

ADAMUS: A tout.

JOE: Ouais, la façon dont les humains se comportent.

ADAMUS: Exactement. Vous savez, mettez-vous un peu en colère contre ça. Du genre, quand vous êtes en voiture, et que vous êtes énervé par la circulation ou par le comportement de quelqu’un qui n’a aucun recul, quelqu’un de très inconscient. Alors oui, la colère est tout à fait appropriée, mais c’est un type de colère différent. C’est une sorte de colère de Maître. C’est amusant en fait, parce que ce qui se passe – vous avez tous besoin d’écouter cette deuxième partie, ne la prenez pas hors contexte, en vous limitant juste à la première partie – c’est qu’elle est rapidement transmutée en sagesse, très vite, parce que vous êtes un Maître. Alors, vous avez cette colère, cette personne qui vous agace vraiment, ou la circulation ou le fait d’avoir affaire à- Cauldre me dit – un service client au téléphone. Pas celui du Crimson Circle, bien sûr, mais avec d’autres personnes. Linda, qui traite avec sa compagnie aérienne préférée.

LINDA: Ouais, la United! Yay! (Quelques rires)

ADAMUS: Alors, la colère. Mais tout à coup, vous ressentez comme, « Oh! Je suis très en colère!  » Et puis tout à coup, vous ressentez cette sorte de transmutation et vous ressentez cette montée d’énergie, parce que la colère apporte de l’énergie.

LINDA: Mmm.

ADAMUS: Vous ressentez une montée d’énergie et c’est comme si: « Oh! C’est tellement drôle.  » Vous savez, et alors vous réalisez l’espèce de blague ou de plaisanterie que c’est.

JOE: Vous voulez dire quand on fait comme si vous n’existiez pas?

ADAMUS: Oui, oui (quelques rires). Exactement. Ouais. Vous parlez du service client ou dans la vie en général? (plus de rires)

JOE: Du service client, de sa compagnie aérienne préférée.

ADAMUS: Quand on vous met en attente. Yeah Yeah. Oui. C’est ça.

JOE: Oui.

ADAMUS: Bien. Un de plus. Je vous remercie. C’était bien.

LINDA: D’accord, un de plus.

ADAMUS: Un de plus. Qu’est-ce que vous n’emmènerez pas – j’ai vingt dollars pour celui…

LINDA: Euh-oh.

ADAMUS: … qui s’en approche.

LINDA: Oh, ça pourrait être elle!

ADAMUS: Vous n’êtes même pas obligée de me donner l’exacte bonne réponse.

MARY SUE: D’accord.

LINDA: Elle pourrait le faire!

ADAMUS: Vingt dollars.

MARY SUE: Adamus, en tant que mon enseignant (beaucoup de rires).

LINDA: Ohh! Ho, ho, ho, ho! Oh, ho, ho!

ADAMUS: Vous savez …

MARY SUE: Mais Adamus en tant que mon égal, oui.

ADAMUS: … ce n’est pas la bonne réponse, mais … ce n’est pas la bonne réponse, mais vous gagnez vingt dollars pour votre idée (quelques applaudissements). Oh! Non, c’est en fait une bonne réponse. C’est en fait une bonne réponse, parce que là où nous allons, il n’y aura plus d’enseignants. Laissez-moi quand même être votre guide de temps en temps.

MARY SUE: Et je veux vous connaître en tant que pair.

ADAMUS: Dans le sens biblique (père) … non (rires).

MARY SUE: Et qu’on s’amuse bien.

ADAMUS: Exactement. Vous savez, je ne suis vraiment pas ici pour vous enseigner. C’est assez pénible, casse-pieds (Adamus rit). Raconter des histoires, vous distraire, vous faire chier et … vous le faites aussi. C’est vrai. Et quand vous réaliserez que je ne suis pas là pour vous enseigner, que vous n’en avez pas besoin, oh, ça vous libèrera, et alors on pourra vraiment être copains.

MARY SUE: J’attends ça avec impatience.

ADAMUS: Oui. Ouais. Je vous donnerai un laissez-passer d’invitée au Club des Maîtres Ascensionnés.

MARY SUE: Merci.

ADAMUS: Vous aurez l’impression de n’être morte que depuis 24 heures environ (plus de rires). Mais, vous savez, d’un autre côté, vous serez là juste pour savourer …

MARY SUE: (glousse) Ça a l’air de super vacances!

ADAMUS: Exactement. Kuthumi sera là aussi. On va s’amuser. Bien. Je vous remercie.

MARY SUE: (gloussant) D’accord.

ADAMUS: Alors, le micro ici Linda. Toutes les réponses sont bonnes et correctes. La sagesse des Shaumbra s’améliore. C’est plus difficile pour moi de jouer avec vous (Adamus glousse) durant la sagesse des Shaumbra, parce que vous me donnez de bonnes réponses maintenant. Avant, c’était si facile de – (claquement!) – de vous rentrer dedans en quelque sorte et vous faire chier.

 

~ La Réponse d’Adamus

Alors, voici le mien (d’attribut), et je sais qu’il est dans votre tête à tous, mais personne ne l’a dit. Personne ne l’a dit, et quand je vous le donnerai, vous allez me dire « Ah, ouais! » Je veux dire, c’est presque trop évident. Ce que vous n’allez pas emmener avec vous … J’aimerais que nous ayons un roulement de tambour. Ne pouvons-nous pas nous permettre un roulement de tambour?

LINDA: Oh (le public commence à se taper sur les cuisses en imitant un roulement de tambour).

ADAMUS: Merci. Instantanément, ils sont allés me faire ça. Alors, ce que vous n’allez pas emporter avec vous dans la maîtrise ascensionnée, c’est l’ennui.

LINDA: Mmm! (quelqu’un crie « Oui! » et quelques applaudissements)

ADAMUS: Oui. Vous voyez comme c’était facile?

Maintenant, le fait est que vous vous ennuyez un peu actuellement. Vous êtes un peu entre les deux. Vous essayez de trouver des choses pour pimenter votre vie. Vous essayez de trouver une passion, en essayant de revenir à vos vieilles passions – oubliez ça. Ça ne va pas arriver.

Probablement que dans le le top 3 des principales plaintes à propos de tout ce processus brutal d’éveil, c’est la perte de passion – « Qu’est-ce que je suis censé faire? » – et alors, vous commencez à projeter votre grisaille, votre morosité dans le futur, ce que vous ne devez pas faire, parce que vous la projetez depuis un mental humain. C’est comme si vous projetiez quelque chose sur un mur avec des projecteurs à l’ancienne. Non, nous avons maintenant des téléviseurs haute résolution, alors ne projetez pas votre morosité dans votre maîtrise incarnée.

