Utilisation des Plantes « L’Aneth »

623

aneth, anet, aneth odorantAneth (Anethum graveolens)

Fenouil bâtard ; Fenouil puant ; Anith ; Scarlatte ; Escarlatine ; Fanô.

Etymologie : Aneth vient du grec « anêthon » (comme pour Anis), lui-même emprunté à l’égyptien ancien, et graveolens vient du latin « gravis » (lourd, fort) et « olens » (sentant), ce qui regroupé donne à odeur forte.

Plante masculine dédiée à mercure.

Amour
La présence de cette plante dans tant de recettes culinaires polonaises ou russes viendrait, pense t’on, de sa très ancienne réputation comme aphrodisiaque. Le moine débauché Raspoutine s’en servait. Les dames de la haute aristocratie russe qu’il avait réussi à subjuguer mettaient des graines d’Aneth dans leur bain pour se faire aimer de lui. Elles ne faisaient que renouveler une pratique archaïque : les femmes kirghiz se parfumaient à l’Aneth pour accueillir leurs hommes, au retour d’une expédition guerrière.

Protection
Dans toute l’Europe de l’Est, l’Aneth est une plante protectrice. On en suspend des pieds aux portes des maisons, racines en haut, ombelles pendantes, pour qu’en séchant leurs graines se répandent sur le seuil.

 

Historique

Son nom vient du grec ancien anethon et signifie « qui pousse vite ». Ses propriétés aromatiques et digestives étaient déjà bien connues des Égyptiens et des Grecs de l’Antiquité qui l’employaient également pour ses vertus antispasmodiques et sédatives. Les Romains décoraient les salles de banquets avec de l’aneth en fleurs. Au Moyen Âge, on portait sur la poitrine un petit sac d’aneth afin de se prémunir contre les sorcières et le mauvais oeil. Cependant, un peu partout dans le monde, on l’a principalement employé pour ses propriétés digestives.

En plus des usages culinaires qu’on lui connaît, cette plante a fait partie de nombreuses préparations médicinales traditionnelles digestives et fortifiantes qui subsistent encore aujourd’hui, notamment en France, en Italie, en Allemagne et en Angleterre. Ses propriétés digestives sont également reconnues en médecine ayurvédique (médecine traditionnelle de l’Inde). En Europe de l’Est et dans les pays slaves, on a largement employé l’aneth dans les marinades pour empêcher la prolifération bactérienne dans les aliments ainsi traités. Le cornichon à l’aneth demeure d’ailleurs un classique à cet égard.

 

Riche en sels minéraux, l’aneth peut remplacer le sel de table traditionnel dans un régime hyposodique.

C’est du bassin méditerranéen et d’Asie occidentale que nous vient l’aneth. Une plante qui appartient à la famille des apiacées et dont l’aspect rappelle celui du fenouil. De toute beauté, avec ses grandes ombelles, d’ailleurs très appréciées par les bourdons, abeilles et papillons en été, il se distingue par une odeur aromatique intense et rafraîchissante qui lui a valu le nom latin Anethum graveolens (graveolens veut dire à forte odeur).

La plante se compose de tiges creuses atteignant 90 centimètres de haut, de minuscules fleurs jaunes et de fruits ovales renfermant deux petites graines qui deviennent brunes à maturité. Ses feuilles d’un vert foncé sont filiformes et très découpées.

L’aneth, qui apprécie les expositions ensoleillées, est en principe cultivé dans un sol suffisamment humide et riche en nutriments, en association avec les oignons, l’ail, les carottes et les concombres.

Une fois que la plante atteint une hauteur d’environ 25 à 30 cm, elle est arrachée toute entière à la main. Pour la faire sécher, on la suspend en bottes et pour obtenir les graines, on laisse fleurir les ombelles que l’on secoue ensuite pour les faire tomber.

L’histoire nous apprend qu’au début du Moyen Âge, on utilisait une branche d’aneth comme talisman contre la sorcellerie. «Avec un petit bouquet d’aneth, tout le monde n’en fait qu’à ma tête», disait un vieux dicton. Mais en parallèle, il figurait également dans la pharmacopée chinoise et dans un traité médical égyptien datant de plus 5000 ans.

 

Plante du bien-être et de la santé

Également appelé faux anis, « fenouil bâtard », l’aneth est utilisé aussi bien pour ses fruits que pour ses feuilles. Il tire ses propriétés médicinales bénéfiques de leur composition, riches notamment en tanins, mucilages, matières résineuses, aleurone et huile essentielle renfermant de la carvone, de la myristicine et de l’apiol. Résultat, nombreuses sont les recherches scientifiques qui ont montré que cette huile s’opposait à la croissance de germes comme les lactobacilles, Escherichia coli et certaines levures.

