Les peuples des mondes souterrains

1 186

Message du Guérisseur Lestrys

Un amour immense,

« C’est moi de nouveau ton ami, le guérisseur Lestrys.

Mon allure a bien changé, n’est ce pas ? J’ai pris un certain nombre de centimètres et mon regard est différent !

J’ai bien rajeuni pour ainsi dire, et le traitement, leur traitement, celui des êtres de l’Intérieur commence à faire son effet ! »

Je vois un très bel alien de haute taille qui parcourt sereinement une grande galerie toute dorée à pied. L’alien possède le teint lumineux et des prunelles plus sombres. Il a recouvré toute sa vue.

L’être est accompagné d’un savant alien plus petit au crâne très large.

« Nous poursuivons nos missions », reprend-il.
« Celles-ci sont liées pour l’instant, aux zones d’occupation illicites. Ces zones sont en resserrement, c’est-à-dire que leur nappe énergétique se réduit. Elles sont comprimées, si vous préférez, par l’ouverture de portails énergétiques de plus en plus grands.

Il nous faut nous approcher de la strate de la surface, celle qui vous abrite, où vous vivez.

Il nous faut recueillir des êtres parfois très différents de nous, pour les faire passer en d’autres lieux, où ils seront plus à même de persister.

Évidemment ces lieux, ces cités obscures sont bien connues des agents de la surface terrestre. Ils y ont effectué des tests nucléaires souterrains pour se débarrasser des créatures qui y vivaient. Cela est une mort épouvantable.

Ces créatures n’étaient pas toutes très gentilles, je vous l’accorde, mais une partie d’entre elles était prête à changer.

En particulier ce peuple que vos connaissez un peu mieux par les écrits à son sujet.

Je parle ici bien sûr des Lacertans, c’est-à-dire, d’êtres à l’allure de lézard bipèdes de petite taille, extrêmement intelligents et cultivés, mais qui ne voulaient pas révéler leur position.
Ils ne voulaient pas non plus se mêler à votre espèce, et conserver donc une distance certaine.

Oui, ces êtres ont fait quelques dégâts à la surface de la planète Terre et l’armée a résolu de conclure un pacte avec ces êtres, en termes de paix.

Cela n’a pas toujours bien marché. Il y a eu des dissensions. Et suite aux impacts nucléaires répétés, nous avons du intervenir.

L’armée est aveugle.

Ils ont déversé des bombes, cela a fragilisé la croûte terrestre, une chose que les chefs d’état major ne pouvaient pas prévoir. Des villes entières menaçaient de s’effondrer. Des villes où vous viviez, où les champs poussaient  tout autour !  

Les ogives nucléaires souterraines créent des zones de vide dans la croûte. Il a fallu combler ces vides avec d’autres matériaux pour tout renforcer. Il a fallu échanger beaucoup de composés génotoxiques, du baryum, du corium, et aussi des ions qui traversent les créatures et endommagent leur âme. Les ions d’hydrogène lourd. Oui, il a fallu corriger tout cela.

Nous sommes allés dans ces cités et avons recueilli des êtres qui vivaient à peine. Il y en avait sur le point de mourir, cela a été très éprouvant.
Lors de ces opérations, seuls les plus grands des nôtres pouvaient approcher sans dommages des zones très irradiées. Les autres se contentaient d’aller là où les radiations étaient faibles.

Certains rescapés étaient très agressifs, d’autres étaient dans le regret de cette séparation et plutôt contents de nous voir. Ils étaient dans la souffrance.

Ces êtres ont été transférés et nous les avons emmenés en d’autres lieux. Une partie, la plus vaillante, a pu être amenée dans les cités de guérison de la Terre intérieure. »

Je vois un autre être, un petit lézard tacheté.

Il est assez grand, environ 1m 50 à 1m 60, le guérisseur Lestrys fait lui environ 1m80.

Le lézard a le regard fuyant, il est toujours fier, mais assez déstabilisé.

