Mosanto-contrôle-de-poppulation

L’HISTOIRE DE MONSANTO

L’histoire complète de Monsanto, « l’entreprise la plus diabolique dans le monde ».

Le 24 juin 2014

De toutes les méga-entreprises qui se déchaînent, Monsanto a constamment dépassé ses rivaux, en gagnant toujours la couronne de « la société la plus maléfique sur la Terre ! »  Non contente de simplement se reposer sur son trône de destruction, l’entreprise reste concentrée sur des moyens plus récents et plus scientifiquement innovants pour nuire à la planète et à ses habitants.

1901 : La société a été fondée par John Francis Queeny, un membre des Chevaliers de Malte, un vétéran de la pharmaceutique de trente ans marié à Olga Mendez Monsanto, d’où le nom de Monsanto Chemical Works.  Le premier produit de la société a été la saccharine chimique, vendue à Coca-Cola comme un édulcorant artificiel.

Même alors, le gouvernement savait que la saccharine était toxique et a poursuivi l’entreprise pour arrêter sa fabrication, mais a perdu en cour, ouvrant ainsi la boîte de Pandore de Monsanto pour commencer à empoisonner le monde à travers les boissons gazeuses.

1920 : Monsanto se développe dans les produits chimiques et les médicaments industriels, pour devenir le plus grand fabricant au monde de l’aspirine, de l’acide acétylsalicylique (toxique bien sûr).  C’est aussi le moment où les choses ont commencé à aller vraiment mal pour la planète à la hâte avec l’introduction de leurs polychlorobiphényles (PCBs).

« Les PCBs étaient considérés comme un merveilleux produit chimique industriel, une huile qui ne brûle pas, imperméable à la dégradation et ayant des applications quasi illimitées.  Aujourd’hui, les PCBs sont considérés comme une des plus graves menaces chimiques pour la planète.  Largement utilisés comme lubrifiants, fluides hydrauliques, huiles de coupe, revêtements imperméables et scellants liquides, ils sont de puissants carcinogènes et ont été impliqués dans les troubles du système reproducteur, de développements et immunitaires.  Le centre mondial de la fabrication des PCBs était l’usine de Monsanto à la périphérie de East St. Louis, en Illinois, qui a le taux le plus élevé de décès des fœtus et de naissances immatures de tout l’état. »

Même si les BPCs ont finalement été interdits après cinquante ans de production de tels dégâts, ils sont toujours présents dans le sang et les tissus cellulaires d’à peu près tous les animaux et humains à travers le monde.  Les documents présentés à la cour plus tard ont démontré que Monsanto était parfaitement au courant des effets mortels, mais les a criminellement cachés au public pour maintenir la lancée du train des PCBs allant à toute vitesse !

1930 : L’entreprise a créé sa première semence hybride de maïs et a continué son expansion dans les détergents, les savons, les produits de nettoyages industriels, les caoutchoucs et les matières plastiques synthétiques ; Tous toxiques, bien sûr !

1940 : L’entreprise commence les recherche sur l’uranium qui doit être utilisé pour la première bombe atomique pour le projet Manhattan, qui allait plus tard être larguée sur Hiroshima et Nagasaki, tuant des centaines de milliers de soldats japonais, coréens et américains, et en empoisonnant des millions d’autres.

La société continue sans relâche son massacre en créant des pesticides pour l’agriculture contenant de la dioxine mortelle, qui empoisonne la nourriture et les approvisionnements en eaux.  Il a été découvert plus tard que Monsanto avait omis de divulguer que la dioxine avait été utilisée dans une large gamme de leurs produits parce qu’on les aurait forcés à reconnaître qu’ils avaient créé un enfer pour l’environnement sur la Terre.

1950 : Étroitement aligné avec The Walt Disney Company, Monsanto a créé plusieurs attractions à Tomorrowland de Disney, épousant les gloires des produits chimiques et des plastiques.  Leur « Maison du Futur » est construite entièrement en plastique toxique qui n’est pas biodégradable, contrairement à ce qu’ils avaient affirmé.  Quoi ?  Monsanto aurait menti ?  Je suis très choqué !