Vous avez perdu votre passion pendant un moment, et c’était une part importante de tout ce processus de transition vers la maîtrise incarnée. Elle devait vous être presque cachée, votre vieille passion humaine, parce que sinon, vous auriez continué à essayer d’y revenir, et ce n’est pas ce pour quoi vous êtes ici. Votre vieille passion humaine aurait pu être n’importe quoi – aider les malades et les personnes âgées. Ça aurait pu être de chanter dans une chorale locale. Ça aurait pu être de créer, de peindre, quelque chose comme ça, quoi que ce soit, juste de faire une promenade. Mais elle s’en est allée en quelque sorte. Et puis vous êtes entrés dans une période de gris, d’ennui, quelque chose de triste, morne, vraiment morne, parce que vous laissez beaucoup de vieilles choses s’en aller et que ça ne s’est pas encore rempli de couleurs et de vie et d’énergie. Vous deviez en quelque sorte passer par un vide énergétique que vous avez alors transformé en une sorte de grisaille énergétique et même de tristesse, en un sens, avant de passer à l’étape suivante où il y a la passion absolue, mais pas comme vous l’avez jamais connue auparavant, en tant qu’humain sur cette planète.

La passion où vous allez est si différente. Je ne veux presque même pas essayer de la décrire, car cela l’humaniserait. La passion – par manque de meilleurs mots – c’est juste d’être, et il y en a une qui est déjà en train de bâiller là-bas (Adamus rit). « Yawnn! Je m’ennuie tellement dans ta conférence, Adamus.  » (Quelques rires)

Vous n’allez pas emporter cela avec vous, et vous allez essayer et vous allez même essayer de projeter votre grisaille dans toute cette chose de la maîtrise incarnée, et ça ne va pas coller.

L’humain est gris. La conscience de masse est grise. C’est un peu comme ça – eh bien, ressentez-le juste un instant. La conscience de masse c’est l’ensemble des pensées collectives des humains. C’est un peu gris et triste, et ça va vraiment vous paraître gris et morne une fois que vous aurez terminé le processus d’intégration, parce que pour vous la vie va se remplir de beaucoup – par manque de meilleurs mots – de couleurs, de profondeur, pas en 3D mais en 100D . Ça sera tellement extraordinaire.

Vous ne vous ennuierez pas en tant que Maître incarné. Point. C’est impossible. Les deux ne peuvent pas, ne pourront jamais fonctionner ensemble.

Parfois, ce sera exaltant au point où vous voudrez que ça ralentisse. Parfois, vous vous sentirez tellement submergés d’une pure passion – même si rien de spécial ne se passe, juste une pure passion – que vous aurez l’impression que vous allez exploser. Votre corps physique et votre mental sur le point d’exploser, tellement ils seront remplis.

Maintenant, la chose cool et intéressante, c’est que nous avons fait beaucoup de préparation, de préparation énergétique, au cours des dernières années pour que votre corps soit capable de le gérer. Il ne va pas exploser. Vous aurez l’impression, parfois, d’être plein d’énergie, et même d’être submergé d’énergie. Au fur et à mesure que nous comprenons ce qu’est l’énergie et ce qu’est la création, elle vient à vous. Vous ne pouvez même pas l’imaginer actuellement, avec vos sens humains, mais elle vient à vous. Et parfois, parce que vous êtes humain et Maître, cela va submerger l’humain. Mais grâce à tout le travail que nous avons fait jusqu’à maintenant, cela ne va pas submerger votre mental. Ça va vous bousculer un peu, mais ça ne va pas submerger votre corps ou votre mental.

Vous êtes en train de vous éloigner actuellement, d’une sorte de grisaille, d’un manque de passion et d’un ennui – beaucoup d’ennui, il y a beaucoup d’ennui chez les Shaumbra – et de ce que j’appellerais une vie morne, morose. Vous vous éloignez de cela parce que vous vous éloignez aussi de la conscience de masse. Et vous allez réaliser, et ce sera assez triste au début, la conscience de masse est triste, morne, vraiment triste, morne. Et vous allez voir, vous allez observer la vie, la conscience de masse, les gens et vous vous demanderez comment vous avez pu survivre dans une telle tristesse, morosité, dans une telle tristesse absolue. Et ensuite, vous allez vous regarder aujourd’hui et vous demander pourquoi vous avez été si sacrément lugubres – je veux dire, sérieusement tristes, je veux dire, vous êtes sérieux et cela vous rend tristes (quelques rires); pourquoi avez-vous porté ces sous-vêtements si serrés (quelques fous rires), ce qui rendrait n’importe qui vraiment triste, lugubre et peut aussi causer des problèmes de circulation; pourquoi avez-vous été si sacrément sérieux, et êtes-vous devenus philosophes, et pleins de makyo et vous êtes-vous totalement embourbés. C’est juste triste! Et alors, vous faites des choses tristes comme de rester assis là toute la journée (des rires, alors qu’Adamus commence à imiter l’ennui), « Où est l’énergie? Adamus a dit que l’énergie allait venir « ( rires).

Regardez-le de cette façon: Si vous étiez l’énergie, voudriez-vous rester avec vous? (Plus de rires) Dieu! (quelqu’un dit « Ohh, ouais ») Et au lieu de vraiment vous ouvrir et de vous épanouir et de prendre des coleurs, vous vous êtes en quelque sorte permis de vraiment grisonner. Et alors que faites-vous quand vous grisonnez vraiment? Que faites-vous?

LINDA: Quelle couleur portez-vous? (Sa veste est un peu grise.)

ADAMUS: Du noir! (et quelqu’un crie « Du gris! ») Oh! Oh! Oh! (Rires) Vite ! Vite! Cache-toi derrière l’arbre! Oh non! Prends de la couleur (plus de rires).

Vous allez réaliser à quel point vous avez été gris / mornes dans votre vie, et vous allez vous dire: «Je ne veux pas de cela dans l’illumination incarnée.» Et vous n’avez pas à vous inquiéter, ça n’y sera pas.

En tant que Maîtres incarnés, vous allez être très sensibles et conscients des choses, et parfois cela vous agacera d’être dans un monde aussi morne. Mais alors, qu’allez-vous faire? Vous allez vous arrêter, respirer profondément, « J’Existe », et vous allez juste créer. Vous allez vous mettre à peindre sur cette toile grise et cette toile grise n’est pas (uniquement) la vôtre. C’est la vie. C’est la vie.