C’est un être au regard très intelligent, un de ces êtres assez fiers et ombrageux parfois. Il possède une allure très digne, et ses écailles sont ocellées de taches bleues et vertes très belles, ce qui donne une apparence saisissante et assez agréable. L’être est surpris de ces propos, son expression change.

Il y a toujours de la méfiance en lui. Je comprends qu’il a perdu beaucoup des siens, qu’il est dans la tristesse. Toute sa cité a été détruite.

L’être rejoint un lieu de lumière, on me montre une porte circulaire et bleutée qui mène à un paradis de verdure que j’entrevois un court instant. Ce lieu est chargé d’énergie de « décorrélation », je ne peux y entrer, me dit-on. L’air est très énergétique et il y vit de multiples créatures lumineuses minuscules au niveau du sol et dans l’air. Il existe un grand nombre de plantes multicolores de coloris très vifs qui prospèrent en ce milieu. Il existe une lueur bleue au niveau du sol, à environ 50 centimètres sous la surface, faiblement radioactive. Les plantes absorbent cette radioactivité qui fait un peu comme un engrais et cela leur donne cette apparence prodigieuse en diversité de formes et de couleurs.

Je comprends que c’est un lieu de guérison pour les personnes irradiées.

« Oui, c’est un lieu de guérison, » reprend Lestrys.

« C’est ici que nous les menons, il faut six mois à un an pour ôter toute la radioactivité de leur organisme. Cela est très long. Il existe des traitements plus rapides, mais pour ces êtres, ce serait trop dangereux. Ils sont encore dans la colère et nous comprenons cette colère, cette peine. Ils ont subi de très douloureuses épreuves.

Nous aimons les lézards, les reptiles, tous les aliens et bien sûr, nous aimons les humains ! »

Le professeur me montre une autre image, un peu incongrue.

Sur ce cliché on voit des soldats nombreux avancer vers une porte similaire, mais carrée cette fois. La porte mène à un jardin botanique, l’air est éblouissant, saturé de lumière. On leur demande de s’allonger sur l’herbe, ce qu’ils font, et là des animalcules phosphorescents se posent sur leur corps pour en enlever toute la radioactivité. Les petits êtres sont très lumineux, la plupart sont blanc éclatant, mais il en existe des jaunes et des bleutés.

Les soldats sont toujours en uniforme. Ce n’est qu’ensuite qu’on leur demande de retirer leur uniforme et de se dévêtir, pour entrer dans des grands bacs. Ces grands bacs sont remplis peu à peu d’eau, une eau qu’ils peuvent respirer, si je puis dire et à nouveau, de très petits êtres luminescents entrent en eux, les entourent, et nettoient leur corps des radionucléides. Ces hommes sont maintenus en une sorte de demi-sommeil tout le temps que dure cette épuration.

« Cela dure assez longtemps, parfois un à deux mois », explique le sage.
Ces êtres devraient déjà ne plus être ce de monde.

Une fois qu’ils sont bien épurés, ils reçoivent des soins au niveau des corps subtils, de l’âme.

La radioactivité endommage beaucoup ces parties de leur être. Il faut du temps pour qu’ils soient parfaitement reconstitués. Cela est valable aussi, bien sûr, pour les nôtres. »

Le guérisseur Lestrys sourit.

« Oui, les groupes paramilitaires, l’armée sait cela. Ils savent que nous nettoyons la Terre, que nous restructurons la croûte terrestre et que nous enlevons ces créatures, mais cela est un gros travail, un très grand effort. Certains ne nous facilitent pas la tâche, en décidant de manière arbitraire de tels bombardements, auxquels bien sûr, la population serait opposée farouchement. Mais, ils ne vous demandent pas votre avis non plus…

Il ne vous faut pas craindre ces créatures, car finalement, ils sont comme vous. Il ne leur faut pas les craindre non plus, nous avons pu parler évidemment aux chefs militaires les plus respectueux, car il y en a. Et ce n’est pas une mince affaire de convaincre des esprits aussi méfiants.