« Après avoir attiré un total de 20 millions de visiteurs de 1957 à 1967, Disney a finalement décidé de détruire la maison, mais, a découvert qu’elle ne s’effondrait pas sans se battre.  Selon Monsanto Magazine, les boules de démolition rebondissent littéralement sur la fibre de verre, un polyester renforcé.  Les torches, les marteaux-piqueurs, les tronçonneuses et les pelles ne fonctionnaient pas.  Enfin, des élingues ont été utilisées pour briser des parties de la maison, morceau par morceau, et les faire transporter par camion. »

La vision Disneyfied de Monsanto pour l’avenir :

1960 : Monsanto, avec comme partenaire dans le crime DOW Chemical, produit l’Agent Orange à base de dioxine pour une utilisation dans l’invasion du Vietnam par les États-Unis.  Les résultats ?  Plus de 3 millions de personnes contaminées ; Un demi-million de civils vietnamiens morts, un demi-million de bébés vietnamiens nés avec des malformations congénitales et des milliers d’anciens combattants de l’armée américaine qui souffrent ou meurent de ses effets encore aujourd’hui !

Monsanto se retrouve de nouveau devant un tribunal et des notes internes démontrent qu’ils connaissaient les effets mortels de la dioxine dans l’Agent Orange quand ils l’ont vendu au gouvernement.  Outrageusement, Monsanto est autorisée à présenter ses propres « recherches » qui concluaient que la dioxine était sûre et ne posait aucun problème négatif pour la santé.  Satisfaits, ceux qui avaient actionné et payé les tribunaux se sont rangés du côté de Monsanto et ont rejeté toute l’affaire.  Peu de temps après, il a été révélé que Monsanto avait menti sur les résultats et leurs véritables recherches concluaient que la dioxine tuait très efficacement.

Un mémo interne publié plus tard devant un tribunal en 2002 admettait :

« Que les évidences prouvant la persistance de ces composés et de leur présence universelle comme résidus dans l’environnement est hors de question … les pressions publiques et juridiques pour les éliminer afin d’éviter la contamination globale sont inévitables.  Le sujet fait boule de neige.  Où allons-nous à partir d’ici ? Les solutions de rechange : Mettre l’entreprise en faillite ; Vendre au maximum aussi longtemps que nous le pouvons et ne rien faire d’autre ; Essayer de rester en affaire ; Avoir des produits de remplacement. »

Monsanto a fait un partenariat avec I.G. Farben, le fabricant de l’aspirine Bayer et le fabricant de produits chimiques du Troisième Reich qui produisait le gaz mortel Zyklon-B au cours de la Seconde Guerre Mondiale.  Ensemble, les entreprises ont utilisé leur expertise collective pour introduire l’aspartame, une autre neurotoxine extrêmement mortelle, dans la chaîne alimentaire.  Lorsque des questions ont fait surface sur la toxicité de la saccharine, Monsanto a exploité cette occasion pour présenter encore un autre de ses poisons mortels dans un public Non averti.

1970 : Le partenaire de Monsanto, GD Searle, a produit de nombreuses études internes qui prétendent que l’aspartame est sans danger, alors que les propres recherches scientifiques de la FDA révèlent clairement que l’aspartame provoque des tumeurs et des trous énormes dans le cerveau des rats, avant de les tuer.  La FDA lance une enquête du grand jury sur GD Searle pour « avoir déformé sciemment les conclusions, et avoir dissimulé des faits importants, et avoir fait de fausses déclarations » en matière de sécurité sur l’aspartame.

Pendant ce temps, GD Searle a stratégiquement embauché l’initié de premier plan de Washington, Donald Rumsfeld, qui a servi comme Secrétaire à la Défense sous les présidences de Gerald Ford et de George W. Bush, pour devenir chef de la direction.  Le principal objectif de la société est de voir Rumsfeld utiliser son influence politique et sa vaste expérience dans le commerce de la mise à mort afin de graisser la FDA pour jouer au ballon avec eux.

Quelques mois plus tard, Samuel Skinner reçoit « une offre qu’il ne peut refuser », se retire des enquêtes et démissionne de son poste au bureau du procureur des États-Unis pour aller travailler pour le cabinet d’avocats de GD Searle.  Cette tactique mafieuse arrête la cause juste assez longtemps pour que le délai de prescription s’épuise et que l’enquête du grand jury soit brusquement abandonnée.

