Utilisation des Plantes « L’Ail »

181

ailAil (Allium sativum)

Ail cultivé, ail à tige tendre, ail à tige dure, ail à bâton.

Plante masculine dédiée à Mars

Le genre Allium tire son nom directement du nom latin de l’ail. Le mot dériverait du celtique all signifiant brûlant, âcre (telles les propriétés de l’ail).

 

Courage

Chez les romains, les soldats et le peuple consommaient de l’ail pour avoir force et courage, au Moyen-âge les soldats en portaient comme un bouclier.

Au Moyen Orient, le jeune marié porte un gousse d’ail à sa boutonnière. Elle lui assure une vaillante nuit de noces

 

Exorcisme

Les bijoux et pierres précieuses « maléfiques » perdent tout pouvoir si vous les désenvoûtez avec de l’Ail.

 

Protection

En Sicile, lorsqu’un jeune couple fait bâtir, on inaugure la maison neuve en répandant des têtes d’Ail dans toutes les pièces. Placé dans une maison, il protège celle ci contre l’intrusion de démons, contre les voleurs et cambrioleurs, et suspendu au dessus de la porte il repousse les personnes envieuses.

Les marins d’autrefois embarquaient toujours plusieurs têtes fraîches avant d’appareiller. Pèlerins et voyageurs en emportaient dans leurs bagages.

L’Ail agissait contre les tempêtes, les avalanches, les bandits et les monstres. En sanscrit, on appelle cette plante bhutagna, c’est-à-dire tueur de monstres.

Les femmes enceintes devraient garder une tête d’Ail dans la poche de leur robe ou blouse : les influences négatives qui chercheraient à nuire au petit être en formation sont ainsi tenues à distance.

Selon Pline l’Ancien : « L’ail pilé avec coriandre vert et pris en breuvage en vin pur rend l’homme plus gentil compagnon envers les dames » et il relatait il y a 2000 ans la coutume des bergers avant de traire : se frotter les mains avec de l’ail béni pour protéger les bêtes des serpents.

Des tresses ou des couronnes d’ail étaient suspendues des maisons et des étables pour éloigner le mauvais sort.

Durant les rites pour honorer Hécate, on mangeait de l’ail et on laissait à la croisée des chemins des offrandes à la déesse

 

Propriétés

Le bulbe possède des substances diurétiques et vermifuges.

L'ail, un aliment médicament par excellence!

On a identifié des dizaines de propriétés médicinales à ce petit bulbe. Les connaissances empiriques sont devenues vérité scientifique.

Ce sont les composants sulfuriques de l’ail qui retiennent l’attention. Sur ce plan l’ail est bien supérieur aux autres plantes et aux autres légumes, y compris l’oignon, le poireau et l’échalote. Or c’est précisément ces composants sulfuriques qui confèrent à l’ail ses principales propriétés médicinales.

 

Protecteur cardio-vasculaire et pour lutter contre l’hypertension

L’une des propriétés thérapeutiques les plus connues de l’ail est certainement son pouvoir hypotenseur. Il y a tellement de gens qui utilisent avantageusement l’ail pour abaisser leur tension artérielle, que cette propriété est incontestable.
De nombreuses recherches scientifiques ont démontré, hors de tout doute, les vertus hypotensives de l’ail.

L’ail a également la propriété de rendre les plaquettes sanguines moins collantes. Il permet donc d’éviter que ces plaquettes forment des caillots dans les vaisseaux sanguins engendrant ainsi des infarctus du myocarde ou des accidents cérébro-vasculaires.

 

Cholestérol

L’ail contribue également à la réduction du taux de cholestérol sanguin comme les recherches l’ont montré. L’ail agit aussi favorablement sur les HDL, les bons transporteurs du cholestérol en augmentant leur quantité, permettant ainsi de prévenir les troubles cardio-vasculaires.

 

Protecteur du cancer

En Italie, une recherche a montré que l’incidence du cancer de l’estomac est beaucoup plus faible dans les régions où l’on consomme beaucoup d’ail. On pense que l’ail inhibe la prolifération de certaines bactéries dans l’estomac protégeant ainsi cet organe contre le cancer. D’autres chercheurs pensent que l’ail agit à la façon d’un antioxydant en neutralisant les radicaux libres. Probablement que l’ail est utile dans la prévention d’autres types de cancers.

