Laisse couler la vie

66

Imagine cet instant où l’air frais et le vent font danser les enfants et sourire les parents.

Dans l’envolée joyeuse de cris rebondissants, sautent les cœurs heureux d’être dans le mouvement.

Etincelles de Lumière virevoltant légèrement, créant ce tourbillon qui emporte le néant, dans le temps de l’instant qui ne reviendra pas.

Pouvoir t’est donné dans ton imagination, où tu peux instantanément faire voler et s’éclipser de ton champ d’action ce qui ne te convient pas, ou bien encore y amener les éléments qui pourront t’aider dans ton avancement.

Echange de moments de joie que de faire progresser sur sa voie, l’enfant un peu perdu en lui tendant la main et en l’encourageant à faire quelques pas de plus.

Imagine que la terre retrouve sa « santé » et que les hommes, les animaux ne soient plus en danger.

Imagine que tes frères, que tes sœurs, restent à tes côtés et qu’ensemble vous formiez cette grande et belle fraternité qui pourra attirer, plus puissante qu’un aimant, d’autres êtres en danger qui réaliseront enfin qu’ils font aussi partie de cette grande famille fraternelle réunie.



Imagine, imagine, le plus beau, le plus merveilleux scénario où ton rôle prendra sa vraie couleur, où ta vie retrouvera sa vraie grandeur et où tu pourras être ce réunificateur par l’Amour déversé sans jamais le compter.

Laisse couler la vie pure pour qu’elle vienne embellir tes journées et réveiller ton cœur pour qu’il puisse tout donner, tout partager.

L’oiseau s’est-il enfin envolé de sa belle cage dorée ? A-t-il fini par comprendre que la porte restait toujours ouverte et qu’il lui suffisait de la pousser un peu pour pouvoir retrouver sa liberté ?

Le miroir « de l’illusion » s’est-il suffisamment terni et sa remise en état a-t-elle chassé les erreurs du passé pour ne plus refléter que la seule vérité ?

Comprends-tu qu’en ton cœur tu peux toujours te réfugier et y puiser toute l’ardeur nécessaire pour te permettre d’évoluer ?

Emane le meilleur, cher enfant de la terre, et ne te laisse plus piéger par tout ce qui ne cherche qu’à te freiner.

Petit oiseau fragile que nous aimons tendrement, sèche tes ailes, lisse tes plumes, et retrouve les couleurs qui n’appartiennent qu’à toi.

Voici un message un peu inhabituel qui s’adresse pourtant à chacun de vous, chers enfants de lumière, et qu’il va vous falloir pénétrer doucement, patiemment. C’est par l’étude que vous en ferez, que vous pourrez en retirer un maximum de bienfaits.

C’est dans la Joie qu’il vous est demandé d’y travailler, offrant un large sourire et surtout une confiance absolue en vos possibilités.

Reçu le 27 octobre 2007 Les guides de Sylvie.

La diffusion et la circulation de ce message sont vivement conseillées. L’heure est venue pour faire rayonner à une plus grande échelle, ces énergies nouvelles, porteuses de Joies !

Comments are closed.