1980 : Au milieu des recherches indiscutables qui révèlent les effets toxiques de l’aspartame et alors que le commissaire de la FDA de l’époque, le Dr Jere Goyan, était sur le point de signer une pétition en une loi afin de le garder hors du marché, Donald Rumsfeld appelle Ronald Reagan pour une faveur le lendemain de sa prise de fonction.  Reagan congédie Jere Goyan peu coopératif et nomme le Dr Arthur Hull Hayes à la tête de la FDA, qui a ensuite rapidement fait pencher la balance en faveur de GD Searle, et NutraSweet est approuvé pour la consommation humaine dans produits secs.  Ceci est devenu tristement ironique lorsque Reagan, un bonbon connu et un bonbon enthousiaste, a commencé à souffrir de la maladie d’Alzheimer plus tard au cours de son second mandat, un des nombreux effets horribles de la consommation d’aspartame.

Le véritable objectif de GD Searle était d’avoir l’aspartame approuvé comme édulcorant pour boissons gazeuses, puisque des études exhaustives ont révélé que, à des températures supérieures à 85 degrés Fahrenheit, « l’aspartame se décomposait en des toxines connues, dicétopipérazines (DKP), alcool méthylique (bois), et en formaldéhyde ».  L’aspartame devient alors plusieurs fois plus mortel que sa forme en poudre !

L’Association Nationale des Boissons Gazeuses (NSDA) est initialement dans un tumulte, craignant des poursuites futures des consommateurs blessés ou tués en  buvant le poison.  Lorsque GD Searle est en mesure de démontrer que l’aspartame liquide, si incroyablement mortel, est beaucoup plus addictif que le crack où la cocaïne, la NSDA est convaincue que la flambée des profits provenant de la vente de boissons gazeuses avec de l’aspartame pourrait facilement compenser toute responsabilité future.  Avec cela, la cupidité des entreprises gagne et les consommateurs de boissons gazeuses sans méfiance paient avec leurs santés endommagées.

Coke ouvre la voie une fois de plus (rappelez-vous la saccharine) et commence l’empoisonnement des buveurs de Coke Diète avec de l’aspartame en 1983.  Comme prévu, les ventes montent en flèche alors que des millions deviennent désespérément accros et malades par le doux poison servi dans une canette.  Le reste de l’industrie des boissons gazeuses aime ce qu’elle voit et suit rapidement le mouvement, en oubliant commodément toutes leurs réserves initiales que l’aspartame est une substance chimique mortelle.  Il y a de l’argent à faire, beaucoup d’argent et c’est tout ce qui compte vraiment pour eux de toute façon !

En 1985, sans se laisser intimider par le tourbillon de la corruption et de multiples accusations de recherches frauduleuses menées par GD Searle, Monsanto achète l’entreprise et constitue une nouvelle filiale de l’aspartame appelée NutraSweet Company.  Quand une multitude de scientifiques et de chercheurs indépendants continuent à mettre en garde contre les effets toxiques de l’aspartame, Monsanto passe à l’offensive, en corrompant l’Institut national du cancer et en fournissant leurs propres documents frauduleux pour que la NCI déclare que le formaldéhyde ne cause pas le cancer afin que l’aspartame puisse rester sur le marché.

Les effets connus de l’ingestion d’aspartame sont : « La manie, la rage, la violence, la cécité, les douleurs dans les articulations, la fatigue, le gain de poids, les douleurs thoraciques, le coma, l’insomnie, l’engourdissement, la dépression, les acouphènes, la faiblesse, les spasmes, l’irritabilité, les nausées, la surdité, les pertes de mémoire, les éruptions cutanées, étourdissements, les maux de tête, les convulsions, l’anxiété, les palpitations, les évanouissements, les crampes, la diarrhée, la panique, les brûlures dans la bouche.  Les maladies déclenchées/copiées comprennent le diabète, la sclérose en plaques, le lupus, l’épilepsie, le Parkinson, les tumeurs, la fausse couche, l’infertilité, la fibromyalgie, la mortalité infantile, la maladie d’Alzheimer. » (Food & Drug Administration)

En outre, 80% des plaintes déposées auprès de la FDA concernant les additifs alimentaires proviennent de l’aspartame, qui est maintenant dans plus de 5000 produits y compris les sodas et les boissons pour sportifs diet et non-diet, les menthes, la gomme à mâcher, les desserts glacés, les biscuits, les gâteaux, les vitamines, les produits pharmaceutiques, les boissons lactées, les thés instantanés, les cafés, les yaourts, les aliments pour bébés et beaucoup, beaucoup plus !  Lisez les étiquettes attentivement et n’achetez pas tout ce qui contient ce tueur horrible !