Alors, ce que vous n’allez pas emporter avec vous, c’est l’ennui, la grisaille, la tristesse. Pour ceux d’entre vous qui sont en quelque sorte bloqués dans cet état de morosité actuellement, vous allez tourner en rond dans cette morosité, et ça ne sera pas un tour amusant. Ce ne sera en fait même pas un cercle. Vous n’êtes même pas assez bons (pour créer cela). Vous n’arrivez même pas à faire un cercle (certains rires), parce que vous continuez à errer, vagabonder. Vous continuez à vous balader en quelque sorte dans un cercle qui n’est jamais abouti. Et ça, c’est triste. Ouh!

Alors, pour ceux d’entre vous qui sont coincés dans la morosité actuellement, sortez-vous la des fesses …

LINDA: Ooh! (Quelques rires)

ADAMUS: … et respirez profondément, parce que le plaisir va commencer. C’est obligé. Il n’y a rien de pire qu’un morne humain incarné ou un triste Maître Ascensionné. Il y a des Maîtres Ascensionnés qui sont un peu plus amusants que d’autres (rires alors qu’Adamus se pavane fièrement), mais il n’y en a aucun …

SART: Quelqu’un que nous connaissons?

ADAMUS: … qui soit triste … ouais, « Quelqu’un que je connais? » dit Sart. Eh bien, Kuthumi. Kuthumi.

OK, prenons une bonne respiration profonde avec ça. Aller au-delà de la tristesse et du fait d’être si sérieux.

Vous savez, le cheminement spirituel n’a rien à voir avec le fait d’être sérieux. Par contre, il a tout à voir avec le fait d’être un peu fou et d’être téméraire et courageux, mais pas sérieux. Alors, sortez de vos sous-vêtements tristes. Instant T-shirt (quelques rires).

Si je vous donnais simplement une conférence à la St. Germain, cela n’aurait pas le même impact.

LINDA: Non, non. J’en suis sûre.

ADAMUS: Oui, non. Sujet suivant. OK, prenons une bonne respiration profonde avec ça. Sujet suivant, alors que nous commençons à apporter un peu de couleurs dans notre vie. Linda, voulez-vous m’aider avec mon pantalon (rires).

LINDA: Oui, oui. Merci.

ADAMUS: Sujet suivant. Vous voyez, c’est amusant. Ce n’est pas triste.

(pause, alors que Linda est en train de réparer le micro d’Adamus)

LINDA: Vous l’avez cassé (murmures). D’accord, donnez-moi une seconde.

ADAMUS: En fait, c’est très amusant (quelques rires). Cauldre me dit un truc du genre: « S’il vous plaît, finissez-en vite. » Mais je m’amuse.

LINDA: Desserrez vos sous-vêtements (quelques rires).

ADAMUS: C’est fait ? Arrêtez!

LINDA: Non! C’est bloqué. Là. Maintenant, c’est fait.

ADAMUS: Bien. Je vous remercie. Sujet suivant. Parlons un instant..

LINDA: (redressant ses vêtements) J’essaie de vous aider (rires). Geez!

 

L’Énergie et la Vie

ADAMUS: Parlons un instant de l’énergie et de la vie. Vous n’avez peut-être jamais envisagé cela auparavant, mais il y a une énorme différence entre l’énergie et la vie. Si vous en parlez avec la plupart des gens, y compris probablement la plupart des Shaumbra, ils vous diront que la vie, c’est l’énergie, et ce n’est pas le cas. Pas du tout.

L’énergie n’est pas une force de vie. Vous savez, beaucoup de gens parlent de l’énergie en tant que force de vie. Il n’y a rien de tel. Il n’y a pas de prana qui s’écoule de partout. Il y a de l’énergie stagnante là, non-activée, qui ne fait rien, et elle n’est pas intelligente, elle n’a pas de programme (d’intention cachée), et elle ne vous fait pas bouger. C’est vous qui la déplacez.

Les gens pensent en termes d’énergie – «L’énergie est dans l’air». Non, ça c’est l’oxygène. Ce n’est pas l’énergie. Il y a cette idée fausse que l’énergie, c’est la vie et ce n’est pas le cas. Et c’est quand les choses sont ennuyeuses que vous pensez que l’énergie c’est la vie, et c’est quand les choses contrôlent votre vie, parce que vous comptez sur l’énergie. Vous êtes accros à l’énergie.

L’énergie est totalement différente de la vie. Les gens pensent que la vie, par exemple, c’est d’avoir de l’argent. Non, ça c’est l’énergie. C’est juste de l’énergie. Ils pensent, par exemple, que la musique c’est la vie. Non, la musique c’est juste de l’énergie. Pouvons-nous mettre un peu de musique? Le premier morceau, je crois, de la musique que vous avez mise avant qu’on diffuse, c’est Cauldre qui est en train de me dire ça. Alors, écoutons cela un moment pour nous aider à prendre un exemple.

(la musique commence)

Cette musique qui est en train d’être jouée, c’est juste de l’énergie.

Vous savez que je vous ai déjà dit que l’énergie n’est qu’une communication. Une communication. C’est tout, ce que c’est qu’il s’agisse de communiquer avec la musique ou de communiquer avec la lumière ou de communiquer avec l’argent. C’est juste de la communication, tout ça. Et rien ne se passe avec cette énergie, qui est juste de la communication, jusqu’à ce que vous soyez présent, jusqu’à ce qu’il y ait la conscience. Rien. C’est ça la vie.

Quand la conscience rencontre l’énergie, quand la conscience permet, quand elle est présente – je suis là – soudainl’énergie commence à bouger et nous avons la vie. Merci pour la musique. C’était ça l’énergie. Ce n’est pas la vie.

(la musique s’arrête)

Les gens confondent la vie avec avoir beaucoup d’énergie. Ce n’est pas ça. Ce n’est pas cela. L’énergie, c’est juste de l’énergie. Et c’est un point très simple mais très, très important pour votre arrivée en tant que Maître, de réaliser qu’il y a de l’énergie ici. Ce n’est pas l’énergie du groupe. Ce n’est pas le prana.

Vous savez, je comprends ce qu’on veut dire quand on parle de prana – vous savez, le prana, l’énergie force de vie – mais on voudrait vous faire croire qu’il y a quelque chose à l’extérieur que vous voudriez ou dont vous auriez besoin et qu’on essaierait d’amener en soi pour être plus heureux ou meilleur ou quoi que ce soit – plus sain. Ce n’est pas le cas. J’ai regardé. J’ai vérifié. J’ai demandé partout dans l’univers, « Avez-vous vu du prana? Avez-vous vu du prana?  » Bien sûr, quand je suis allé dans un ashram New Age, on m’a dit:  » Oh, oui. Il y a du prana partout « (dit avec un accent indien). Mais il n’y en a pas. Il n’y en a vraiment pas. Il y a de l’éner- …

LINDA: Faites-le encore! Refaites-ça ! (Quelques rires)

ADAMUS: Plus jamais (plus de rires). Plus jamais.