 

Un puissant antibiotique et antibactérien

L’ail est particulièrement efficace dans la lutte contre toutes les formes d’infection. Il agit également à la façon d’un antibiotique. Mais contrairement aux antibiotiques usuels, il agit sélectivement sur les microbes. Il s’attaque aux mauvais microbes et ne détruit pas les bons. Il peut s’avérer fort utile dans la prévention et le traitement des otites.
Dans une étude effectuée à Boston, l’ail a été employé avec succès pour tuer 14 souches de bactéries prélevées dans le nez et la gorge d’enfants atteints d’otites.
Il s’utilise alors à la fois d’une façon interne et d’une façon externe. On peut mettre quelques gouttes d’huile d’ail (provenant d’une capsule d’huile d’ail) dans l’oreille. On doit également faire consommer à l’enfant de l’ail ou lui en donner sous forme de suppléments.

 

Mycoses et parasites

L’ail s’utilise également avantageusement dans le traitement des mycoses, c’est à dire toutes les affections reliées à l’action parasitaire des champignons microscopiques.
Il est d’ailleurs également fort utile pour débarrasser l’intestin des parasites qui peuvent s’y trouver. Il est particulièrement efficace pour faire disparaître les petits vers blancs (oxyures) que l’on rencontre souvent chez l’enfant. On peut consommer quotidiennement de l’ail, de préférence cru (écrasé ou coupé en minuscules particules) ou plus commodément en suppléments sous forme de capsules ou comprimés.

 

Voici la longue liste des propriétés thérapeutiques de l’ail en phytothérapie :

Antiseptique et antibiotique ;
Antihypertenseur : il inhibe la libération des catécholamines et en réduit les effets ;
– Fibrinolytique, antiagrégant plaquettaire et anti-athéromateux ;
– Diurétique ;
Hypocholestérolémiant : réduit légèrement les taux de lipides sanguins (triglycérides et cholestérol) ;
– Action coronarodilatatrice ;
– Antiparasitaire (contre les tiques et les vers) ;
– Désinfectant intestinal ;
– Antispasmodique ;
– Laxatif ;
– Cholagogue et cholérétique ;
– Immunostimulant ;
– Désinfectant pulmonaire et expectorant ;
– Hypoglycémiant : il régule le taux de glucose sanguin chez les diabétiques ;
– Coricide ;
– Antimycosique cutané, notamment au niveau des orteils ;
– Antirhumatismal ;

Il est ainsi traditionnellement utilisé par voie orale pour :
– Traiter l’hypertension ;
– Prévenir l’athérosclérose ;
– Prévenir les thromboses des membres inférieurs ;
– Prévenir les accidents vasculaires : infarctus cardiaque, hémiplégie, artérite des membres inférieurs, … ;
– Traiter les troubles circulatoires légers ;
– Combattre les infections bactériennes, fongiques et virales ;
– Traiter les infections intestinales mineures ;
– Prévenir le rhume et la grippe ;
– Traiter l’enrouement et l’asthme ;
– Prévenir du cancer gastrique, intestinal ou prostatique ;

Ce qu’il faut retenir de toutes ces propriétés de l’ail, ce sont principalement ses propriétés antiseptiques, qui peuvent se révéler utiles dans les cas de coupures, brûlures, piqûres ou morsures, ainsi que son action sur le système cardiovasculaire, qui contribue à diminuer les risques de récidives en cas de troubles cardiaques.

Etant donné le nombre considérable de maux soulagés par l’ail, il mérite véritablement son nom de ‘’Thériaque du pauvre’’ … la thériaque était à l’origine une préparation pharmaceutique constituée d’une soixantaine de substances (essentiellement des dérivés opiacés), qui était usitée du début de notre ère jusqu’au 19ème siècle et était considérée comme le remède à tous les maux : ‘’la panacée’’.

[signoff][/signoff]

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.