Au milieu de tous ces décès et de toutes ces maladies, Arthur Hull démissionne de la FDA dans un nuage de corruption et est immédiatement embauché par la firme de relations publiques de GD Searle en tant que conseiller scientifique senior. Non, ce n’est pas une blague ! Monsanto, la Food and Drug Administration et de nombreux organismes gouvernementaux pour la réglementation de la santé sont devenus une seule et même chose !  Il semble que la seule condition pour devenir un commissaire de la FDA, c’est qu’ils passent du temps avec Monsanto ou avec un des cartels pharmaceutiques du crime organisé.

1990 : Monsanto dépense des millions pour battre les législations fédérales et celles des états qui interdisent à la société de continuer à vider des dioxines, des pesticides et d’autres poisons cancérigènes dans les réseaux d’eau potable.  Peu importe, ils sont poursuivis un nombre incalculable de fois pour avoir provoqué des maladies chez les travailleurs d’usines, chez les gens dans les zones environnantes et des malformations congénitales chez les bébés.

Avec leurs cercueils de milliards de dollars en bénéfices, les compensations de centaines de millions de dollars sont considérées comme un faible coût de faire des affaires et, grâce à la FDA, au Congrès et à la Maison Blanche, les affaires restent très bonnes.  Tellement bonnes que Monsanto est poursuivi pour avoir donné du fer radioactif à 829 femmes enceintes pour une étude afin de voir ce qui allait leur arriver.

En 1994, la FDA approuve criminellement une nouvelle fois la dernière monstruosité de Monsanto, l’hormone de croissance bovine synthétique (rBGH), produite à partir d’une bactérie E. coli génétiquement modifiée, malgré l’indignation évidente de la communauté scientifique au sujet des dangers.  Bien sûr, Monsanto affirme que le lait malade, plein d’antibiotiques et d’hormones n’est pas seulement sécuritaire, mais, réellement bon pour vous !

Pire encore, les entreprises laitières qui refusent d’utiliser ce lait toxique et étiquètent leurs produits comme « libres de rBGH » sont poursuivies par Monsanto, qui affirme que çà leur donne un avantage injuste par rapport aux concurrents qui l’ont accepté.  En substance, ce que Monsanto dit, c’est « que nous savons que le rBGH rend les gens malades, mais, que ce n’est pas correct que vous annonciez que ce n’est pas dans vos produits ».

L’année suivante, l’entreprise diabolique commence la production des semences d’Organismes Génétiquement Modifiés tolérants à leur herbicide Roundup très toxique.  L’huile de canola, les graines de soya, le maïs et le coton BT, prêts pour le Roundup,  commencent à envahir le marché, annoncés comme étant plus sûr et des alternatives plus saines comparées à leurs rivaux organiques non-OGM. Apparemment, la propagande a fonctionné puisqu’aujourd’hui plus de 80% du canola sur le marché est leur variété d’Organisme Génétiquement Modifié.

Les quelques choses que vous devez absolument éviter dans votre alimentation sont le soja, le maïs, le blé et l’huile de canola génétiquement modifiés, malgré le fait que de nombreux experts en santé « naturelle » prétendent que cette huile de canola est une huile plus saine.  Ce n’est pas le cas ; Mais, vous allez trouver que ces produits polluent de nombreux produits sur les tablettes des épiceries.

Parce que ces cultures génétiquement modifiées ont été conçues pour « s’auto-polliniser », ils n’ont pas besoin de la nature ou des abeilles pour le faire.  Il s’agit d’un programme très sombre pour ceci et il s’agit de l’éliminer de la population mondiale d’abeilles.

Monsanto sait que les oiseaux et les abeilles en particulier jettent du sable dans leur monopole en raison de leur capacité à polliniser des plantes, créant ainsi naturellement des aliments en dehors de « l’agenda du programme de contrôle et de domination totale » de la société.  Lorsque les abeilles tentent de polliniser une plante ou une fleur OGM, elles s’empoisonnent et meurent.  En fait, l’effondrement des colonies d’abeilles a été reconnue et est en cours depuis l’introduction des cultures OGM.

Pour contrer les accusations d’avoir délibérément causé ce génocide en cours des abeilles, Monsanto a diaboliquement acheté Beeologics, la plus grande firme de recherches sur les abeilles consacrée à l’étude du phénomène d’effondrements des colonies et dont les recherches approfondies ont nommé le monstre Monsanto comme le principal coupable !  Après cela, c’est « les abeilles, quelles abeilles ? Tout est juste normal ! »  Encore une fois, je n’ai pas fait tout ça, mais, je souhaiterais l’avoir fait !