L’énergie est partout et elle est à vous. Elle n’est pas à elle, elle est à vous. C’est tellement important de le comprendre. C’est votre énergie. Elle n’est pas là-bas, à l’extérieur. Elle n’est pas dans l’air. Elle ne vient pas d’une autre galaxie. Elle est ici-même. Elle n’est pas non plus à partager avec elle. Jamais jamais. Ne partagez jamais votre énergie. Un autre t-shirt. Nous devons vraiment prendre un bail commercial là. Ne partagez jamais votre énergie, et je sais que cela peut vous sembler horrible, parce que les gens sont toujours en train de donner de leur énergie partout. Pourquoi le feriez-vous? Et vous ne pouvez pas de toute façon. Vous ne pouvez pas lui donner de votre énergie. Vous pouvez lui idonner l’inspiration pour qu’elle utilise sa propre énergie, juste en étant présent – avec votre lueur, votre potentiel – mais vous ne pourrez jamais lui donner la vôtre. Et vous ne pourrez jamais vraiment lui prendre la sienne. Vous pouvez faire semblant, mais c’est une autre histoire.

L’énergie est partout et elle est à vous. Elle vous attend. Elle est simplement en train d’attendre. Elle est juste dans un schéma d’attente, sans programme, sans intention, sans intelligence.

Elle est à votre service.

Quand vous êtes présent, quand vous avez décrété: «Je vais être ma vie, dans ma vie, de ma vie, créateur de ma vie», quand vous êtes à ce point engagé et que vous avez toute cette passion à être ici, tout à coup votre énergie prend vie. Elle crée le … non, je retire cela. L’énergie est maintenant à votre service, et elle va faciliter votre création au sein de la vie dont vous rêvez et que vous choisissez. Point.

Ne confondez plus jamais l’énergie et la vie. La vie c’est quand vous êtes présent, quand vous n’êtes plus morne, triste, quand vous n’êtes plus en train d’errer dans cette quête sans fin d’un sens à la vie, quand vous n’êtes plus ennuyeux, quand vous choisissez d’être dans votre création. Cela peut vous sembler assez évident – de choisir d’être dans votre création – mais la plupart des gens ne le fait pas. (a) Ils ne reconnaissent pas « Ceci est ma création »; (b) ils ne comprennent pas l’énergie. Ils travaillent toujours pour elle, plutôt que de la laisser travailler pour eux. Et la plupart des gens ne sont pas pleinement présents, c’est-à-dire conscients, « Je Suis ce que Je Suis. Je suis là, parce que j’ai choisi de l’être.  » Boom! Les énergies changent à présent. Vos énergies changent. Elles entrent immédiatement à votre service pour vous aider à créer votre expérience au sein de votre création. C’est aussi simple que cela.

Prenons une bonne respiration profonde avec ça. C’est aussi simple que cela. Ouais.

L’énergie n’est pas la vie. L’énergie soutient l’expérience de la vie. Encore une fois, c’est un point très simple et certains d’entre vous vont me dire, « Eh bien, oui. C’est assez évident.  » Mais à présent, le vivez-vous? Voulez-vous le vivre? Et cela signifie sortir d’une morne grisaille, revenir à une vraie passion. Pas la vieille passion humaine, mais la vraie passion, c’est à dire: « Je crée, j’expérimente. » C’est tout. « Je crée mes créations, et je peux le faire tout en étant dans la conscience de masse. Mes créations, et je peux ensuite en faire l’expérience.  »

Vous allez cesser de vous demander: «Eh bien, comment se fait-il que rien ne marche jamais pour moi?» Et «Je veux être abondant, mais je ne le suis pas», parce que vous confondez encore énergie et vie, en considérant que c’est la même chose. Vous pensez toujours que l’énergie, c’est la vie. Ce n’est pas le cas. Vous êtes la vie. Permettez à présent à l’énergie de soutenir vos créations. Bien.

Prenez une bonne respiration profonde avec ça. Une bonne respiration profonde.

Je ressens qu’il y a quelques interrogations à ce sujet, mais je ne vais pas y répondre. Non, parce que je ne veux pas que ça devienne mental. C’est très simple. L’énergie n’est pas la vie. Ce sont deux choses distinctes. La vie se produit quand la conscience est présente; l’énergie va ensuite travailler pour vous et vous avez ce que vous appelez maintenant la vie. La vie n’est pas obligée de passer par un corps physique.

Au passage, ce corps physique n’est pas la vie. Vous vous dites: « Eh bien, non, je suis vivant. » Mais votre corps physique n’est pas la vie. C’est de l’énergie. C’est tout. C’est de l’énergie sous la forme d’un corps.

Alors vous pensez, « Eh bien, d’accord, ce sont mes pensées – les pensées qui me traversent le mental. C’est ça la vie.  » Non, en fait c’est juste de l’énergie. Votre mental n’est rien d’autre qu’un incubateur d’énergie et il crée les pensées. Il ne cesse de générer des pensées, mais ce n’est pas la vie.

Être dans vos pensées n’est pas la vie. Vous êtes juste à la dérive dans l’énergie quand vous êtes dans vos pensées (légère pause). Ça fait sens pour vous? (silence) Tout le monde a ce gros regard « WTF »(putain de merde) (quelques rires). « Qu’est-ce qu’il vient de dire? »

J’ai dit: Profitez de la vie, d’accord? Arrêtez d’être si tristes. Ok, je vais commencer à choisir des gens mornes dans le public. Ouais.

LINDA: Oh, non!

ADAMUS: Oh, oui, oui, oui! Pas dans cette session, mais dans la prochaine.

LINDA: Ohh! (le public dit aussi « Ohh! » et quelques rires)

ADAMUS: Ne venez plus habillés tristes (Adamus rit). N’ayez pas l’air triste. Vous connaissez, le regard morne?

LINDA: C’est quoi le regard morne?

ADAMUS: Non, venez sur scène. Vous pouvez le faire (Adamus rit)

LINDA: Non, vous pouvez le faire (rires). Je ne suis pas triste!

ADAMUS: Qui veut nous faire un regard morne sur scène? Qui est vraiment bon à ça? Ahh! Ahh! Vous n’êtes pas tristes. Oh, mais vous pouvez faire semblant (le jouer).

