Traité de Melchisedech – Connaître les danger du chemin

1 587

Traité de Melchisedech
Découvrir et réaliser sa raison d’être
(Chapitre 3)

« Connaître les danger du chemin »

 

Melchisédech
Melchisédech

Le chemin qui conduit à ton trésor est semé de pièges. C’est pourquoi ceux qui arrivent au bout de leur quête sont aussi peu nombreux.
Même l’aventurier le plus téméraire s’informe sur les dangers qu’il risque de rencontrer et prend toutes les précautions possibles.
Voici une liste qui te permettra de te préparer.
Cependant, le Dragon annoncé n’est jamais semblable au Dragon réel. Face à lui il te faudra te souvenir qui tu es vraiment et où tu veux aller.

Il y a les menaces du dehors et les menaces du dedans. Celles qui proviennent de ton environnement et celles qui proviennent de toi-même.
Mais – au bout du compte – ces deux menaces ne font qu’une, car elles n’existent que parce que tu leur permets d’exister.

Regarde un serpent qui paralyse un homme de peur et le tue. Ce même serpent est ensuite tué par un autre homme qui le fait cuire et en fait un met savoureux.
D’où provient la menace : de l’homme ou du serpent ?

Ta quête est en danger quand rien ne va plus comme tu voudrais.
La première question à te poser, est de savoir si ton intention est toujours claire.
Car si tu n’as pas les résultats souhaités, c’est que des croyances contradictoires agissent en toi.
Tu dis oui à ton projet et tu l’interromps avec un « mais« . Ce petit mot est souvent toute la distance qui sépare la réussite de l’échec, car il signifie que tu ne veux pas vraiment ce que tu dis vouloir. Ou qu’il y a autre chose que tu veux avec plus de force.
Quand une partie de toi veut une chose et une autre partie de toi en veut une autre, demande-toi: “De quel côté est mon coeur, de quel côté sont mes raisonnements mesquins, mes peurs et mes doutes ?”
Si l’un des deux choix met plus d’amour, de joie et de créativité dans ta vie, c’est là que se trouve ta richesse.

Trop de gens prétendent qu’ils veulent quelque chose qu’ils ne veulent pas vraiment.
Pour être sûr de ce que tu veux il te suffira d’observer pour quoi tu te bats en ce moment. Ce qui est vrai, c’est ce que tu manifestes au travers de tes actions. Si tu passes dix-sept heures par jour à ton travail et ne vois jamais tes enfants, ne prétends pas que tes enfants sont ton trésor.
C’est juste une histoire que tu te racontes pour ne pas voir la vérité.

Beaucoup sont prisonniers du petit confort de leurs habitudes. Même si leur situation leur déplaît, une voix leur chuchote à l’oreille : « Qui te dis que ce sera mieux autrement ? Au moins, ici, tu es chez toi, c’est ton territoire, tu le connais bien. Reste tranquille. Au-delà, tu ne sais pas ce qui t’attend. »
Au début de sa vie, le petit d’homme part à la découverte du Monde avec toute la curiosité et la confiance d’un être qui sait que quelque part un trésor l’attend.
En chemin, il apprend la peur de l’inconnu et se met à craindre la douleur.
Mais comment la chenille deviendrait-elle papillon si elle était paralysée par la douleur de la métamorphose et la crainte de l’inconnu ?

Un autre grand obstacle est l’inefficacité.
Certains ne se rendent pas compte que s’ils n’obtiennent que ce qu’ils ont toujours obtenu c’est qu’ils ne font que ce qu’ils ont toujours fait.
D’autres dépensent une énergie immense à nager contre le courant et à résister pour ne pas être poussés au delà de leurs limites.
Ils échouent lamentablement en prétendant avoir essayé dur. Malheureusement l’Univers ne nous récompense pas pour avoir essayé dur.
L’effort n’ajoute pas de valeur au résultat. Il l’alourdit. Un effort sans résultat est de l’énergie gaspillée mal à propos.
C’est quand il réalise ses chefs-d’oeuvre sans effort que le calligraphe devient un maître. Mais combien de travail sur lui-même doit faire un homme pour en arriver à la fluidité naturelle du roseau dessinant des spirales parfaites à la surface de l’eau ?
Si tu défends tes faiblesses et tes limites, elles t’appartiennent. Mais il serait plus efficace de te battre pour les faire voler en éclat.
Et si tu vas vers ton but, dans le respect de ta raison d’être mais avec de grands efforts, à quoi résistes-tu ?