Au milieu des années 90, ils décident de réinventer leur entreprise maléfique comme une société axée sur le contrôle de l’approvisionnement alimentaire mondial par les moyens de la biotechnologie artificielle afin de préserver la vache à lait Roundup de perdre ses parts du marché face aux herbicides moins toxiques de la concurrence.  Vous voyez, le Roundup est si toxique qu’il efface les cultures non-OGM, les insectes, les animaux, la santé humaine et l’environnement en même temps.  Le Roundup est très efficace !

Parce que les cultures prêtes pour le Roundup sont conçues pour être des pesticides toxiques déguisés en nourriture, elles ont été interdites dans l’Union Européenne, mais, pas en Amérique !  Existe-t-il un lien entre cela et le fait que les Américains, malgré les coûts élevés et la disponibilité des soins de santé, sont collectivement les personnes les plus malades dans le monde ?  Bien sûr que non !

Comme c’était le plan de Monsanto depuis le début, toutes les cultures non-Monsanto seraient détruites, obligeant ainsi les agriculteurs du monde entier à n’utiliser que leurs semences toxiques Terminator.  Et Monsanto s’assure que les agriculteurs qui ont refusé de venir dans la bergerie soient chassés des affaires où poursuivis lorsque les semences Terminator empoisonnent les fermes biologiques.

Cela a donné à l’entreprise un monopole virtuel puisque les semences terminator et le Roundup travaillent main dans la main puisque les cultures OGM ne pourraient pas survivre dans un environnement non-chimique, ainsi les agriculteurs ont été contraints d’acheter les deux.

L’étape suivante consistait à dépenser des milliards à l’échelle mondiale pour acheter autant de compagnies de semences que possible et faire leur transition vers des sociétés de semences Terminator dans un effort pour éliminer les rivaux et éliminer tous les aliments organiques de la surface de la terre.  De l’avis de Monsanto, tous les aliments doivent être sous leur contrôle total et génétiquement modifiés ou ils ne sont pas sans danger !

Ils font semblant d’être choqués que les critiques de la communauté scientifique questionnent le fait que les cultures génétiquement modifiées avec des gènes de porcs malades, de vaches, d’araignées, de singes, de poissons, de vaccins et de virus puissent être bons pour la santé.  La réponse à cette question est évidemment un très grand « non ».

Vous pourriez penser que la société serait tellement fière de leurs aliments OGM qu’ils les serviraient à leurs employés, mais, ils ne le font pas.  En fait, Monsanto a interdit les aliments génétiquement modifiés dans leurs propres cafétérias des employés.  Monsanto a maladroitement répondu, « nous croyons dans le choix ». Ce qu’ils veulent vraiment dire est, « nous ne voulons pas tuer l’aide ».

C’est tout à fait correct de nourrir de force les pays pauvres et les Américains avec ces monstruosités modifiées comme moyen de mettre fin à la famine, parce que les gens morts n’ont pas besoin de manger !  Je parie que la pensée de la plupart des peuples de nos jours est que Monsanto est clairement axé sur l’eugénisme et le génocide, au lieu de fournir des aliments pour soutenir le monde.  Comme dans le partenariat de Monsanto avec la Belle au Bois Dormant de Disney, la méchante sorcière donne au peuple la pomme empoisonnée aux OGMs qui les endort pour toujours !

2000 : A cette époque, Monsanto contrôle la plus grande part du marché mondial des OGMs.  À son tour, le gouvernement des États-Unis dépense des centaines de millions pour financer les pulvérisations aériennes de Roundup, provoquant des dégâts massifs dans l’environnement.  Les poissons et les animaux meurent par milliers en quelques jours de la pulvérisation alors que les maladies respiratoires et les décès par cancer chez les humains augmentent énormément.  Mais, tout cela est considéré comme une étrange coïncidence, alors les pulvérisations continuent.  Si vous pensiez que Monsanto et la FDA sont une seule et même chose, alors vous pouvez ajouter le gouvernement à cette triste liste maintenant.