Nous leur avons expliqué tout cela, que ces créatures irradiées devaient être reconstituées au niveau tissulaire, au niveau de l’âme. Nous avons parlé à d’autres chefs pour coordonner efficacement les opérations et pour tendre la main à certaines cités, qui ont accepté de s’élever dans la lumière.

Il existe un lien subtil entre vous, entre ces peuples et le vôtre.

Un autre lézard s’approche, identique, mais au teint plus clair que le premier que j’ai vu. Il s’incline poliment. Le lézard possède un torse blanc crème, alors que son dos est couvert de petites écailles vertes et bleutées. Ses yeux sont jaunes et intenses, et ils possèdent un éclat très vif, mais cet éclat fait comme une flamme chaleureuse. Ses gestes sont amples et posés.

Je comprends qu’il aimerait parler et dire un mot de bienvenue, mais qu’il ne le peut pas encore.

Voici Senoris, expose le guérisseur.
Lui aussi a été irradié et nous l’avons guéri.

Maintenant, il nous aide à prendre soin des malades avec un grand dévouement.

Le lézard est très calme, il s’incline de nouveau, il porte un petit carnet et un sac, pour distribuer des remèdes et des listes de tâches, il est très affairé. Je sens un grand désir de bien agir en lui et quelque nervosité. Il marche rapidement sur ses pattes arrière, exactement comme le ferait un dinosaure, mais avec une grande agilité et bien plus de grâce que les reconstitutions numériques peuvent seulement le montrer. C’est une démarche très vive, un peu sautillante, mais sans balancement. Le lézard est absolument normal, il s’exprime par gestes et je comprends qu’il ne peut pas encore bien parler. Il s’exprime uniquement par télépathie et cela le frustre un peu.

Je perçois une phrase ou deux.

« Ce que vous faites est très bien, continuez à parler de notre monde. »

J’en suis toute émue et des larmes me viennent, tant la pensée qui s’exprime est bienveillante !

Je sens aussitôt une très belle énergie joyeuse. Et je sais bien que cela est absolument authentique.

« Oui, reprend le guérisseur, ces êtres sont très méritants, une fois que nous les avons compris et qu’ils voient que nous souhaitons leur bonheur alors, tout devient possible.

Les lézards, d’une manière générale, sont d’excellents guérisseurs, ils possèdent de très grandes qualités pour remiser des vaisseaux, pour aider à élaborer des nouveaux plats. Ils sont d’une grande ingéniosité et nous ne les en aimons que plus.

Le guérisseur continue sa marche avec le petit alien, ils redressent des plafonds vacillants de temps à autre, puis remontent dans un petit vaisseau à lévitation. Le couloir doré est très vaste.

Je vois le petit vaisseau s’éloigner, tout au loin. Le couloir est parfaitement régulier. Ils me montrent d’autres couloirs identiques, qui forment comme une carte en trois dimensions en leur esprit. Pas moyen de se perdre ainsi.

Oui, c’est ainsi qu’est notre vision. J’ai été ravi de vous parler, d’ouvrir votre esprit à ces possibilités heureuses d’autres formes de vie.

Je vous dis à très bientôt, et vous embrasse, recevez toute mon affection. »

Le Guérisseur Lestrys

Transmis le 3 janvier 2018 par Aurélia Ledoux

Source : http://www.unepetitelumierepourchacun.com

Partagé par : www.messagescelestes-archives.ca – Messages Célestes


Vous avez apprécié ce message... Partagez-le avec Amour
 

Votre aide est Importante…

Depuis sa création il y a plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seul à travailler sur les sites de Terre Nouvelle en partageant à tous les jours les messages de nos amis Guides et Instructeurs Célestes afin d'ouvrir les consciences, pour vivre dans un monde d'Amour et de Paix. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il).
Le partage est un don de Sois, un don d'Amour...
Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...
Bernard !

$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard Guillemette
CP 522 Prévost
Prévost, Qc Canada
J0R 1T0



Comments are closed.