Un autre danger réside dans le bavardage et la poudre aux yeux.
Il y a ceux qui utilisent leur raison d’être et leurs buts vitaux comme sujet de conversation pour se rendre intéressants face aux autres. Ce faisant, ils dissipent leur énergie ; ils s’exposent à l’attaque des étouffe-rêves ; ils se racontent quelquefois tellement d’histoires que celles-ci finissent par remplacer l’action et la réalisation de leurs projets.
D’autres jouent avec les forces invisibles sans se rendre compte du mal qu’ils se font. Les paroles ont une puissance, et quoi que ce soit que nous disions, nous finissons par l’attirer. Certains vivent dans la critique et les pensées négatives et s’étonnent que rien ne marche dans leur vie.
Personne ne peut échapper à la loi du semeur selon laquelle nous récoltons ce que nous avons semé.

Selon la sagesse des Anciens, la peur est la petite mort car elle nous fait perdre le contact avec notre être essentiel.
Les épaves d’innombrables rêves sont échouées au fond de l’océan des terreurs de l’Humanité.
Tu te prépares des jours difficiles si tu laisses la peur diriger ta vie car l’homme s‘attire ce qu’il redoute et, en se concentrant sur ce qu’il ne veut pas, il le perpétue.
Par la peur, tu focalises ton attention sur ce que tu veux éviter et tu te retrouves dans la position de celui qui marche en regardant dans son dos et ne peut éviter le trou qui s’ouvre devant lui.
La peur est une terrible conseillère, car nous allons là où nous mettons notre attention et, si tu as peur de quelque chose, cette chose viendra vers toi.
Tu gagneras en force, courage et confiance chaque fois que tu feras face à ta peur. Pour cela tu dois savoir que tu es plus grand qu’elle et tu dois faire ce que tu penses ne pas pouvoir faire.
Continue à mettre un pas devant l’autre en gardant le regard fixé sur ton objectif.
Un jour viendra où cette compagne indésirable t’aura abandonné pour toujours.

Trop souvent tu t‘imposes des règles restrictives qui sabotent tes efforts de réussite.
Ce faisant tu ressembles à cette femme qui rêvait d’avoir cinq enfants, mais ne voulait concevoir que pendant les éclipses de lune.
Quand tu tournes en rond sans trouver la sortie du labyrinthe, arrête-toi pour regarder le ciel. Le chemin de sortie est peut-être tracé dans les étoiles.

Le long de ta route tu rencontreras de nombreuses bifurcations.
Si tu demandes à un passant la bonne direction, tu as toutes les chances de te retrouver en route vers le but de ce passant, non vers le tien. C’est-à-dire que tu t’exposes à vivre selon le désir des autres. Demande-toi alors qui dirige ta vie : toi ou les autres ?
Un autre danger est la tentation de revenir en arrière. Si tu prends peur face à une épreuve et fais marche arrière, tu perds l’occasion de dépasser cela. Mais la vie est généreuse et l’épreuve se présentera encore et encore, jusqu’à ce que tu aies appris la leçon qu’elle avait préparée pour toi.

La vie est une succession inévitable de choix pour lesquels tu as plus ou moins d’informations. Ne reste pas paralysé devant les incertitudes du chemin et ne dépense pas trop d’énergie dans le choix lui-même.

Quand ton coeur décide, il n’y a pas place pour le doute. Quand ta tête décide en pesant longuement le pour et le contre, tu t’éloignes forcément du chemin qui a du coeur.
Bouge, va de l’avant. En cours de route tu recevras de nouvelles informations que tu n’aurais jamais obtenues si tu étais resté sur place.
S’il s’avère que ton choix n’était pas le bon, il te sera toujours possible de faire un nouveau choix.