TAD: Je sais faire ce regard.

ADAMUS: Vous savez faire ce regard. D’accord (elle s’exécute).

Oh, c’est plutôt bien. J’allais juste dire : est-ce que ça ne ressemble pas à beaucoup de gens que nous connaissons? (Rires) Faites-le encore une fois (elle le fait à nouveau). Non, si cela ne vous embête pas que je vous corrige, mais une personne morne, lugubre n’a pas tellement cette expression. Ok (elle le fait à nouveau et Adamus rit). Ça c’est triste. D’accord.

Maintenant, par opposition à être conscient et présent, maintenant en étant dans la vie (Tad en fait la démonstration).

TAD: Je suis là.

SHAUMBRA 2 (femme): Qu’est-ce que c’était? Vous êtes quoi?

TAD: Ici.

SHAUMBRA 2: Qu’est-ce que c’était?

TAD: Je suis là.

LINDA: Quand allez-vous vous marier? (rire)

ADAMUS: Bonne distraction! Bonne distraction! (Adamus rit) Ouais. Oh, et vous souriez encore à ce sujet.

TAD: Oui!

ADAMUS: Oh, bien, bien.

TAD: Nous ne sommes pas encore mariés, alors …

ADAMUS: Oh! D’accord. Non, vous deux serez … (plus de rires) Comment pourriez-vous ne pas l’aimer, pour toujours? (Applaudissements du public) Bien. Je vous remercie. Je vous remercie. Quelqu’un d’autre veut faire le triste?

SHAUMBRA 3 (femme): Linda, lancez-lui un regard méchant.

LINDA: Henrietta va le faire.

HENRIETTA: Moi?

ADAMUS: Vous voulez faire l’air triste? Nous devons montrer à tout le monde – certains d’entre nous sont … les non-anglophones se demandent, « ça veut dire quoi dreary / triste? Je ne comprends pas ce mot «dreary». Alors, faisons-le pour eux en exemple (Henrietta montre un regard très morne) Pensez à votre enfance (rires et elle continue avec un regard très morne). Aie! C’est plutôt bien. C’est un bon regard morne (applaudissements du public). Ouais. Ouais. Et maintenant vous êtes juste un Maître incarné complètement fou (elle devient maintenant très animée et plus de rires). Ça ce sont les gens dont vous vous écartez quand vous les croisez (rire). Elle est dans le rayon boucherie à l’épicerie, et … (Adamus rit). Quelqu’un d’autre veut montrer le regard triste pour tous nos auditeurs en ligne aujourd’hui?

LINDA: Edith! (Quelques rires)

ADAMUS: Elle va se mettre en colère contre vous.

LINDA: Oh!

EDITH: Je ne suis pas en colère.

ADAMUS: Voulez-vous faire l’air triste?

EDITH: Non (quelques rires).

ADAMUS: Edith! (L’assistance commence à chanter « Edith! Edith! Edith! ») Edith, ils veulent que vous fassiez la triste. Montez un peu les lumières. (le public continue à chanter et Edith fait un visage et un geste). C’est triste! Elle vient juste de le faire exactement comme il faut, là! (beaucoup de rires, elle se lève) Laissez-moi vous aider, madame.

EDITH: Merci, gentil monsieur.

ADAMUS: Oui. Oui. Voulez-vous un siège?

EDITH: Non, merci.

ADAMUS: Vous allez faire l’air triste en restant debout . D’accord.

EDITH: Je l’espère.

ADAMUS: Triste, gris, ennuyeux (elle en fait la démonstration). Ooh! Refaites-ça encore une fois. Où est la caméra? Oh, la lumière rouge est là-bas. C’est un air un peu effrayé (quelques rires).

EDITH: Désolée.

ADAMUS: Juste triste, gris (elle fait un visage morne). C’est plutôt bien, Edith. C’est plutôt bien. Yeah Yeah. Merci (quelques applaudissements). Maintenant, vous êtes présente et maintenant vous êtes dans la vie, votre vie. A quoi cela ressemble-t-il? (elle commence à faire la grimace) Ça, ça a l’air morne, Edith (rires).

EDITH: Je pensais juste que j’aurais aimé être riche plutôt que belle (plus de rires).

ADAMUS: Eh bien, je suis contente que vous ayez choisi d’être belle (Adamus glousse). Pourquoi pas les deux?

EDITH: J’aurais aimé avoir les deux.

ADAMUS: Pouvez-vous juste – vous savez, nous en avons parlé aujourd’hui. La raison principale pour laquelle nous sommes ici en avance sur le calendrier, c’est le permettre. Vous continuez à parler d’abondance. Pourriez-vous juste la permettre?

EDITH: Bien sûr.

ADAMUS: Alors faites-le.

EDITH: D’accord.

ADAMUS: D’accord, revenez. Je veux une centaine de dollars la prochaine fois (quelques rires). Non, ça c’est être abondant….

LINDA: Elle en est revenue à l’air triste (rire).

ADAMUS: Merci, Edith.

EDITH: Vous pariez. Merci très cher.

ADAMUS: Merci. Bien. Alors, prenons – je pense que les auditeurs, les téléspectateurs, ont une idée de ce que c’est qu’être morne et triste.

Il n’y a pas de … vous savez, nous avons eu une série il y a quelques temps à propos de Kharisme. Vous savez, le kharisme c’est juste quand vous êtes présent, quand vous êtes conscient, vous êtes dans la création. C’est la vie. C’est la vie. Puis l’énergie – whoosh! – arrive et nous en terminons avec toute discussion sur l’abondance. Je ne peux pas … ce sera un jour de fête.

EDITH: Oui.

ADAMUS: J’achèterai un gâteau et du champagne pour tout le monde quand nous pourrons enfin enterrer toute discussion sur l’abondance, parce que certains d’entre vous en sont encore dépendants. Vous adorez ça. Ouais. Vous aimez toujours les coups que le manque d’abondance vous donne. Je ne vais pas m’engager là-dedans, mais prenons une profonde respiration. Nous allons mettre fin à ces discussions et vivre comme de vrais Maîtres incarnés. Point suivant.

Prenons une profonde respiration et changeons de vitesse une fois de plus. Ça va être un gros changement de vitesse là.

Prenons une bonne respiration profonde. Il est temps de passer au merabh.

LINDA: Ahh!

ADAMUS: Maintenant, vous pouvez tous aller dormir. « Oh, je suis si triste aujourd’hui. » (Quelques rires) Non, vraiment. Aux prochains ateliers et événements, j’interpellerai les gens mornes. Il n’y a pas de place pour ça dans nos rassemblements. Il n’y a pas de place pour ça.

