Laissez-vous vos peurs diriger votre Vie à son insu ?

154

Par Diane Gagnon

Nous sommes tous habités de peurs, certaines bien réelles, comme celle que nous ressentons devant un accident imminent et celles irrationnelles, comme la peur du rejet ou de prendre la parole en public.

La plupart de nos peurs ont été créées dans notre enfance, alors que nous étions des éponges à tout ce que nous vivions et à notre environnement.

À cet âge, il suffit parfois d’un commentaire insignifiant de notre grand frère pour que nous nous trouvions moche, ou d’une remontrance d’un professeur devant toute la classe pour que nous n’osions plus désormais nous exprimer ouvertement.

Nos peurs ne sont pas toujours justifiées par un événement remarquable à l’origine de leur apparition dans notre vie. Parfois, une journée où nous étions plus fragile peut avoir créé une brèche en nous alors que les moqueries d’un ami que nous chérissions laissaient des traces indélébiles dans la construction de notre estime de soi. D’autres fois, il s’agit d’humiliations répétées ou d’un évènement vu par plusieurs personnes qui nous creusent le cœur comme les ornières d’une route de terre desséchée.

Le plus souvent, nous traînons ces peurs à l’âge adulte sans nous en rendre compte, tant nous avons appris à composer avec elles. Elles ne se réactiveront qu’au moment où nous revivrons une situation semblable ou alors au moment où nous serons prêts à les confronter.

Bien entendu, nous connaissons plusieurs des peurs qui nous habitent et nous aimerions nous en débarrasser. Mais nous vivons aussi avec celles dont nous ignorons l’existence, jusqu’à leur être confrontées ouvertement. Nous sommes alors souvent étonnés des peurs qui limitent encore tout notre potentiel.

Ainsi, nous évitons peut-être les conflits pour ne pas déplaire, croyons-nous, alors que la peur du rejet possible si nous nous affirmions vraiment est à l’origine de notre tempérament peut-être trop souple.

La peur de ne pas être aimé ou de perdre une illusoire sécurité est sans doute à l’origine de notre grand besoin de perfectionnisme et des exigences élevées que nous avons à notre égard.

Toutes ces peurs qui nous habitent prennent différents visages : outre le perfectionnisme, il y a le don de soi au détriment de sa santé, l’insécurité, la méfiance, l’isolement, l’irascibilité, la susceptibilité, l’envie, la jalousie, le besoin de contrôle, le jugement…

APPRIVOISEZ VOS PEURS

Si nous prenons conscience des peurs que nous portons encore aujourd’hui, nous pourrons enfin les regarder pour ce qu’elles sont, et choisir enfin de nous en débarrasser.

Un bon exercice pour se débarrasser de nos peurs est d’identifier les facettes de notre caractère ou de notre personnalité, qui sont parfois sources de difficultés avec les autres ou qui limitent nos possibilités de bonheur. Pour chacun de ces aspects, quelle est la peur qui se cache derrière ceci? Et pour chaque réponse, quel est le pourquoi derrière cette réponse, jusqu’au plus petit dénominateur commun.

Par exemple, si nous portons la peur de prendre la parole en public, de quoi avons-nous peur? Si la réponse est du ridicule, pourquoi avons-nous peur du ridicule? Si c’est d’être jugé, pourquoi avons-nous peur d’être jugé? Si c’est de ne pas être aimé, qui est souvent la peur fondamentale de toutes les peurs, alors comment pouvons-nous mieux nous aimer nous-mêmes pour ne pas dépendre du regard de l’autre?

Enfin, nous pouvons aussi chercher ce que chacune de ces peurs nous a apporté comme avantage, car chaque défaut, chaque peur a été créé pour nous aider à surmonter une situation.

Par exemple, la peur de prendre la parole en public nous a peut-être permis de ne pas trop nous impliquer dans certaines situations. Elle nous a peut-être permis de choisir nos mots avec soin quand nous devions nous exprimer. Elle a peut-être protégé notre besoin de sécurité en nous maintenant hors d’atteinte lors d’évènements requérant la prise de parole. Elle nous a peut-être rendu plus discret, plus à l’écoute, plus attentif aux autres… Elle a peut-être même fait de nous un meilleur ami, qui sait?

Chaque peur a eu son avantage. Maintenant que nous sommes adultes, pouvons-nous conserver cet avantage sans avoir besoin de maintenir cette peur? Nous découvrirons alors que les avantages obtenus n’ont plus besoin de maintenir cette peur active dans notre vie. Une à une, nous pouvons affronter nos peurs et voir ce que chacune nous a apporté. En les apprivoisant, en ressentant de la gratitude pour ce qu’elles nous ont permis d’acquérir, nous pourrons les laisser sortir de notre vie.

Et pour celles, plus récalcitrantes, que nous n’arrivons pas à chasser nous-mêmes il existe de l’aide pour ce faire.

Apprivoiser ses peurs, c’est accepter de les laisser partir. C’est les regarder en face, plutôt que de les fuir. C’est les traverser, plutôt que de les laisser nous traverser et gérer notre vie à notre insu.

Car vivre dans la peur, ce n’est pas vivre, c’est survivre.

Et nous avons tous le droit de vivre sans peur, dans le calme et l’amour, dans l’estime de soi et le respect des autres.

Diane Gagnon

Source : http://lasolutionestenvous.com/

Partagé par : http://www.messagescelestes-archives.ca – Messages Célestes


Vous avez apprécié ce message... Partagez-le avec Amour
 

Votre aide est Importante…

Depuis sa création il y a plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seul à travailler sur les sites de Terre Nouvelle en partageant à tous les jours les messages de nos amis Guides et Instructeurs Célestes afin d'ouvrir les consciences, pour vivre dans un monde d'Amour et de Paix. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il).
Le partage est un don de Sois, un don d'Amour...
Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...
Bernard !

$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard Guillemette
CP 522 Prévost
Prévost, Qc Canada
J0R 1T0



Comments are closed.