Le monstre grandit : Monsanto fusionne avec Pharmacia & Upjohn, puis se sépare de son activité chimique et change son nom en une société agricole.  Oui, c’est vrai, une entreprise de produits chimiques dont les produits ont dévasté notre environnement, qui a tué des millions de gens et la faune au fil des ans, veut maintenant nous faire croire qu’ils produisent des aliments sains et nutritifs qui ne tueront plus les gens désormais.  C’est difficile à croire, et c’est pourquoi ils continuent à grandir grâce à des fusions et des partenariats secrets.

Parce que son rival, DuPont, est une trop grande société pour pouvoir fusionner avec, ils forment plutôt un partenariat secret où chacun s’engage à laisser tomber les procès sur les brevets existants l’un contre l’autre et s’engage à commencer à partager les technologies OGM pour un bénéfice mutuel.  En termes simples, ensemble, ils seraient beaucoup trop puissants et politiquement connectés pour que quiconque puisse les empêcher de posséder un monopole virtuel sur l’agriculture ; « Contrôlez l’approvisionnement alimentaire et vous contrôlez les gens ! »

Ce n’est pas vraiment rose que le monstre est à plusieurs reprises poursuivi pour des centaines de millions de dollars pour avoir provoqué des maladies, des malformations infantiles et la mort par le dumping illégal de toutes sortes de PCBs dans les eaux souterraines, et ment en permanence sur la sécurité des produits ; Vous savez, les affaires, comme d’habitude.

Le monstre persévère souvent et se révèle difficile à tuer alors qu’il commence à déposer des poursuites frivoles contre les agriculteurs qui, selon Monsanto, portent atteinte à leurs brevets sur les semences Terminator.  Dans presque tous les cas, les graines indésirables sont soufflées par le vent sur les terres agricoles en provenance des fermes voisines semant des semences Terminator.  Non seulement ces graines horribles détruisent les récoltes des agriculteurs biologiques, les poursuites les entrainent vers la faillite, alors que la Cour Suprême renverse les décisions des tribunaux inférieurs et s’aligne avec Monsanto chaque fois.

Dans le même temps, le monstre commence le dépôt de brevets sur les techniques d’élevage des porcs, en affirmant que les animaux élevés d’une façon similaire à leurs brevets leur accorderaient la propriété.  Le dépôt de ce brevet était tellement large qu’il est devenu évident qu’ils voulaient réclamer que tous les porcs élevés dans le monde entier porteraient atteinte à leur brevet.

Le terrorisme mondial se propage à l’Inde alors que plus de 100000 agriculteurs qui sont en faillite à cause des mauvaises récoltes d’OGM, se suicident en buvant du Roundup afin que leurs familles soient admissibles à des paiements d’assurance-décès.  En réponse, le monstre prend avantage de la situation en alertant les médias concernant un nouveau projet visant à aider les petits agriculteurs indiens en leur donnant les mêmes choses qui ont causé les pertes de récoltes dans le pays en premier lieu ! Alors, Forbes nomme Monsanto « l’entreprise de l’année ».  C’est malade, mais c’est vrai.

Ce qui est le plus troublant, c’est que Whole Foods, la société qui se présente comme biologique, naturelle et respectueuse de l’environnement est prouvée comme étant tout à fait le contraire.  Ils refusent d’appuyer la proposition 37, la mesure d’étiquetage des OGMs de la Californie que Monsanto et leurs frères OGM ont finalement contribué à défaire.

Pourquoi ?  Parce que Whole Foods a été au lit avec Monsanto pour une longue période, remplissant secrètement ses étagères avec ses merdes hors de prix, frauduleusement annoncées comme « naturelles et organiques », chargées d’OGMs, de pesticides, de rBGH, d’hormones et d’antibiotiques.  Alors, bien sûr, ils ne veulent pas de l’étiquetage obligatoire qui les exposerait comme des fraudeurs mondiaux, ce qu’ils sont vraiment !

Toutefois, lorsque plus de vingt entreprises en faveur de la biotechnologie, y compris Wal-Mart, Pepsico et ConAgra, ont récemment rencontré la FDA en faveur de lois sur l’étiquetage obligatoire, après avoir combattu becs et ongles pour vaincre la Proposition 37, Whole Foods voit une occasion de sauver la face et devient la première chaîne d’épiceries à annoncer l’étiquetage obligatoire des produits contenant des OGMs … en 2018 !  Euh, merci pour rien, putain.

Et, si vous pensez que ces entreprises ont soudainement acquis une conscience, détrompez-vous.  Ils réagissent tout simplement à la clameur du public sur la défaite de la Proposition 37 par l’élaboration de lois trompeuses sur l’étiquetage des OGMs pour contourner un réel changement, maintenant ainsi intact le statu quo.