KERRI: Amen! (rire)

ADAMUS: J’ai entendu un « Amen » dans le public! Amen! (Le public crie « Woo! » et applaudit) C’est beaucoup plus amusant de mettre de la passion au sein de votre création. Cela attire beaucoup d’énergie. C’est beaucoup plus amusant de simplement profiter de la vie. Arrêtez de vous retenir. Alors, j’interpellerai les gens mornes. Je vais y travailler avec Linda. Nous allons créer un prix pour la morosité (quelques rires). Ce sera juste un petit autocollant tout gris (plus de rires).

LINDA: Oh, ça je peux le faire!

ADAMUS: Gagnez un autocollant tout gris. Il n’y a plus de place désormais pour ça ici. Il n’y a pas de place pour cela – vous savez, vous tous, chacun d’entre vous sans exception, vous êtes allés sur cette voie du « Je dois passer par ce long chemin de souffrance en quête du Saint Graal. » Vous savez, si vous vous étiez juste arrêtés pour regarder autour de vous, le Saint Graal était posé là depuis tout ce temps. Et vous avez continué cette recherche lugubre, et j’espère que vous écrirez des livres à ce sujet et que vous plaisanterez sur la façon dont vous étiez gris et mornes dans toute cette quête éperdue et sérieuse de quelque chose qui était juste là! Je suis surpris que vous n’ayez pas trébuché dessus le long du chemin vers cette quête.

Prenez une profonde respiration et permettez. « Je suis ce que je suis. Je suis un putain de créateur, et je m’amuse dans mes créations.  »

Assez parlé, il est temps pour le merabh. Prêts pour la musique, prenons une bonne respiration, alors que nous faisons une transition … euh, dans la musique (quelques rires).

(la musique commence)

On ne sait jamais. On ne sait jamais. Sortons du Kool-Aid (des croyances aveugles) (le public dit « Ohh! »). Ohh! Ow! (Adamus rit) Ce n’est pas triste, n’est-ce pas ?! C’est tout autre.

 

Merabh

Prenons une bonne respiration profonde, et je vais vous demander de prendre note de quelque chose qui s’est passé pendant les distractions aujourd’hui. Il y a eu de bonnes informations, mais il s’est passé quelque chose d’autre.

Prenons une bonne respiration profonde. Permettons juste pendant un instant alors que la musique joue.

Une bonne respiration profonde. Il y a eu beaucoup de rires aujourd’hui. Beaucoup de bons rires.

Les réunions spirituelles devraient seulement avoir pour objet de rire. Je veux dire, presque totalement, peut-être qu’il pourrait y avoir un peu de sérieux, mais surtout du rire. Le plus drôle, c’est qu’en tant que Maître incarné, vous allez rire beaucoup de voir à quel point vous étiez triste, lugubre (Adamus rit). Non, vraiment, vous vous direz: « Pourquoi ai-je pris tout cela sur moi, le sérieux, l’excessive sainteté en quelque sorte de tout ce truc? » Eh bien, parce que c’est ce que la conscience de masse vous a dit de faire.

Vous savez, Kuthumi, j’adore Kuthumi. Il est un tel exemple pour avoir été au départ l’humain le plus morose, lugubre, de tous les temps à marcher sur cette planète. Vraiment, le – oh! – tout est tellement sérieux et plein de règles et il faut faire plaisir à ses parents. L’une des choses les plus tristes que vous puissiez faire, c’est d’essayer de rendre vos parents heureux. Ensuite, c’est d’essayer de rendre vos enfants heureux. Ouais. Cela a abouti – pour tout ceux d’entre vous qui écoutez en ligne – ça a abouti à un gros, « Oh, ouais » (Adamus rit).

Kuthumi était si triste. Je veux dire, il aurait pu vider un bar entier s’il y était entré, mais il ne l’a jamais fait parce qu’il était trop morne pour aller dans un bar (quelques rires). Il aurait vidé tout le bar, parce que tout le monde pouvait ressentir cela. Vous savez, il commençait toujours par poser toutes ces questions: «Eh bien, qu’y a-t-il dans cette boisson? Et qu’y a-t-il dans celle-là ? Et qu’est-ce que ça va me faire? Et est-ce légal? Et …  » Des questions ennuyeuses. Mais bois donc simplement ta foutue boisson, Kuthumi! Bois-la tout simplement! (rires)

Mais n’est-ce pas ce à quoi beaucoup d’entre vous ressemblent sur le chemin spirituel? « Eh bien, que devrais-je faire? A quoi ça va ressembler? Qu’est-ce qui va m’arriver après? Est-ce que je fais ça bien? Où est le manuel pour me dire quoi faire?  » Faites-le tout simplement!! (plus de rires)

Kuthumi était si triste,  morose…

LE PUBLIC: A quel point était-il morose? « (Plus de rires)

ADAMUS: Il était si morose, il pouvait entrer – c’est une histoire vraie – il pouvait entrer dans un bordel, une maison close, et endormir tout le monde. Tout le monde s’endormait. Eh bien, il commençait par demander, « Avez-vous des maladies? Et avez-vous, vous savez … « Aagh! « Qu’est-ce que vous avez pris pour le petit déjeuner aujourd’hui? » Fais-le, Kuthumi! Fais-le tout simplement!

Ceci dit, prenons une bonne respiration profonde.

Il a surmonté sa morosité et ensuite il s’est illuminé. Il est devenu une vraie lumière remplie de joie, il n’est jamais plus redevenu sérieux, toujours dans le moment présent, toujours dans la joie, plus jamais coincé dans le mental, plus jamais didactique, jamais plus ennuyeux. Posez-lui une question – vous pourriez lui poser une question sérieuse – et il vous ferait une blague, parce que, voyez-vous, il sait ce qui se passe en réalité. Si quelqu’un venait lui dire: «Maître, où est la route de l’illumination?», il lui raconterait une blague, totalement hors sujet. Et cela le distrairait suffisamment pour qu’il cesse d’être si sérieux. Il n’y a pas de route. Il n’y a pas de chemin vers l’illumination. Tout est seulement dans le Permettre. C’est tout.

Mais je vous distrais intentionnellement.