Les fruits de l’aneth sont donc recommandés pour soulager les troubles digestifs, gastriques et intestinaux tels que les ballonnements, les coliques et l’hernie diaphragmatique. Diurétique, il soulage l’anxiété, la fatigue nerveuse et l’insomnie. Dans les vieux traités d’herboristerie, on retrouve l’aneth comme remède pour faire cesser le hoquet et fortifier les ongles.

Pour l’entretien de la dentition, cette plante nettoie en profondeur les dents et les gencives, enrayant ainsi la prolifération de bactéries responsables des infections de gencives et des caries. Aussi, il est conseillé aux gens qui sont aux prises avec des rages de dents de mâcher des feuilles d’Aneth afin de combattre la douleur.

Chez les tout-petits, l’aneth aide à retrouver l’appétit si ceux-ci en manquent à cause de rhumes répétitifs et s’avère efficace contre les crises d’acétone avec vomissements et les maux de ventre, tandis que chez les femmes enceintes et allaitantes, il favorise la montée de lait et les soulage en cas de nausée.

De ses graines et ses feuilles, on tire une huile essentielle employée en aromathérapie. Son apport demeure non négligeable dans la lutte contre les douleurs menstruelles et les problèmes hépatiques, ainsi que pour faire stopper les ronflements. Pour cela, il suffit de verser quelques gouttes d’huile essentielle d’Aneth sur un morceau de tissu déposé sur l’oreiller. Autre bienfait, cette même huile entre dans la composition de médicaments et de savons.

L’aneth qui peut être administré tantôt par voie interne, tantôt par voie externe, est contre-indiqué au cours de la grossesse. Son huile essentielle peut être toxique pour l’enfant à venir. De ce fait, les femmes enceintes doivent l’utiliser avec beaucoup de prudence et de circonspection. Par voie interne, l’Aneth doit être administré conformément aux prescriptions médicales (doses, fréquence de prises…).

Bien sûr, il doit aussi être conservé dans un milieu sec et frais, hors de portée des enfants.

En plus d’être comestible et de conférer aux plats un goût subtilement anisé et hautement frais, l’aneth est une plante championne des propriétés médicinales. Sur le fonctionnement intestinal, psychique et dentaire, ses actions positives sont prouvées.

 

Quelles sont ses propriétés ?

L’aneth est riche en tanins, fer, calcium et vitamine C.

Son huile essentielle est particulièrement efficace contre les germes pathogènes notamment le fameux et très redouté Escherichia coli.

L’aneth est apéritif (il ouvre l’appétit), digestif, stomachique (stimule l’estomac), carminatif (aide à expulser les gaz intestinaux) : il est donc précieux pour soulager les troubles digestifs et lutter contre les ballonnements.

Il est également antispasmodique et permet d’apaiser les douleurs menstruelles et les coliques chez le bébé.

Il calme les douleurs dentaires et détruit également les germes à l’origine des caries et des saignements gingivaux.

L’aneth est également à la fois un bon tonique en cas de fatigue nerveuse mais également un calmant efficace en cas d’anxiété ou d’insomnie.

Il calme la nausée des femmes enceintes et favorise la montée de lait.

Il aurait également la propriété de stopper le hoquet plus efficacement que de boire la tête en bas !

 

Quelques recettes pour se soigner avec l’aneth

Digestion difficile : laissez infuser une tige d’aneth dans une tasse d’eau chaude pendant 10 minutes et buvez cette tisane après chaque repas.

Douleurs menstruelles/coliques : buvez une infusion d’aneth 3 à 4 fois par jour.

Rage de dents : mâchez des feuilles d’aneth

Bouche saine : réalisez une décoction à l’aide de 3 cuillères à soupe de graines d’aneth mises à bouillir dans 500 mL d’eau pendant 10 minutes puis, une fois refroidie, faites régulièrement des bains de bouche avec cette solution.

Mauvaise haleine : mâchez des graines d’aneth.

Contusions : laissez infuser 50-100g de feuilles d’aneth dans 1 L d’eau bouillante pendant 10 minutes, laissez refroidir un peu puis imbiber un linge de cette solution et appliquez en cataplasme sur la zone douloureuse pendant 20-30 minutes.

Insomnie : glissez un petit sachet d’aneth (feuilles ou graines) sous l’oreiller

Ronflements : 1 goutte d’huile essentielle sur l’oreiller du ronfleur.

Attention : l’huile essentielle d’aneth est neurotoxique : elle doit donc être utilisée avec la plus grande prudence (il faut impérativement respecter les dosages) et elle est totalement interdite aux femmes enceintes ou allaitantes, aux enfants, aux épileptiques et aux personnes âgées.

Enfin, sachez que vous pouvez également l’utiliser comme répulsif au jardin : plantez de l’aneth au pied de vos plantes pour en avoir toujours sous la main mais aussi pour éloigner les pucerons
[signoff][/signoff]

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.