Pour ajouter l’insulte à l’injure au monde, Monsanto et ses partenaires dans le crime, Archer Daniels Midland, Sodexo et Tyson Foods, écrivent et parrainent La Loi de Modernisation de la Sécurité Alimentaire de 2009, HR 875.  Cette « loi » criminelle donne aux fermes corporatives un quasi-monopole pour faire la police et contrôler tous les aliments cultivés n’importe où, y compris nos propres jardins, et prévoit des sanctions sévères et des peines de prison pour ceux qui n’utilisent pas de produits chimiques et des engrais.  Le président Obama a décidé que cela semblait raisonnable et a donné son approbation.

Avec cette loi, Monsanto affirme que seuls les aliments génétiquement modifiés sont des aliments sains et que les aliments organiques ou provenant du potager ont le potentiel de répandre des maladies ; Ainsi, les aliments organiques doivent être réglementés pour en éliminer l’existence pour la sécurité du monde. Si manger des boules de pesticides génétiquement modifiées est leur idée de la salubrité des aliments, j’aimerais penser que le reste du monde est assez intelligent pour laisser tomber.

Alors que d’autres révélations ont été révélées concernant les véritables intentions de ce géant maléfique, Monsanto a conçu la loi ridicule HR 933 Résolution permanente, alias la Loi pour la Protection de Monsanto, qu’Obama a signée en une loi également.  Cette loi affirme que peu importe la dangerosité des cultures OGM de Monsanto et peu importe les ravages qu’elles peuvent causer dans le pays, les tribunaux fédéraux des États-Unis ne peuvent pas les empêcher de continuer à les planter où ils le veulent.  Oui, Obama a signé une disposition qui rend Monsanto au-dessus des lois et les rend plus puissants que le gouvernement lui-même.  Nous devons nous demander qui est vraiment responsable du pays parce que ce n’est certainement pas lui !

Il arrive un point de basculement où quand une société devient trop maléfique le monde la repoussera … fort !  De nombreux pays continuent à condamner Monsanto de crimes contre l’humanité et ont complètement interdit ses produits, en leur disant de « sortir et de rester en dehors ! »

Le monde a commencé à s’éveiller au fait que la monstrueuse entreprise ne veut pas le contrôle de la production mondiale de la nourriture tout simplement pour l’amour du profit.  Non, il est devenu clair par plus d’un siècle de morts et de destructions que l’objectif principal est de détruire la santé humaine et l’environnement, et de transformer le monde en un enfer satanique de Monsanto sur terre !

Les recherches sur le nom lui-même révèlent qu’il est latin, ce qui signifie « mon saint », ce qui pourrait expliquer pourquoi les critiques s’y réfèrent comme à « Mon-Satan ».  Encore plus intéressant, c’est que les francs-maçons et les autres sociétés ésotériques attribuent des numéros à chaque lettre dans notre système alphabétique basé sur le latin d’un système à six.  Dans ce système de nombre, que pourrait donner Monsanto ?  6-6-6 bien sûr!

Sachez que tout n’est pas perdu.  Le mal perd toujours à la fin lorsqu’il est largement exposé à la lumière de la vérité comme c’est le cas maintenant.  Le fait que le gouvernement dirigé par Monsanto estime qu’il est nécessaire d’adopter une législation désespérée pour protéger son véritable dirigeant prouve ce point. Être expulsé ailleurs, les États-Unis sont la dernière place-forte de Monsanto pour ainsi dire.

Pourtant, même ici beaucoup de gens ont commencé à riposter en protestant contre et en rejetant les monstruosités OGM, en choisissant de cultiver leurs propres aliments et en achetant sur les marchés locaux des agriculteurs au lieu des chaînes d’épiceries soutenues par Monsanto.

Les gens s’éveillant maintenant commencent également à voir qu’ils ont été induits en erreur par des tricheurs corporatifs et par les criminels du gouvernement fédéral empoisonnés par trop de pouvoir, de contrôle et de cupidité, qui a abouti à la création d’une bête monstrueuse hors de contrôle.

Source : http://www.realfarmacy.com/the-complete-history-of-monsanto-the-worlds-most-evil-corporation/

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Source : https://www.messagescelestes-archives.ca
[signoff][/signoff]

Print Friendly, PDF & Email