 

Perdre l’humain

Quelque chose de drôle est en train de se passer en ce moment avec toute cette distraction, ces histoires et tout le reste. Vous vous êtes probablement demandé dernièrement, vous savez, au cours des dix derniers jours environ: «Que se passe-t-il avec moi? Je me sens dissocié, un peu comme si je n’étais pas complet.  »

Ce qui est en train de se passer ici, cher Maître, c’est que vous êtes en train de perdre votre humain. Vous savez, cet humain, cette sorte d’humain morne et gris est en train de dériver au loin. Pour le dire mieux, c’est un peu du style, vous savez à quoi ça ressemble quand un serpent perd sa peau, surtout si le serpent pensait que cette peau était son identité, parce que c’est ce qu’il pouvait voir et ressentir quand il rampait sur le sol. Et puis il commence à perdre sa peau.

A présent, une grande part de vous est en train de vous être enlevée, retirée. Ce n’est pas que vous allez la perdre, mais elle est vous est retirée en un sens; une couche, une énorme couche, afin que vous puissiez révéler le Maître.

L’humain est en train de se dissocier actuellement. Il finira par s’intégrer, mais il est d’abord en train d’être expulsé et placé dans les autres dimensions, celles de vos états de rêve la nuit.

La part humaine qui était morne, sans couleur, jamais créatrice, dépendante à l’énergie, la chose même avec laquelle vous vous identifiiez, de multiples façons, vous est maintenant retirée comme des écailles, comme l’écorce d’un arbre, ou les écailles d’un animal. Certains jours, ça peut donner l’impression qu’on vous les arrache. D’autres jours, ça peut donner l’impression qu’elles tombent simplement. C’est une situation très intéressante, mais parfois inconfortable.

L’identité humaine qui était si solidifiée, si tendue, est maintenant en train de se détacher. Elle est envoyée dans les dimensions du rêve et c’est pourquoi, encore une fois, tant de vos rêves sont si intenses. Cet humain est en train de devenir son propre aspect, et cet aspect est maintenant comme épluché / détaché de vous, de la conscience.

Cet aspect ira dans les dimensions de vos rêves, et c’est là qu’il parviendra finalement à la sagesse. Mais il est en train de jouer dans ces dimensions actuellement, à encore essayer de trouver une (ré)solution à tant de choses qui lui sont arrivées, cet aspect humain, dans sa vie. Il reviendra chez les gens leur rendre visite depuis le passé, les vieilles expériences du passé. Vous réaliserez cela dans vos rêves la nuit, et vous vous demanderez: «Que se passe-t-il? Pourquoi ai-je ces ressentis de frustration, ce sentiment d’inachevé? Pourquoi ai-je ces ressentis que mon humain est presque en train de régresser? » alors que vous avez fait un si bon travail de libération.

Cela arrive, pourrait-on dire, pour que se produise un ajustement majeur. Cet aspect humain est en train de passer dans d’autres dimensions, pas les dimensions du rêve, mais dans d’autres dimensions où il passera beaucoup de temps au calme. Oui, en même temps qu’il va dans les dimensions du rêve, il va aussi dans une dimension de calme, isolée, loin de tout.

Il va pleurer là-bas. Il va se rebeller. Il va tenter de résoudre ses problèmes – « Pourquoi est-il venu sur Terre ? Pourquoi a-t-il endossé tant de colère, de haine et de souffrance ? » ll va se confronter à lui-même là-bas, et ça va être très, très difficile pour lui. Mais cela ne va pas vraiment vous affecter tant que ça, en tant que Maître vivant. Vous sentirez qu’il se passe quelque chose. Vous le ressentirez, mais ça ne pourra pas interférer avec votre vie.

À l’heure actuelle, alors que nous sommes dans un si bel endroit pour être de vrais créateurs, à l’heure actuelle, l’aspect humain est en train de vous être retiré, dissocié de vous. Vous pourriez presque ressembler … vous avez cette créature sur votre planète appelée la tortue, c’est presque comme si sa coquille lui était enlevée et emmenée ailleurs afin que vous n’ayez pas cette interférence. Vous le ressentirez, oui, mais cela n’interférera pas directement avec votre vie.

Finalement, il sera totalement intégré. Finalement, il reviendra en tant qu’humain sage, en tant qu’humain accompli. Il reviendra rejoindre le Maître, le Je Suis. Il reviendra vous rejoindre dans la vie.

Ce n’est pas à prendre à la légère. En d’autres termes, c’est un grand pas. Si vous vous êtes demandé dernièrement, « Pourquoi ces ressentis étranges? » Eh bien, c’est parce que cet aspect humain est en train de s’en aller.

Prenons une profonde respiration avec cela et permettons simplement.

Cela n’aurait pas été possible sans le Permettre, sans la sagesse, sans le Maître, sans la compréhension de l’énergie.

Sans ces choses, l’aspect humain se serait accroché. Il aurait creusé plus profondément. Il aurait créé une coquille plus dure. Mais maintenant, vous prenez une profonde respiration, vous le Maître et l’humain, et vous lui permettez d’aller là où il doit aller avec grâce.

Le soi humain est rempli d’émotions. Il vit dans une mer d’émotions. Il est accro au drame et aux émotions. Il n’y a pas de place pour ça là où le Maître va. C’est faux, c’est une fausse réalité. En fait c’est une fausse dynamique énergétique – l’émotion, le drame, et tout le reste.

Quand on ne comprend pas la différence entre l’énergie et la vie, on a tendance à devenir très accro au drame. C’est l’une des choses qui apportent un peu d’énergie dans la vie. Il n’y a pas de place pour ça dans la vie d’un Maître. Le Maître est concerné par l’énergie du Maître, l’énergie pure.

Le Maître apporte la conscience et la création. L’énergie arrive ensuite pour permettre l’expérience, la joie et la simplicité.

La strate de l’aspect humain est en train de s’en aller.

Elle est en train de s’accorder à la sagesse. Elle est en train de s’accorder au rire.

On pourrait se demander: «Eh bien, l’aspect humain va-t-il trouver sa résolution?» Ce n’est pas le sujet ici. Il ne s’agit pas de résoudre quoi que ce soit. Il s’agit d’accepter. Il y a une grande différence. La résolution signifie que tout est réuni pour une fin heureuse. Il ne s’agit pas de ça.

Il s’agit d’acceptation, l’humain qui finit par dire: «J’étais là en expérience.» C’est tout. Pas besoin de résolution.

Et vous, comment va-t-on vous appeler à présent – Humain? Maître? – Je ne sais pas, mais vous allez vous sentir très à vif au fur et à mesure que cette vieille couche humaine, cet aspect humain disparaît, ou comme je le disais, vous est retiré. C’est comme s’il se détachait, mais parfois il faut aussi l’arracher. Mais pendant que ça aura lieu, vous allez vous sentir très sensible, très à vif; d’une certaine manière, un peu comme sans protection. Mais en réalité ce qui se passe, c’est que vous développez un niveau de conscience beaucoup, beaucoup plus élevé.

