Krishnamurti: Question & Réponse 33 – Sur l’esprit superficiel

82

Jiddu Krishnamurti

La première et dernière Liberté

Question & Réponse 33

Sur l’esprit superficiel

 

KRISHNAMURTIQUESTION : Si j’ai l’esprit superficiel, comment puis-je devenir sérieux?

Krishnamurti : Tout d’abord, nous devons nous rendre compte que nous sommes superficiels, n’est-ce pas? Qu’est-ce que cela veut dire, être superficiel? Cela veut dire être subordonné. Dépendre d’un stimulant, d’une provocation, d’une personne, dépendre psychologiquement de certaines valeurs, de certaines expériences, de certains souvenirs -n’est-ce pas le propre d’un esprit superficiel? Lorsque je dépends de mes dévotions quotidiennes ou hebdomadaires pour me sentir aidé et exalté, ne suis-je pas superficiel? Si je dois me livrer à des gestes rituels pour maintenir mon sens d’intégrité, ou pour recapturer une émotion que j’ai déjà éprouvée, est-ce que cela ne me rend pas superficiel?

Est-ce que je ne deviens pas superficiel lorsque je me « donne » à un pays, à un plan, à tel groupe politique? Tout ce processus de subordination est une fuite hors de moi-même ; cette identification avec plus grand que moi est la négation de ce que je suis. Mais comment puis-je nier ce que je suis? C’est me comprendre qu’il me faut, et non pas essayer de m’identifier à l’univers, à Dieu, à un parti politique, à autre chose. Tout cela mène à une façon creuse de penser, et les pensées creuses engendrent une activité perpétuellement nocive, aussi bien à l’échelle mondiale qu’à l’échelle individuelle.

Est-ce que, comme premier pas, nous reconnaissons que nous faisons tout cela?

Non: nous justifions nos actes. Nous disons: « que ferais-je si je ne me comportais pas ainsi? Je serais encore plus mal en point ; mon esprit serait en miettes ; maintenant du moins je lutte vers le mieux. » Mais plus nous luttons, plus nous sommes superficiels.

C’est cela que je dois voir, pour commencer. Et c’est une des choses les plus difficiles à voir ; voir ce que je suis, admettre que je suis stupide, creux, ou mesquin, ou jaloux. Si je vois ce que je suis, si je le « reconnais », de là je peux repartir. Car justement, un esprit creux est un esprit qui s’évade de ce qui est ; ne pas s’évader implique une investigation ardue, la négation de l’inertie. Sitôt que je me sais creux, il y a déjà en oeuvre un processus d’approfondissement, à condition que je ne fasse rien de ce creux. Si l’esprit se dit: « je suis mesquin, je vais examiner la situation, je veux comprendre tout le processus de la mesquinerie, toutes ces influences rétrécissantes », il y a une possibilité de transformation ; mais l’esprit mesquin qui se reconnaît mesquin et qui essaye de ne pas l’être, en lisant, en rencontrant du monde, en voyageant, en étant incessamment actif à la façon des singes, est toujours un esprit mesquin.

Encore une fois, voyez-vous, il n’y a de vraie révolution que si nous abordons le problème correctement. L’approche correcte du problème donne une confiance extraordinaire, laquelle, je vous l’assure, déplace des montagnes, les montagnes de nos préjugés et de nos conditionnements. Devenant conscients du creux de votre esprit, n’essayez pas de devenir profonds. L’esprit creux ne peut jamais connaître les grandes profondeurs. Il peut accumuler beaucoup de connaissances, des informations, il peut répéter des mots – vous connaissez tout le capharnaüm des esprits superficiels, lorsqu’ils sont actifs. Mais si vous vous savez superficiel et creux, étant conscients de ce creux, observez-le dans toutes ses activités, sans juger, sans condamner et vous verrez bien vite que la chose creuse a disparu entièrement, sans qu’il y ait eu action sur elle de votre part. Il y faut beaucoup de patience et d’observation, et l’absence du désir de réussir. Ce n’est qu’un esprit creux qui veut réussir.

Plus vous percevez tout ce processus, plus vous découvrez les activités de l’esprit ; mais vous devez les observer sans essayer de les faire cesser ; car dès que vous cherchez une fin, vous êtes de nouveau tombé dans la dualité moi et non-moi, laquelle donne une suite au problème.

—————————

Pour lire les autres textes de « La première et dernière Liberté » , voir le SOMMAIRE

Source : http://www.messagescelestes-archives.ca
[signoff][/signoff]

Comments are closed.