La traversée du désert immense est semée d’épreuves pour le voyageur imprudent.
L’une des plus terribles est le découragement. Trop souvent l’aventurier imagine avec tous les détails l’oasis dont il veut devenir le prince. Mais il ne se pose pas la question du prix à payer pour cela.
Il croit aux tapis volant et aux histoires de bon génie réalisant les voeux dans l’instant, sans effort.
Les bons génies existent, mais ils sont une exception. La Règle dit que si l’on veut vraiment quelque chose on peut l’avoir. Mais il faut être prêt à en payer le prix.

D’autres ont une vision du temps trop étroite. Ils ne se demandent pas combien de temps leur prendra la réalisation de leur rêve. Au troisième jour, ils ont l’impression qu’une éternité s’est déjà écoulée. Ils croient qu’ils n’y arriveront jamais et se découragent.
Ta liste de désirs peut être longue mais tu ne peux jamais être sûr de l’ordre dans lequel il te sera donné de les satisfaire.
Certains viendront plus tôt que tu ne l’avais imaginé. Pour d’autres, il te faudra attendre jusqu’au crépuscule de ton existence terrestre. Ce qui compte, c’est de maintenir ta vision dans la durée et de ne jamais cesser d’accomplir des pas dans sa direction.

Peut-être trouves-tu le monde dans lequel tu vis beaucoup trop dur. Tu crois que le destin gâte certaines personnes et en punit d’autres. Il y en a pour qui tout est facile et d’autres pour qui tout est difficile.
Si tu penses cela, c’est qu’il est temps pour toi de considérer que les choses difficiles qui t’arrivent sont à ton avantage et non contre toi.
Tu peux interpréter toute épreuve ou difficulté rencontrée sur ta route comme une malédiction. Mais tu es libre de la considérer comme un défi ou comme une opportunité pour apprendre et devenir plus fort.
L’alpiniste qui observe la paroi de roche à pic qu’il a l’intention d’escalader pourrait se plaindre des difficultés créés pour lui par la nature. Bien au contraire, il se réjouit des fissures et des petites prises qui lui permettront de réaliser son ascension.
Il ne méprise pas la moindre aspérité sous prétexte qu’elle est petite et utilise tout à son avantage.
De la même façon, tu dois apprendre à tout utiliser pour progresser vers ton but.
Alors le monde deviendra pour toi un lieu plein d’opportunités.

Une autre façon de ne pas arriver à son but est de prétendre y arriver sans aucune aide.
Dans ce cas, ne t’étonne pas de te retrouver en difficulté car on ne peut aider celui qui croit avoir tout ce qu’il faut. Il n’est pas prêt à recevoir.
Celui qui ne sait pas recevoir passe à côté des cadeaux que l’univers place sur sa route, sans les voir. Car le monde est tel que nous croyons qu’il est. Si nous ne croyons pas aux cadeaux, nous ne voyons pas ceux qui sont là pour nous.
Quand tu commenceras quelque chose qui semble un défi, étudie d’abord tous les soutiens disponibles. Ensuite passe à l’action.

Sur ton chemin il se peut que tu obtiennes des réussites qui te feront perdre de vue ta vraie raison d’être. Le succès te montera à la tête. L’amour t’enivrera.
Prenant le mirage pour la source, tu croiras que tu es arrivé et qu’il est inutile de poursuivre ta quête.
Si tu t’endors là et te réveilles beaucoup plus tard, peut être seras-tu devenu trop lourd et maladroit pour remonter sur ton cheval et les vautours te mangeront les yeux.

Sur ta route tu rencontreras des défaitistes pour qui rien n’est possible parce qu’ils ont tout raté. Ils essayeront de te faire partager leur vision noire des choses.
Tu rencontreras aussi des gens raisonnables qui chercheront à te faire entrer dans le rang parce que ton aventure les inquiète.
Tu rencontreras les étouffe-rêves pour qui ton trésor ne vaut rien et qui considèrent qu’une pyramide n’est qu’un tas de pierres.
Ce seront autant d’épreuves que tu surmonteras sans mal si tu restes connecté à ta vérité, celle qui est au plus profond de toi.