Vous savez qu’au fur et à mesure que l’humain a formé cette couche, qu’il est devenu plus limité, il a vraiment réduit sa conscience. Et au fur et à mesure que cet aspect humain va s’en aller, pour un temps, dans d’autres dimensions, vous allez vous sentir très, très sensible à propos des choses. Et c’est bien, parce que vous allez à présent comprendre l’énergie comme vous ne l’aviez jamais fait auparavant. Vous allez ressentir l’énergie, parce que vous allez réaliser qu’il y a une différence entre l’énergie et la vie.

Mais il se peut aussi que vous vous sentiez vulnérable. Très exposé. Et quand cela arrivera, souvenez-vous simplement de quelque chose de très simple: l’énergie est là pour vous servir.

Quand vous vous sentirez exposé, vulnérable, comme si quelque chose pouvait vous attaquer, vous savez, une énergie psychique ou même un chien, souvenez-vous que ce n’est que de l’énergie et qu’elle est là pour vous servir.

Vous pourriez penser qu’il faut beaucoup de courage pour accepter de se sentir vulnérable, ouvert, sans protection. Mais vous allez bientôt commencer à apprendre que, voyez-vous, au fur et à mesure que l’énergie arrive, disons, plus près de vous – elle est toujours là, mais au fur et à mesure qu’elle se rapproche vraiment de votre conscience – même ce que l’on pourrait appeler une mauvaise énergie est soudain transmutée. Il n’y a pas de mauvaise ou de bonne énergie. C’est juste de l’énergie.

Disons que dans cet état très vulnérable, où la coquille de l’aspect humain s’est détachée, il y a ce que vous ressentez comme une mauvaise énergie, une énergie psychique qui vient vers vous. C’est alors que vous respirez profondément dans le «Je Suis, J’Existe». Cette énergie pourrait s’approcher très près, comme une agression, une énergie noire mauvaise. Et alors soudain, au moment où elle s’apprête à vous attraper, elle est transmutée.

C’est un peu effrayant de la voir s’approcher si près, mais soudain, vous réalisez que c’est juste de l’énergie. Ce n’est pas la vie. Ce n’est pas la vie qui vous donne du fil à retordre. Ce n’est pas la vie qui a un destin pour vous. C’est juste de l’énergie. Et alors, ça devient amusant, mes amis. Ça devient amusant.

Une fois que vous aurez eu quelques expériences effrayantes avec l’énergie, comme si elle allait vous écrabouiller, comme si elle allait vous mettre en pièces, et alors que vous tiendrez bon; que vous ne reculerez pas, vous ne cillerez pas, et qu’elle s’approchera tellement près que vous penserez qu’elle va vous dévorer, boum! Elle se transmutera en énergie qui sera là à votre service. C’est là que ça deviendra amusant.

Maintenant, qu’allez-vous faire avec cette énergie? Eh bien, vous ne serez pas triste. Vous ne resterez pas juste debout à la regarder en lui demandant d’où elle vient. Vous allez l’incorporer. Physiquement, psychiquement, vous allez incorporer cette énergie. Et alors vous aurez envie de danser, chanter, courir. Vous vous sentirez tellement dynamisé, plein de joie. Vous aurez l’impression d’avoir mille couleurs. Pas cinquante nuances de gris, mais mille (quelques rires), mille couleurs à la fois.

Prenons une profonde respiration avec ça.

L’aspect humain va s’en aller dans d’autres dimensions à présent. Vous savez, c’est un vieux machin.

(pause)

Respirez profondément et ressentez cela pendant un moment. Wow.

(pause)

Jetons un petit coup d’œil ici pendant que nous y sommes. Donc, l’aspect humain est presque comme une coquille, ou des strates, ou des écailles, et à présent elles sont en train de se détacher. A quoi cela ressemble-t-il? Qu’est-ce qu’on ressent à présent ?

Au fur et à mesure que cette vieille armure se dégage, ce vieil aspect, qu’y a-t-il à la place?

Regardez. Permettez-vous de ressentir ce qu’il y a à la place.

(pause)

Ce qui a toujours été là mais qui était recouvert.

(pause plus longue)

Tout ce que vous avez identifié avec le moi humain est en quelque sorte en train de se coaguler actuellement en un aspect, et cet aspect s’en va pour une sorte de traitement spécial.

Vous le rencontrerez de temps à autre dans vos rêves, juste à travers des ressentis. Vous vous sentirez parfois très dissocié, du style, « Où est cette part de moi? Que lui est-il arrivé ? « Eh bien, elle reviendra, mais elle reviendra très différente.

Prenons une bonne respiration profonde avec ça. Prenez une bonne respiration profonde.

(pause, alors que la musique se termine)

Une vraiment bonne et profonde inspiration. Oh!

Bien. Quels changements aujourd’hui. Hmm.

Je finirai là où j’ai commencé. Chers Shaumbra, nous sommes tellement en avance sur le programme, non pas que nous étions pressés, mais – eh bien si, vous l’étiez (quelques rires) – mais il y a toute une série de choses que l’on traverse en arrivant dans la maîtrise incarnée, et il n’y a pas beaucoup d’antécédents. Vous ne pouvez pas lire grand chose à ce sujet, parce que vous êtes le premier groupe à le faire. Vous êtes en train de créer ces livres. Vous êtes en train de créer ces chemins. C’est une expérience extraordinaire et quelle époque intéressante que celle où vous vivez.

Alors, sur ce, mes chers amis, c’était un tel plaisir d’être avec vous aujourd’hui. J’espère que vous avez eu quelques moments de rire. J’espère que vous avez un peu d’information, et je sais que vous avez fait beaucoup de Permettre. C’est ce qui nous a amenés ici.

Et souvenez-vous toujours, bien sûr, que tout va bien dans toute la création.

Merci (applaudissements du public).

Source : https://www.crimsoncircle.com

Partagé par : www.messagescelestes-archives.ca – Messages Célestes


Vous avez apprécié ce message... Partagez-le avec Amour
 

Votre aide est Importante…

Depuis sa création il y a plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seul à travailler sur les sites de Terre Nouvelle en partageant à tous les jours les messages de nos amis Guides et Instructeurs Célestes afin d'ouvrir les consciences, pour vivre dans un monde d'Amour et de Paix. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il).
Le partage est un don de Sois, un don d'Amour...
Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...
Bernard !

$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard Guillemette
CP 522 Prévost
Prévost, Qc Canada
J0R 1T0



Comments are closed.