La peur d’échouer peut rendre ton rêve impossible, car ce que tu crois impossible reste impossible.
Ta vision peut être très ambitieuse, mais si tu conserves le moindre doute sur ta capacité à l’atteindre, ce doute agira comme un poison insidieux. Tu hésiteras au moment où tu devrais te lancer, tu dormiras au moment où tu devais être éveillé.
C’est l’histoire de l’homme qui fut chargé d’aller au jardin des Hespérides pour en rapporter un fruit sacré qui se multiplierait et donnerait la richesse à sa ville. Il avait un an pour cela. S’il échouait il serait mis à mort.
Ce fruit unique mettait un an à mûrir. Il poussait dans un arbre gigantesque à une hauteur inatteignable. Il lui fallait donc attendre qu’il soit mûr et qu’il se détache de l’arbre. Il l’attraperait alors avant qu’il ne touche le sol, sinon le fruit s’écraserait et serait définitivement perdu.
L’homme se mit à la perpendiculaire du fruit et attendit, attendit et attendit. Au bout d’une semaine, il se sentit très fatigué et commença à désespérer de pouvoir réussir. « Je dois dormir un peu, pensa-t-il. Le fruit n’a pas l’air bien mûr. Après tout, il ne tombera peut-être que dans plusieurs mois. »
Il s’assoupit quelques minutes et fut éveillé en sursaut, par le bruit du fruit s’écrasant à côté de lui. La suite, heureusement, lui apprit qu’il ne faut jamais désespérer.

Un autre danger te guette sur le chemin, celui de la crainte d’être déçu.
A Samarkand, un riche marchand avait décidé qu’il ne se marierait qu’avec une femme parfaite. Les candidates ne manquaient pas mais, pour se décider, il ne disposait que de leur portrait miniature sur ivoire envoyé par la famille. Or, comme chacun sait, ces portraits sont trompeurs et il craignait d’être déçu. Il remit donc chaque fois sa décision à plus tard et les années passèrent sans qu’il se mariât.
C’est le jour où il souffrit d’un mal qui le laissa à moitié paralysé qu’il réalisa qu’il était trop tard pour convoler et qu’il n’aurait jamais d’héritier. Tout ce pour quoi il avait lutté jusque là perdit son sens pour lui.
Quel que soit ton rêve, il te faut être prêt à affronter la réalité. A trop vouloir te prémunir contre la déception tu risques de ne rien entreprendre.
La réalité peut être au delà ou en deçà de tes espérances. Ce n’est qu’en ayant le courage de te décider malgré l’incertitude que tu le sauras. Ne rien décider serait la preuve d’un manque de confiance dans la générosité de la Vie et te condamnerait à un échec certain.

Si ton rêve survit aux voleurs d’âmes, au désert immense, à la peur d’échouer, aux étouffe-rêves, à la tentation de la facilité, à la crainte d’être déçu et au mirage de la fausse réussite, tu connaîtras la joie sans pareille de l’être accompli. Celle que les paroles sont impuissantes à décrire.

———————————–

Sommaire

• Chapitre 1 – Découvrir sa raison d’être
• Chapitre 2 – Construire sa vision
• Chapitre 3 – Connaître les danger du chemin
• Chapitre 4 – Apprendre à surmonter les obstacles
• Chapitre 5 – Au-delà du désir, la sagesse

Partagé par : www.messagescelestes-archives.ca – Messages Célestes


Vous avez apprécié ce message... Partagez-le avec Amour
 

Votre aide est Importante…

Depuis sa création il y a plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seul à travailler sur les sites de Terre Nouvelle en partageant à tous les jours les messages de nos amis Guides et Instructeurs Célestes afin d'ouvrir les consciences, pour vivre dans un monde d'Amour et de Paix. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il).
Le partage est un don de Sois, un don d'Amour...
Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...
Bernard !

$ CAD
€ EUR

Vous pouvez également envoyer votre don à cette adresse:

Bernard Guillemette
CP 522 Prévost
Prévost, Qc Canada
J0R 1T0



Comments are closed.